France | Voyage en petit groupe

La côte de Granit Rose en kayak !

Voyage en immersion dans la nature, à la découverte des îles de Bréhat, ses criques et sa faune, avec nuits en bivouac

  • 6 jours
  • à partir de 609€

Vous aimerez...

  • Découvrir la beauté de l’île de Bréhat et ses paysages atypiques bretons.
  • Rencontrer les animaux sauvages : oiseaux marins, phoques…
  • Longer la Côte de Granit rose et ses rochers sculptés par la mer emblématiques de la région
  • Dormir au plus près de la nature lors des bivouacs en tente ou à la belle étoile.

Infos clés !

  • Niveau physique : Dynamique + Dynamique +
    Vous êtes un randonneur régulier et vous pratiquez une activité sportive modérée (1 à 2h par semaine). Pour vous, trek rime avec plaisir de l’effort. Ces périples de plusieurs jours d’affilée au rythme quotidien de 5 à 6h de marche, avec des dénivelés de 500 à 800 m par jour et en moyenne, impliquent une très bonne condition physique. Sur terrain montagneux et parfois difficile, vos capacités d’adaptation vous permettront d’affronter les éventuels aléas météorologiques qui viendront pimenter votre aventure. Un entraînement avant le départ est recommandé pour renforcer votre endurance.
  • à partir de 16 ans
  • Canoë et kayak


  • Nature Vous rêvez d’approcher lions, éléphants ou tortues géantes… ou encore d’admirer (sans les cueillir) orchidées, rafflesias et autres plantes exotiques ? Un circuit noté 5 se consacrera surtout à la découverte d’une faune et/ou d’une flore particulièrement riches, rares et diversifiées, dans des sites naturels spectaculaires, combinant paysages extrêmement variés (arides, volcaniques, équatoriaux...) et faune exceptionnelle, facile à approcher. Si un séjour est noté 1, c’est que ses points forts sont à chercher ailleurs...

  • Culture Vous êtes plutôt féru(e) de culture, d'histoire, d’art, d’architecture, de religion ou d’archéologie ? Un périple noté 5 sera riche en visites de sites et monuments historiques (même s’il peut comprendre un peu de rando). Un voyage noté 1 ne comprend pas plus d’une seule visite culturelle.

  • Rencontre vous voyagez surtout pour aller à la rencontre de peuples aux modes de vie étonnants ?
    Une aventure notée 5 est une véritable immersion avec, la plupart du temps, un hébergement chez l’habitant. C’est un séjour où les rencontres et les échanges avec la population sont très fréquents, où vous êtes invité le cas échéant, à prendre part aux activités du village et où cueillette et découverte des us et coutumes de vos hôtes seront votre quotidien.
  • Code FRA309

Vivez une aventure unique dans des paysages fabuleux : Côte de Granit Rose, archipel de Bréhat, Sept Îles… Nous vous invitons pour 6 jours de kayak en autonomie totale à la découverte de ces sites naturels où se succèdent longues grèves, criques et îlots rocheux. Votre guide ne manquera pas de vous initier aux techniques de navigation. Vous profiterez au mieux des courants pour gagner les îles et peut-être aurez-vous le plaisir d’installer votre bivouac sous les yeux pleins de curiosité d’un phoque… Lire la suite

L'itinéraire :

  1. J1 La côte de Granit rose

    Rendez-vous à 8h45 à la gare de Paimpol. Transfert en minibus jusqu’au point de départ et présentation de la semaine par votre guide. Après le déjeuner, vous prendrez progressivement contact avec la navigation en kayak de mer le temps d'une superbe balade le long de la côte de granit rose. C'est sans doute le moyen idéal pour découvrir ce site naturel unique vieux de plus de 300millions d'années où les rochers aux formes variées ont été sculptés par les vagues et le vent.
    3h30 de kayak.

    • en bivouac
    • 3,5 heures / 12 km
  2. J2 Les Sept îles

    Ce jour, nous voguerons en direction des Sept îles. Formidable réserve naturelle classée, l'archipel présente une diversité écologique et faunistique exceptionnelle. 27 espèces d’oiseaux y cohabitent parmi lesquels : Fous de bassan, macareux et pingouins tordas. Nous y découvrirons également le fort et le Phare de l’Île aux Moines. Après avoir longé l'île Rouzic où vivent 17000 couples de fous de bassan, nous nous laisserons portés par le flot jusqu'à Port-blanc pour y passer la nuit.
    6h de kayak.

    • en bivouac
    • 6 heures / 22 km
  3. J3 De Port Blanc à Plougrescant

    Navigation au gré des courants et des marées jusqu'à l'embouchure du Jaudy. Au départ de Port-Blanc, nous profiterons de la marée haute pour se glisser entre l'île St-Gildas et l'île du milieu.
    2 possibilités se présenteront alors à nous : Profiter du flot ou se laisser piéger par le jusant et attendre ainsi, que le courant nous soit favorable en regardant les pêcheurs céder leur place aux goémoniers. Avant de gagner l'île déserte qui nous accueillera pour la nuit, nous longerons les rochers et gréves de Plougrescant.
    4h de kayak.

    • en bivouac
    • 4 heures / 13 km
  4. J4 Les Heaux de Bréhat et le sillon de Talbert

    A nouveau tributaires des horaires de marées, nous attendrons le courant optimal pour glisser entre les hauts-fonds que balise le célèbre phare des Heaux de Bréhat. De l'autre côté du Sillon de Talbert, l'archipel de Bréhat nous accueillera dans toute sa splendeur. Après avoir explorer l'ouest de l'archipel, nous rejoindrons un îlot pour y bivouaquer.
    5h de kayak.

