Le Cap-Vert en 5 mots-clés !

  • L’accueil 5 étoiles des Capverdiens (toujours bon enfant !)
  • Mindelo, capitale culturelle (et son ambiance festive)
  • L’île de Santo Antão (paradis de la rando)
  • Césaria Evora (la diva aux pieds nus reste l’icône du pays)
  • Tarrafal (et ses vallées verdoyantes)

Que faire au Cap-Vert ?

Voyager au Cap-Vert, c’est profiter à la fois de superbes treks et de la douceur de vivre d’un pays très attachant. Une destination pour tous : des familles actives aux mordus de dénivelés en passant par les amateurs de balade tranquille…

Côté rando au Cap Vert, il y en a pour tous les goûts sur Santo Antão ou sur la discrète São Nicolau. Découvertes tranquilles sur des chemins pavés ou sur la lave pétrifiée des volcans endormis de Calhau. Plus dynamiques le long des falaises escarpées des deux îles. À Fogo, faire l'ascension majestueux Pico del Fogo, volcan actif et point culminant de l’archipel (2 829 m). On peut aussi s’offrir une escapade en bateau, farnienter sur de belles plages, se baigner et pratiquer le snorkeling, notamment sur l’île de Santiago vers Tarrafal, sur São Vicente ou sur Sal. Jeux de piste en famille, parties de pêche et balades à dos d’âne à São Vicente. Pour prendre soin de soi, on peut aussi opter pour les massages bien-être au quotidien sur Santo Antão. Voire finir la journée en terrasse à siroter un bon petit rhum local, bercé par la musique capverdienne (batuko, catchupa ou morna…), tout en fredonnant cet air de Cesária Evora "Petit pays, je t'aime beaucoup...".

Que voir au Cap-Vert ?

Incontournables, São Vicente, Santo Antão et Santiago vous en mettront plein les yeux. Mais d’autres pépites plus secrètes vous attendent aussi.

Il y a bien sûr l'île de Boa Vista et ses allures de Sahara avec ses dunes immenses, ses oasis lovées de palmiers et ses longues plages de sable blanc. Puis celle de Sal très prisée par le tourisme balnéaire avec ses plages de sable doré. Et pour un séjour en immersion dans la culture du pays, il y a São Vicente et sa "capitale" Mindelo. Un must ! Sans oublier le festival de musique de Baía das Gatas en août. Immanquable ! La région montagneuse de Santo Antão est propice à de magnifiques randonnées, avec des haltes dans de petits villages colorés, accrochés aux falaises comme Cha de Igreja surplombant l'océan, Ribeira Grande, Cha de Pedra, Alto Mira ou encore Porto Novo, sur la côte. Paulo, l’un de nos guides, se fera une joie de vous faire découvrir Fontainhas, son village natal. Une pure merveille ! Sur l'île de Santiago, la baie de sable noir de Tarrafal tranche avec l’eau turquoise : un petit bijou. Pour un spectacle totalement lunaire et à l’écart des sentiers battus, direction Fogo. Les traces de la dernière éruption du « pico », en 2014, sont encore aussi visibles qu’impressionnantes. Les villageois, rôdés aux réveils de leur cher volcan, se feront un plaisir de vous en raconter l’histoire épique. Encore plus confidentielle, dans l'archipel de Barlavento, l’île de São Nicolau, la plus isolée de l’archipel Nord, a gardé ses traditions intactes ainsi que l'île de Brava, très sauvage

Qui rencontrer au Cap-Vert ?

Les descendants des explorateurs portugais vous attendent...

Ces îles situées entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique n’ont été peuplées qu’à partir du milieu du XVe siècle, lorsque quelques voyageurs portugais ont décidé de s’y installer. Aujourd’hui, qu’ils soient cultivateurs, pêcheurs, artistes ou potiers, les Capverdiens ont tous un sens incroyable de l’accueil et du partage. 80% d’entre eux sont issus du métissage entre Africains et Européens. Le résultat : des blonds aux yeux bleus, des bruns aux yeux verts clairs, toutes les teintes de peau et un créole qui varie légèrement d’une île à l’autre.

Où dormir au Cap-Vert ?

Dans tous types d'hébergements : du roots sur les toits des maisons à l'hôtel de charme en passant par des hébergements chez l'habitant...

Sur chaque île, les soirées au Cap-Vert donnent l’occasion d’une immersion au cœur du pays. L’archipel, en effet, n’a que peu d’hôtels. En revanche, les gîtes et les residencialsont légion. Dans ces maisons, les habitants partagent leur repas avec vous et ont préparé une chambre, réservée pour les hôtes de passage. Le confort y est modeste mais la vie dans une famille capverdienne et les repas partagés sont un vrai luxe d’authenticité. Parfois, la terrasse est aménagée pour y dormir à la belle étoile (très typique !), l’endroit étant plus agréable pour profiter d’un peu d’air frais. Sur Santo Antão, vous apprécierez le confort des écolodges ou vous goûterez à une nuit en bivouac sous tente au cœur de la nature. Sur São Vicente, quelques hôtels de charme vous attendent.

Quand partir au Cap-Vert ?

La saison idéale pour randonner au Cap-Vert : à la fin de la période des pluies, entre septembre et novembre !

À quelques heures de la France, le pays est accessible 365 jours par an. Sur l’année, la moyenne annuelle des températures oscille entre 25°C et 30°C quand celle de l’eau tourne autour de 23°C à 26°C. Le bonheur, on vous dit ! Le top, c’est de s’envoler entre la fin de la saison des pluies et la reprise de la sécheresse, entre fin-septembre et mi-novembre. La nature, particulièrement à Santo Antão, offre alors au moins 50 nuances de… vert, des vents moins forts et un climat chaud et sec. En décembre et janvier, les soirées sont légèrement plus fraîches mais les températures de la journée sont optimales pour la rando. Enfin, les amateurs de couleurs, d’ambiance festive et de musique, ne manqueront surtout pas le très réputé carnaval de Mindelo (à São Vicente) au mois de février. Certains en parlent même comme un mini-Rio.