    • en bivouac
    • 5 heures / 16 km
  5. J5 Bréhat, l'île aux fleurs

    Le Nord de l'île de Bréhat nous offre un paysage désertique surplombé par le magnifique phare du Paon. Après s'être faufilés dans ce dédale de rochers en granit, nous débarquerons à l'est de l'île pour la parcourir à pied. En longeant les superbes jardins qui ont donnés à Bréhat son surnom,"l'île aux fleurs", nous gagnerons le bourg. En chemin, nous nous arrêterons à la chapelle St-Michel dont le promontoire offre un point de vue unique sur l'ensemble de l'archipel.
    3h de kayak.

    • en bivouac
    • 3 heures / 10 km
  6. J6 Retour à Paimpol

    D'îlot en îlot, Séhéres, Lavrec puis Logodec, nous finirons d'explorer l'est de l'archipel. Nous déjeunerons sur l'île Raguénès avant de conclure notre randonnée à Paimpol ou à Lézardrieux. Dispersion vers 16h.
    3h30 de kayak.

    • 3,5 heures / 12 km
  7. N.B. :

    Les durées de navigation approximatives tiennent comptent du découpage de la côte : on passe plus de temps le long d'une côte rocheuse à entrer dans toutes les criques qu' à longer une plage de sable. Par ailleurs les étapes les plus courtes seront allongées par des temps d'apprentissages ou des balades pédestres. Les distances parcourues sont adaptées pour laisser la place à la découverte et à l'apprentissage technique.

    IMPORTANT ITINERAIRE ET METEO
    L'activité sera soumise aux conditions météorologiques : houle et vent. Pour des raisons de sécurité évidentes, le guide local sera libre de modifier le programme et ce sans préavis.

Pour être averti de la mise en place d'une date de départ, créez-vous une alerte

M'alerter si le voyage est programmé entre le

et le

Nbre de voyageurs

 

Le prix comprend :

    . L'accompagnement par un guide kayak.
    . Le matériel de camping (tente, matelas de sol, vaisselle et matériel de cuisine)
    . Les petits-déjeuners, déjeuners et dîners (à l'exception de ceux indiqués comme libres dans le programme)
    . Le matériel de kayak professionnel

Le prix ne comprend pas :

    . Le trajet aller-retour jusqu'au point de rendez-vous
    . Les boissons et pourboires éventuels
    . Les assurances facultatives.

1 • Détails du voyage

Niveau physique et préparation

NIVEAU
Niveau dynamique +. Nous ferons en moyenne 4 à 5 heures de kayak par jour, entrecoupées de balades à pied nous permettant de découvrir les richesses culturelles et naturelles des îles.

Il est impératif d’être à l’aise dans l’eau et il est nécessaire d’être en bonne condition physique : si ce n’est déjà une expérience du kayak, au minimum une activité physique régulière.
N’hésitez-pas à nous contacter pour toutes questions complémentaires.

On sera combien ?

De 4 à 12.

On dort où ?

Les nuits sont prévues en bivouac sous tente ou à la belle étoile si la météo le permet.
Une nuitée au minimum se fera en camping.
Il vous faudra prévoir un duvet (volume modéré) et un tapis de sol idéalement auto-gonflant.

A table !

Repas chauds préparés en commun le soir. Repas froids le midi, le plus souvent à base de salades composées et variées.

La toilette (et les toilettes)

Attention, peu de douches sur le parcours. Se procurer un savon moussant à l’eau de mer que vous trouverez dans un comptoir nautique et prévoir des lingettes. Pas de toilette ! Prévoir papier hygiénique, lingettes. Produits bio-dégradables uniquement.

Suivez le guide !

Guide local breveté d'état de kayak de mer.

On se déplace comment sur place ?

Transfert en minibus le jour 1 pour rejoindre le point de départ de notre expédition. Durant le reste du séjour, transfert des bagages par kayak.

On se donne RDV où ?

RENDEZ-VOUS
Le Jour 1 à 8h45 à la gare de Paimpol
Les personnes venues en voiture suivront le minibus jusqu'au point final de la randonnée (en fonction des marées : Lézardrieux ou Paimpol) où elles laisseront leurs véhicules durant le séjour. Puis, rejoindront le minibus pour le transfert vers le point de départ.

DISPERSION
Le jour 7 vers 16h à Paimpol ou Lézardrieux

MOYENS D'ACCES
Voiture : N12, puis D6 direction Paimpol
Train: Gare de Paimpol
Avion : Aéroport de Lannion et correspondance Tibus pour Paimpol (ligne 7)

EN CAS DE RETARD OU PROBLEME DE DERNIERE MINUTE
Vous pouvez contacter notre partenaire local, Vincent, au 06 63 04 56 47.

STATIONNEMENT
Vos voitures seront stationnées durant les 6 jours sur des emplacements autorisés mais non surveillés. Nous ne pourrons être tenus responsables de toutes dégradations éventuelles causées sur l'une d'entre elles. Si vous souhaitez une solution plus sûre, nous vous invitons à rechercher un hébergeur (camping, hôtel...) qui pourrait garder votre voiture durant le séjour ou à venir via les transports en commun.

2 • Budget

Le prix comprend :

. L'accompagnement par un guide kayak.
. Le matériel de camping (tente, matelas de sol, vaisselle et matériel de cuisine)
. Les petits-déjeuners, déjeuners et dîners (à l'exception de ceux indiqués comme libres dans le programme)
. Le matériel de kayak professionnel

Le prix ne comprend pas :

. Le trajet aller-retour jusqu'au point de rendez-vous
. Les boissons et pourboires éventuels
. Les assurances facultatives.

Frais d’annulation

Si vous êtes dans l’obligation d’annuler votre voyage avant son commencement (date de départ), vous devez en informer dès que possible NOMADE AVENTURE et l’assureur par tout moyen écrit permettant d’obtenir un accusé de réception. C’est la date d’émission de l’écrit qui sera retenue comme date d’annulation pour facturer les frais d’annulation selon le barème ci-dessous :

Plus de 60 jours avant la date de départ : 15% du prix total* du voyage
De 60 à 31 jours avant la date de départ : 28% du prix total* du voyage
De 30 à 14 jours avant la date de départ : 36% du prix total* du voyage
De 13 à 7 jours avant la date de départ : 54% du prix total* du voyage
A moins de 7 jours de la date de départ : 66% du prix total* du voyage
(*)Voir "total général (assurances incluses)" dans la rubrique "PRIX" du bulletin d'inscription.
Pour plus de détails sur les conditions et frais d'annulation, annulation/résolution par certains participants et maintien du voyage pour les autres, consultez les articles 6, 6.1 et 6.2 dans les conditions de vente.

Budget sur place

Prévoir un petit budget pour vos boissons, dépenses personnelles et pourboire éventuels.

Pourboires

Nous vous recommandons un montant entre 10 et 20€ par participant. Ce sont des règles de savoir-vivre évidentes mais il ne nous paraît pas inutile de vous les rappeler. Toutefois, il est important de considérer que le pourboire, demeurant facultatif (n’étant pas une partie du salaire), doit être accordé en fonction de votre niveau de satisfaction du travail et des petites attentions de l'équipe locale.

3 • Assurances

Pourquoi souscrire une assurance ?

  • Parce qu’on ne sait jamais ce qui peut vous arriver avant votre voyage, ou pendant !
    Malgré tous nos talents, nous ne savons pas encore prédire l’avenir…
  • Parce qu’on viendra vous chercher même à Bab el-Oued !
    Où que vous soyez, au fin fond de la Pampa, perdu dans les steppes ou perché sur un iceberg, notre assureur viendra vous chercher en cas de problème ! Bon, sauf sur la Lune, qu’on refuse toujours d’ajouter au contrat puisque notre fusée à propulsion d’idées ne serait pas aux normes européennes, bref…
  • Parce qu’on assure !
    Même si vous avez une carte bancaire qui assure, nous vous conseillons de vous renseigner pour connaître précisément les clauses de votre contrat ! Vous verrez que les plafonds de dédommagement et les garanties de notre assurance sont généralement plus avantageux que ceux proposés par des assurances classiques.

    Pendant le voyage : comment ça marche en cas de pépin ?
    Le bon réflexe : appelez ! Dès la survenue du problème, et avant d’engager quelque frais que ce soit, appelez Mutuaide Assistance (01 45 16 43 19) ou demandez à l’équipe locale de vous assister. Le plateau d’assistance est disponible 24h/24 et 7 jours/ 7.

    Etes-vous bien certain de ne pas vouloir souscrire une assurance voyage ?
    Pour le savoir, posez-vous les bonnes questions :
  • vos garanties couvrent-elles l’ensemble des participants de ce séjour ?
  • en cas de voyage interrompu, vos garanties proposent-elles un séjour de compensation ?
  • vos garanties assurent-elles le remboursement des frais médicaux à l’étranger jusqu’à 200.000€ par personne ?

    Pour décider en toute connaissance de cause, comparez :


    Un conseil : choisissez la tranquillité au meilleur prix

    Si vous réglez votre séjour avec une Visa Premier, Infinite ou Mastercard Gold, Platinum, souscrivez l’Assurance Tranquillité CB.
    Vous complèterez et renforcerez les garanties de l’assurance de votre carte bancaire. C’est la certitude de profiter d’une couverture optimale au meilleur prix !

    Last but not least…
    En souscrivant une assurance avec Nomade, vous profitez de l’aide de notre Service Relation Client pour accomplir vos démarches auprès de l’assureur. Vous mettez ainsi toutes les chances de votre côté pour bénéficier des garanties souscrites dans les meilleurs délais et en toute tranquillité. Si vous optez pour une assurance de carte bancaire, vous assurez vous-même les démarches et, un bon conseil, armez-vous de patience… !

    Souhaitez-vous souscrire une assurance voyage avec Nomade ?
  • Quel contrat choisir ?

  • Vous voulez dormir sur vos deux oreilles avant et pendant le voyage : choisissez le contrat Tranquillité (3,80% du prix de votre voyage)
    Vous bénéficiez d’une protection complète en cas d’annulation liée à un problème médical touchant votre personne ou vos proches, mais également si vous annulez votre séjour à cause d’un événement empêchant la réalisation du voyage. Par exemple, si jamais un volcan se réveille sans crier gare, les frais de report sont pris en charge. Perte de bagages, soucis médical, dentaire… qui menacent de gâcher votre séjour ? Vous êtes pris en charge. Pour de plus gros bobos, où que vous soyez, le contrat tranquillité assure votre rapatriement !

  • Vous hésitez car vous avez une carte bancaire qui assure : optez pour le contrat Tranquillité Carte Bancaire (2,80% du prix de votre voyage)
    Vous profitez exactement des mêmes garanties que celles du contrat Tranquillité, à la seule différence qu’il vient compléter les garanties proposées par votre assurance carte bancaire (attention, contrat réservé exclusivement aux titulaires de Visa Premier, MasterCard Gold, Platinum, Infinite, ayant réglé l’intégralité du séjour avec leur carte bancaire). En cas de problème, vous prévenez d’abord votre assurance carte bancaire, qui définira les modalités d’assistance et de dédommagement. Ensuite, votre contrat Tranquillité Carte Bancaire
  • 4 • Equipement

    Petit équipement personnel

    . Lunettes de soleil [préciser le cas échéant]
    . Gourde isotherme (1 L min.)
    . Lampe de poche et/ou lampe frontale (étanche le cas échéant)
    . Crème solaire haute protection
    . Briquet pour brûler vos détritus (à mettre dans le bagage en soute)
    . Couteau pliant (à mettre dans le bagage en soute)
    . Nécessaire de toilette (produits biodégradables de préférence)
    . Papier de toilette (biodégradable si possible)
    . Serviette de toilette à séchage rapide
    . Protections auditives anti-bruit
    . Chapeau ou casquette couvrante sur le cou
    . Adaptateur de prise électrique

    Pharmacie personnelle

    - Médicament préventif du mal de mer
    - Crème solaire à ne pas oublier, biafine
    - Produit anti-moustique. Antiseptique et pansements
    - Elastoplast et double peau pour les ampoules
    - Antidiarrhéique
    - Antalgique
    - 1 collyre
    - Médicament pour la gorge
    - 1 anti-inflammatoire
    - Vos médicaments personnels

    On prend quels bagages ?

    Vos bagages doivent être répartis en deux sacs:
    - Un sac de voyage avec toues vos affaires
    - Un sac pour la journée avec appareil photo, crème solaire, lunettes de soleil...

    On met quoi dans la valise ?

    Vérifiez bien votre matériel et n’hésitez pas à nous consulter. La sécurité surtout mais aussi le confort de votre randonnée en dépendent. Sur le parcours vous ne pourrez acheter ni matériel ni pharmacie.

    POUR LE KAYAK
    - 1 paire de chaussons ou bottillons néoprènes ou 1 paire de tennis qui ne craint pas l'eau
    - 1 pull en laine polaire que l'on mettra sous le coupe-vent fourni en cas de froid
    - 2 t-shirts de sport à manches longues en matière synthétique (exple : lycra, Damart, pas de coton)
    - 1 sous-pantalon en matière synthétique (exple : Lycra, Damart, pas de coton)
    - 1 maillot de bain
    - 1 short pour le kayak
    - Lunettes de soleil avec cordon, crème solaire, chapeau ou casquette…

    POUR LES SOIREES ET TEMPS HORS-NAVIGATION
    Prévoir des rechanges chauds et confortables
    - Chaussures type jogging ou chaussures de rando si peu volumineuses
    - 1 coupe-vent (Kway ou poncho)
    - 2 t-shirts à manches longues
    - Sous-vêtements pour 7 jours et 6 nuits en quantité raisonnable sachant que la journée vous serez en tenue de kayak
    - 1 pantalon de jogging ou 1 jean
    - 1 pull en laine polaire ou sweat-shirt chaud ou vêtement manches longues chaud
    - Une serviette de bain

    DIVERS
    - Affaires de toilette (Préférez les produits écologiquement neutres)
    - papier hygiénique
    - Lampe de poche ou frontale
    - Boîte en plastique hermétique type tupperware, bol, couverts et gourde (matériel de rando incassable)
    - Sacs poubelles pour mettre vos affaires dans les sacs étanches, on est jamais à l'abri d'une déchirure, et pour vos déchets personnels.

    OPTIONNEL
    - Vous pouvez utiliser des gants de vélos ou de voile (dériveur) pour protéger les mains
    - Livre, appareil photo (attention risque de contact avec l’eau). Si votre appareil n'est pas étanche ou muni d'un boîtier étanche, il restera dans les caissons pendant la navigation.

    Nous pouvons garder les affaires susceptibles d'être nécessaires avant ou après la
    randonnée.

    5 • Formalités et santé

    Formalités

    Passeport

    Pour tous les ressortissants d'un pays de l'Union Européenne, la carte d'identité en cours de validité est suffisante. Concernant les pays hors Union Européenne, le passeport est obligatoire. De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

    Visa

    Selon votre nationalité, la durée et le motif du séjour que vous projetez d'effectuer en France, il est indiqué de se munir d'un visa. Pour cela, adressez-vous au consulat français ou à l’ambassade de France de votre pays de résidence.

    Vaccins obligatoires

    Vaccins conseillés

    Comme toujours et partout, il est important d’être protégé contre diphtérie, tétanos, coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage), poliomyélite, hépatites A et B.

    6 • Le pays

    Us et coutumes

    Coiffes et costumes

    Coiffes et costumes d'autrefois constituent le signe de reconnaissance sociologique de la Bretagne. Ne remontant qu'au XVIe siècle, les origines du costume breton sont relativement récentes. En supprimant les lois somptuaires, la Révolution française adopta le style « sans-culotte », une marque vestimentaire synonyme de république. Mais dans les campagnes bretonnes, alors que les seigneurs banalisaient de force leurs habits, les paysans fiers de leur liberté gagnée saisirent le droit de s'habiller mieux (reprenant les usages de la noblesse de l'Ancien Régime) pour paraître élégants et afficher une noble fierté.

    On recense habituellement 66 modes bretonnes différentes, ce qui signifie 66 costumes et coiffes, qui représentaient des communautés aux personnalités différentes (à l’échelle d’un pays ou d’une paroisse). Chaque coiffe portait un nom particulier. Chacune avait un aspect particulier et une forme originale.

    Chaque costume montrait un signe extérieur de richesse, quel que soit le degré de fortune de son propriétaire. ! Pour les hommes, la forme du chapeau breton, le volume du bragou-braz (culotte bouffante), la largeur du velours, la longueur des galons, l'éclat du plastron avaient une grande importance. Pour les femmes, l'élégance de la broderie, les motifs de la dentelle, la finesse des ornementations et des tissus, tout était porteur de sens et preuve de prestance.

    On ne sortait son costume des armoires familiales et on ne revêtait la coiffe qu'aux grandes occasions professionnelles ou solennelles : marchés, foires, mariages, deuils, fêtes ou pardons. Le costume et la coiffe révélaient de nombreuses informations identitaires : élément d'appartenance géographique, marque de réussite économique, enseigne sociale, blason de dignité et d'orgueil.

    Les modes vestimentaires paysannes bretonnes ont commencé à décliner en 1914, au profit des habits citadins. Seules quelques très vieilles femmes de la région de Plougastel-Daoulas (Finistère) et du pays bigouden (Finistère) les arborent encore. Les cercles celtiques les ressortent à l'occasion des fêtes bretonnes, des pardons et des nombreuses manifestations culturelles qui rythment et animent l'été breton. Vous pourrez alors admirer les coiffes et les costumes. Et si l'image de la Bigoudène est très répandue, c'est que, outre l'aspect spectaculaire de la coiffe, cette mode a perduré dans le pays bigouden plus longtemps qu'ailleurs. En tout cas, ne vous attendez pas à croiser des Bretons en costume à tous les coins de rue, vous aurez plus de chances d'en voir dans les festoù-noz.

    De cette vieille tradition vestimentaire bretonne, un seul vêtement (qui n'était pas un habit de fête) est parfois encore porté, même par des jeunes des grandes villes françaises : c'est le kab an aod de Kerlouan (Finistère Nord), plus connu sous le nom de kabig, avec sa grosse toile, sa large capuche et ses boutons effilés en corne de vache !

    Musique bretonne

    Danse et fest-noz

    La grande révolution s'opère dans les années 1960, avec le regain d'intérêt pour la musique et les instruments traditionnels. L'autre phénomène fondamental est l'urbanisation du fest-noz, qui a été synonyme, pour une fois, de promotion et d'enrichissement.

    Ce qui frappe la première fois que l'on se rend à un fest-noz, c'est tout d'abord son côté collectif et multigénérationnel. C'est ensuite son caractère gai et vivant. Bien sûr, on ne danse plus à un fest-noz comme il y a 100 ans, les pas et la technique même ont évolué, accompagnant en cela la musique : la danse s'est faite plus sensuelle, plus légère et a su conquérir un nouveau public. Sans perdre une once de son âme, car elle est restée, comme autrefois, une danse collective avant tout : on danse en chaîne, soudés les uns aux autres.

    Le fest-noz a été inscrit au Patrimoine mondial immatériel de l’humanité par l’Unesco en 2012 !

    La nouvelle musique pop bretonne

    Les créateurs de la nouvelle musique pop bretonne sont nombreux ; depuis la fin des années 1990, ils brillent par leur imagination et leur inventivité.

    Depuis les années 2000, quelques nouveaux noms apparaissent dans l'univers musical breton. Ces jeunes auteurs et musiciens enracinés dans la tradition parviennent à renouveler le style musical breton en l'associant à d'autres styles musicaux venus de tous les horizons.

    Emblèmes et symboles bretons

    Le drapeau breton

    Le fameux Gwenn ha du (« blanc et noir »). Créé en 1923 par Morvan Marchal, fondateur et militant du mouvement nationaliste Breizh Atao, il fut déclaré drapeau national breton en 1927 au premier congrès du parti autonomiste breton.
    Ses cinq bandes noires représentent les évêchés de haute Bretagne (parlant le français) et ses quatre bandes blanches les évêchés de basse Bretagne (parlant le breton). Le quart gauche est occupé par 11 mouchetures d'hermines. Différentes interprétations accompagnent ce nombre 11 : il rappellerait les 11 ducs ou duchesses qui furent à la tête de la Bretagne ; il pourrait aussi correspondre au nombre de lettres du « slogan » Breizh Dieub (« Bretagne Libre »).
    Le nombre de mouchetures d'hermine n'aurait en fait pas de signification, contrairement au nombre d'étoiles du drapeau américain. La tradition veut que l’on porte ce drapeau droit au-dessus de la tête.

    Le premier drapeau breton date de la troisième croisade (1189), lorsqu’il fut décidé de distinguer les croisés selon leur nationalité. Les Bretons se battaient sous une bannière ornée d’une croix noire sur fond blanc.
    Au XIIIe siècle, apparut le drapeau ducal blanc entièrement « tapissé » d’hermines noires. Plus tard, croix et hermines furent mêlées sur les bannières.
    À la fin du XIXe siècle, le drapeau à hermines sur fond blanc refit surface en même temps qu’un certain renouveau identitaire breton. Pour plusieurs raisons, notamment son aspect un peu moyenâgeux et sa ressemblance avec le drapeau royaliste français (fleurs de lys sur fond blanc), il ne convenait pas aux militants, en majorité républicains.
    Le Gwenn ha du de Morvan Marchal allait rallier la majorité des suffrages, représentant bien la géographie bretonne (avec la symbolique des bandes), conservant les couleurs de base de la Bretagne et l’incontournable hermine.

    Le triskèle (ou le triskell)

    Outre le drapeau, c'est, avec l'hermine, le symbole le plus répandu en Bretagne. Sorte de croix formée de trois branches en spirales réunies par un triangle auquel elles donnent un sens giratoire. Ces branches représenteraient les trois éléments : l'eau, le feu et la terre.
    D'abord utilisé comme motif décoratif par les Celtes, le triskèle fut repris à partir de la fin du Moyen Âge dans l'art religieux et l'ornement du mobilier rustique. Au cours du XXe siècle, le triskèle a souvent pris une connotation nationale, de nombreux partis politiques et mouvements druidiques le choisissant pour emblème. C'est aussi l'un des motifs favoris des créateurs de bijoux de Bretagne (bagues et pendentifs en particuclier).

    L'hermine

    L'hermine est devenue emblème de la Bretagne au début du XIIe siècle grâce au mariage d'Alix, héritière du duché de Bretagne, et de Pierre de Dreux, dit « Mauclerc », un duc capétien. En plus de ses armes, Mauclerc portait une hermine pour se distinguer des membres de sa famille. Alix adopta les armes de son mari (et son hermine). Bientôt, les pièces de monnaie furent frappées de l'hermine. On retrouve le symbole de l'hermine sur le drapeau breton.

    La croix celtique

    Symbole essentiel du christianisme, la croix est, en pays celte, inscrite dans un cercle. On peut l'assimiler au « cercle druidique » (où se tiennent les rites), mais également au symbolisme de la roue, très présent dans la tradition celte. La roue illustre notamment la notion de temps (pour les Bretons, le temps tourne mais ne passe pas).

    Langues régionales

    Il y a le breton à l'ouest, le gallo à l'est. Aux origines de la Bretagne, on trouve des colonies d'émigrants bretons, venus de l'actuelle Grande-Bretagne au Ve siècle. Comme le gallois et le cornique, le breton est issu du brittonique, lui-même rameau historique du celtique, et du gaulois en place. C'est du Ve au IXe siècle, époque du vieux breton, que datent la majeure partie de la toponymie et les patronymes d'aujourd'hui.

    En même temps, on pouvait aussi s'exprimer en gallo (de la racine gall - « étranger » - et, par extension, « français » en breton) qui, comme le francien, le picard ou le normand, est une langue romane dérivant du latin populaire, un riche rameau de l'ancien parler d'oïl qui a supplanté de gaulois.
    Depuis la IIIe République, qui imposa le français, le breton et le gallo reculent simultanément en effectifs et en aires d'influence.

    Il existe un breton standard utilisé dans l’enseignement, de la maternelle à l’université, sur l’ensemble de la Bretagne. Le nombre d’enfants scolarisés bénéficiant d’un enseignement bilingue (breton-français), toutes filières confondues (Diwan, public, catholique) ne cesse d’augmenter. Et les écoles Diwan sont désormais intégrées à l’éducation nationale. Malgré tout, il existe des journaux et des chansons de rock en breton.
    Par ailleurs, déjà plus de 580 acteurs socio-économiques de 56 collectivités locales se sont engagés à développer la langue bretonne au quotidien et la signalisation routière bilingue a été accueillie favorablement.

    La langue bretonne a un accent très marqué, le plus souvent sur l’avant-dernière syllabe des mots. Une des particularités de la langue, déroutante au début d’un apprentissage, ce sont les mutations des consonnes.

    Pardons

    Aucune terre d'Europe ne possède une telle architecture religieuse. On édifia des églises dont les clochers étaient de vrais morceaux de bravoure, on sculpta des calvaires et des croix comme autant de prières. Entre religion et croyances populaires, les pardons sont nés naturellement.
    Leur but : rendre hommage annuellement et collectivement au saint local, véritable intercesseur entre les hommes et le Ciel. Chaque paroisse a le sanctuaire de son éponyme, parfois plusieurs, disséminés dans la campagne, au hasard des chapelles. Aussi les pardons sont-ils nombreux et variés. Certains ont gardé un ton franchement religieux, d'autres beaucoup moins.

    Les pardons ont tous connu un regain d'affluence au cours de ces dernières années.

    Climat

    Nulle part ailleurs, le ciel ne change aussi rapidement. Nulle part ailleurs le ciel n'a d'aussi belles couleurs. Car ici, le temps marche avec les marées et suit les cycles de la lune.

    Contrairement aux idées reçues, il tombe moins de pluie à Rennes qu'à Toulouse, à Brest qu'à Biarritz. Entourée par deux mers, la Manche et l'Atlantique, la péninsule armoricaine jouit d'un vrai climat océanique, doux et tonique. Il ne fait jamais très froid, ni trop chaud. L'air du littoral est si riche en iode que le seul fait de le respirer est déjà une cure de bien-être. Allez-y en arrière-saison, si vous le pouvez. Vous aurez un temps souvent exceptionnel. C'est en hiver que la Bretagne subit ses plus fortes tempêtes.

    - Sur la côte nord, les vents dominants viennent du nord-ouest sur la côte du Finistère, avec des secteurs abrités comme l'île de Bréhat, où passe le Gulf Stream, un courant chaud favorable à la création de microclimats.

    - La côte sud : climat plus ensoleillé, plus chaud, plus sec que sur la côte nord. À Carnac (Morbihan), il y a seulement 128 jours de pluie en moyenne par an et 2 055 heures de soleil. Par comparaison, Biarritz compte 177 jours de pluie par an. La température moyenne dans le Morbihan est de 18 °C en été. La côte sud du Finistère jouit aussi de ces avantages avec des microclimats : Pays fouesnantais, Pays bigouden.

    Faune et flore

    La Bretagne est le refuge de nombreuses espèces animales, dont certaines sont en danger ou représentatives d’un milieu rare ou menacé de la région, telles que le castor, l’écureuil, le lièvre, l’hermine, la loutre, le phoque, le dauphin ou encore le marsouin.

    Les mammifères marins

    Après une première rencontre à l’aquarium Océanopolis à Brest, vous pouvez également apercevoir dauphins, phoques et pingouins en liberté au large des côtes bretonnes. Plusieurs organismes ont mis en place des actions visant à protéger ces espèces.

    Le Parc Marin d’Iroise par exemple, a lancé des programmes tels que l’observation des requins pèlerin, la réduction de captures des mammifères marins ou encore le suivi des populations de phoques gris.
    En savoir plus sur le Parc Marin d'Iroise

    Le laboratoire d’études des mammifères marins a édité un code de bonne conduite, afin de limiter les impacts du tourisme liés à l’observation des cétacés. Il est disponible dans tous les ports de la région.

    Retrouvez plus d'informations sur les mammifères marins sur le site de Bretagne Environnement
    Les oiseaux

    Les oiseaux suscitent également de nombreuses attentions. La Bretagne suit les directives de Natura 2000, un réseau européen de sites écologiques. Des Zones de Protections Spéciales (ZPS) ont été mises en place pour protéger les habitats des espèces d’oiseaux menacées. Cette directive s’est ensuite étendue à toute la flore et la faune en danger.

    Emblème breton et de la Ligue de Protection des Oiseaux, le Macareux (Fratercula arctica – petit frère de l’Arctique) surnommé clown ou perroquet des mers pour son bec bariolé de rouge, bleu et jaune à la saison des amours, est une véritable attraction de l’archipel des Sept Iles. 10 000 à 15 000 couples étaient présents en 1900 contre seulement un millier de nos jours. On ne le trouve que sur des îles très isolées, le macareux est un peu moine.

    7 • Tourisme responsable

    Charte éthique du voyageur

  • Charte éthique du voyageur
    Chacun de nous peut contribuer à être un voyageur responsable, attentif au monde et à ses habitants, en suivant quelques conseils, avant, pendant et après le voyage.

    Avant le voyage : Préparer son voyage, c’est d’abord s’intéresser à la destination.
  • Bien s’informer sur les habitants et leur mode de vie, le patrimoine, la religion, l’environnement, l’économie, et apprendre quelques mots dans la langue de la destination.
  • Choisir des professionnels impliqués dans le tourisme responsable : agences de voyage, tour-opérateurs, compagnies aériennes, guides, activités sur place, hébergements, restaurants.
  • N’emporter que l’essentiel, et garder de la place dans la valise pour ramener des souvenirs fabriqués localement. Se renseigner sur la pratique et les limites du marchandage des prix et sur les pourboires laissés aux professionnels : restaurants, hébergements, guides, artisans, commerçants, sans s’obstiner à vouloir obtenir des privilèges.
  • Pour partir l’esprit léger, garder l’esprit critique. S’interroger sur la réalité des risques de la destination, et se renseigner auprès des organismes compétents, sans se laisser trop influencer par certains médias.

    Pendant le voyage : Respecter aussi bien la nature que les hommes et leur culture.
  • Se mettre au diapason des us et coutumes de la destination, sans imposer ses habitudes ni son style de vie, en portant attention à la manière de s’habiller notamment dans les lieux de culte, mais aussi aux signes de richesse qui peuvent contraster avec le niveau de vie local. Goûter la cuisine locale, et être curieux des modes d’hébergements authentiques.
  • Avant de photographier une personne, prendre le temps de lui demander l’autorisation et profiter de l’occasion pour nouer le dialogue. Pour les enfants, demander l’accord des parents.
  • Comme chez soi, trier les déchets lorsque cela est possible, économiser l’eau et l’énergie. Respecter aussi les règles affichées dans les espaces naturels, afin de préserver l’équilibre des lieux, de même que dans les musées, les villes, ou sur les plages.
  • Veiller à ne pas prélever de souvenirs dans les sites naturels et archéologiques, et à ne pas favoriser le vol et les dégradations en achetant des objets sacrés ou des produits issus d’espèces protégées. Préférer le don aux associations compétentes, aux écoles, aux chefs de villages, plutôt que de favoriser la mendicité, notamment celle des enfants. Dénoncer l’exploitation sexuelle des enfants. Dans plusieurs pays dont la France, des lois poursuivent les délits sexuels commis à l’étranger.

    Après le voyage : Favoriser le dialogue entre les cultures pour permettre un tourisme facteur de paix.
  • Honorer ses engagements avec les personnes rencontrées pendant le voyage, l’envoi de photos par exemple. Si vous avez remarqué des situations graves et intolérables, les signaler à l’agence qui vous a vendu le voyage ou aux autorités compétentes.
  • Compenser tout ou partie des émissions liées à son voyage, et notamment les déplacements en avion, en contribuant à des projets de solidarité climatique. Soutenir des initiatives locales en donnant à des associations de développement, en s’engageant au sein d’ONG, ou en achetant des produits du commerce équitable.
  • Partager son expérience de voyageur, en famille, avec ses amis, ou sur les réseaux sociaux pour témoigner des richesses et des fragilités de notre planète, et faire bénéficier aux autres de conseils pour voyager mieux.
  • Préparer son prochain voyage, proche ou lointain, en prenant conscience des nombreuses vertus du tourisme, non seulement économiques et sociales mais aussi culturelles et environnementales. Le tourisme donne de la valeur au patrimoine et encourage sa protection.

    Pour de plus amples informations sur le tourisme responsable et profiter d’autres conseils pour voyager mieux : www.tourisme-responsable.org
  • Agir pour un tourisme responsable (ATR)

  • NOTRE ENGAGEMENT AUPRÈS D’AGIR POUR UN TOURISME RESPONSABLE

    L’esprit ATR
    Être membre d’ATR (Agir pour un Tourisme responsable), c’est s’engager sur la limitation des effets négatifs de l’activité touristique. C’est développer de nouvelles pratiques de tourisme responsable et durable. C’est aussi un état d’esprit qui correspond pleinement à ce que nous sommes chez Nomade Aventure et, surtout, à ce que sont nos clients.

    La labellisation
    Cela fait plusieurs années que nous sommes engagés dans une démarche qualité contrôlée, tous les ans, par un audit.

    Aujourd’hui, nous sommes labellisés avec ECOCERT, un organisme indépendant qui contrôle le respect des valeurs affichées par les entreprises.
    Nous sommes fiers dans ce cadre de participer à l’élaboration de critères mesurables pour :
  • encourager le développement d’un tourisme qualitatif pour une découverte authentique des régions d’accueil et de leur culture ;
  • veiller à ce que les retombées économiques soient le plus justement réparties entre les acteurs du voyage, et participer à un développement durable des destinations ;
  • respecter les usages et différences culturelles des régions d’accueil ;
  • respecter l’environnement et le patrimoine culturel et naturel ;
  • informer de façon transparente et sincère ;
  • s’engager en matière de compensation CO2.

    Des principes qui sont partagés par toute la tribu Nomade, mais aussi par l’ensemble de ses partenaires, prestataires ou réceptifs.

    Pour mieux comprendre notre démarche, n’hésitez pas à consulter le Cahier des charges ATR que nous devons respecter. Egalement, pour toute information concernant la labellisation ATR, rendez-vous sur le site www.tourisme-responsable.org

    Et vous, que pouvez-vous faire ?

    Nomade Aventure vous recommande d’adopter durant votre séjour une attitude fidèle aux engagements d’ATR. Ces recommandations sont précisées dans LA CHARTE ETHIQUE DU VOYAGEUR que vous avez reçue avec vos documents de voyage et que vous pouvez consulter à tout moment sur notre site Internet. Nous pouvons également vous l’envoyer par courrier, sur simple demande de votre part.

    Quelques conseils : évitez l’usage des bouteilles en plastiques, évitez les emballages en portions individuelles, et rapportez tout ce vous pouvez, en particulier les piles et emballages plastiques, difficilement recyclables actuellement dans bon nombre de pays.

  • Adoptez la Nomad'titude !

    Durant votre séjour, nous vous recommandons d'adopter une attitude fidèle aux engagements d'ATR. Ces recommandations sont précisées dans la charte éthique du voyageur que vous avez reçue avec vos documents de voyage et que vous pouvez consulter à tout moment sur notre site internet www.nomade-aventure.com
    Nous pouvons également vous l'envoyer par courrier, sur simple demande de votre part.
    Quelques conseils : évitez l’usage des bouteilles en plastique, les emballages en portions individuelles, et rapportez tout ce vous pouvez, en particulier les piles et emballages plastiques, difficilement recyclables actuellement dans bon nombre de pays.
    Enfin, ramenez-nous des nouvelles fraîches des pays visités en complétant le "Questionnaire qualité" au retour de votre voyage.
    En voyageant avec Nomade Aventure, vous serez acteur d'un tourisme respectueux et solidaire, vous influerez sur l'évolution et le développement des populations rencontrées. Vous aurez aussi une responsabilité certaine et un rôle de garant de la philosophie « Agir pour un Tourisme Responsable ».

    Téléphone

    Ils y sont allés, ils nous en parlent

    Rien de tel que les avis de nos clients pour vous éclairer dans votre choix… et nous aider à améliorer nos voyages !

    Avatar de Amélie ayant fait le voyage La côte de Granit Rose en kayak !

    Amélie,
    Partie le 08/07/2018
    Très satisfait

    France, La côte de Granit Rose en kayak !

    Magnifique séjour où chaque jour est un réel émerveillement... Merci !

    Avatar de Linda ayant fait le voyage La côte de Granit Rose en kayak !

    Linda,
    Partie le 06/08/2018
    Très satisfait

    France, La côte de Granit Rose en kayak !

    Un véritable voyage au large des côtes bretonnes, loin des sentiers battus, avec un guide qui a su nous transmettre sa passion et ses connaissances de la mer, mais qui a aussi su nous sensibiliser à sa fragilité.