1 • Formalités

Passeport

Passeport en cours de validité, valable 6 mois après la date de retour pour les ressortissants français, belges et suisses. En complément, il faut que le passeport comporte deux ou trois pages vierges (selon les vols avec escale), pour recevoir les cachets d’entrée et de sortie. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel. A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents. Les mineurs voyageant dans ces conditions devront présenter : carte d'identité ou passeport (selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire sera accessible sur le site www.Service-Public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.

Il est important de noter que si vous faites escale et êtes en transit par l’Afrique du Sud et si vous voyagez avec un mineur, il pourra vous être demandé de respecter les formalités d’entrée des mineurs en Afrique du Sud. Ces pièces prouvant la filiation du mineur avec les autres personnes voyageant avec lui sont indispensables, certaines compagnies aériennes les exigeant dès l’embarquement depuis votre point de départ. Il est donc très important de suivre les recommandations suivantes : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/afrique-du-sud/

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Les ressortissants français, belges ou suisses n´ont pas besoin de visa pour un séjour de moins de 90 jours.

2 • Santé

Vaccins obligatoires

La vaccination contre la fièvre jaune n'est pas obligatoire à l'arrivée à Windhoek pour les voyageurs arrivant d'Europe ou d'Afrique du Sud. Elle n'est pas non plus recommandée pour ceux d'entre eux qui voyageront dans la plus grande partie du pays. Mais, la circulation épidémique du virus dans l'Angola voisin nous incite à la recommander à ceux dont l'itinéraire confinera à la frontière nord du pays : nord du Koakaland, pays Himba, rivière Kunene, bande de Caprivi. Enfin, elle pourrait être exigée de ceux qui auraient fait un stop aux chutes Victoria, côté Zambie ou Zimbabwe.
Rappelons la validité à vie de la vaccination, qui doit être faite dans un centre de vaccinations internationales.

Vaccins conseillés

Comme toujours et partout, il est important d'être immunisé contre diphtérie, tétanos, coqueluche et poliomyélite, hépatites A et B, rougeole pour les enfants. Et, en fonction de la durée et du type du voyage, contre typhoïde et rage.

Paludisme

La première des mesures préventives est la protection individuelle contre les piqûres de moustique (répulsifs efficaces, vêtements couvrants au coucher et au lever du soleil, moustiquaires imprégnées).
le risque de paludisme ne concerne que le nord du pays : la zone frontalière avec l'Angola et la bande de Caprivi, mais aussi l'extrême nord du parc d'Etosha et du Kaokoland, régions où un traitement préventif sera nécessaire. Les séjours y étant généralement courts, le plus adapté est l'Atovaquone-Proguanil (Malarone ou un de ses génériques), sinon Doxycycline ou méfloquine (Lariam).

Autres risques

Les risques d'affections transmises par des piqûres d'insectes (moustiques, mouches) sont présents partout hors des grandes villes. Même chose pour les risques alimentaires, en dehors des camps et lodges. Les voyageurs s’aventurant dans le Namib ou le Kalahari devront être équipés pour le désert : risque de chaleur le jour et de froid la nuit ; réserves d'eau et de nourriture suffisantes, vigilance à l'égard des animaux venimeux (serpents, scorpions). Baignades : les bains en mer, sur Skeleton Coast ou à Cape Cross, sont peu tentants, non pas à cause des milliers de phoques que vous y verrez, mais, plutôt, à cause de la violence des rouleaux et des courants.

3 • Géographie

Capitale

Windhoek.

PIB

6 431 US$ par habitant.

Point culminant

Le Königstein (2 573 mètres), dans le massif du Brandberg.

Climat

Les saisons sont inversées par rapport à l'Europe.
La Namibie présente trois types de climats : désertique (côte), subtropical (nord) et semi-aride (dans le reste du pays).
De décembre à avril, c'est l'été austral, mais aussi la saison des pluies. Il fait très-chaud ; les températures varient entre 16° et 34° et peuvent atteindre 45° dans les zones désertiques.
De mai à septembre, c'est l'hiver, la saison sèche. Les températures varient entre 4° et 22° ; elles descendent jusqu’à -10°, la nuit, dans le désert du Kalahari.
D'octobre à décembre : saison chaude et sèche, idéale pour les amoureux de la faune sauvage (la végétation étant moins dense, les animaux sont plus visibles).

Géographie

La Namibie est un Etat de l’Afrique australe, sur la côte ouest.
Quatre grands ensembles la composent : à l’ouest, le désert du Namib (1/5e de la superficie totale ; la région la plus aride du monde, vieille de plus de 80 millions d'années) et les plaines côtières ; le plateau central (la moitié de la superficie ; altitudes entre 1 000 et 2 000 m) ; à l’est, le Kalahari (aux frontières botswanaise et sud-africaine) et le bushveld boisé du Kavango et du Caprivi (nord-est).

Economie

L’économie namibienne est dépendante de celle de l’Afrique du Sud (85% des importations) et des fluctuations du marché des ressources naturelles. Le sous-sol est la première richesse du pays : uranium, cuivre, argent, diamant. L’agriculture (qui occupe la moitié de la population active, pour 5 à 10% du PIB) relève de conditions climatiques peu favorables et d’une difficile réforme agraire. La pêche est une activité importante. L’industrie représente 30% du PIB et les services environ 60%. Le tourisme, depuis quelques années, prend une part croissante à ce dispositif.
Les autorités ont engagé d’importants travaux d’infrastructure et encouragent le développement du secteur privé (en dépit d’une fiscalité encore lourde pour les sociétés). Le taux de croissance est d’un peu plus de 3% depuis 1990 ; par contre, le tiers de la population est au chômage et le sida a un impact négatif grave sur la population.

Faune et flore

On retrouve les Big Five (éléphant, rhinocéros noir, buffle de Cafrerie, lion, léopard), mais aussi de nombreuses espèces d'antilopes (guibs, céphalophes, gemsboks, koudous, dik-diks, impalas, cobs, springboks, gnous, oryx gazelles...), les girafes du Cap, hippopotames, zèbres (dont le rare zèbre de montagne), guépards, rhinocéros blancs… Sans oublier la hyène brune ou le chien oreillard. Mais les plus communs parmi les mammifères sont les babouins et les phacochères, que l’on rencontre dès la périphérie des villes. Les reptiles et les insectes sont abondants. Et les oiseaux : pélican, flamant rose, aigle bateleur, sterne des baleiniers, tétras des sables, outarde de Rüppel, moqueur damara, républicain social aux énormes nids collectifs…

Longue de mille quatre cents kilomètres, la côte namibienne accueille chaque année plus d'un demi-million d´otaries et de lions de mer.

La savane broussailleuse couvre 60% du territoire. On s’intéressera, dans les zones arides, aux différents types d’adaptation des végétaux au manque d’eau. Le nord-ouest (bande de Caprivi) a une forêt subtropicale dense.

4 • Hommes et cultures

Population

2 055 080 habitants (2007).

Langue Officielle

L'anglais.

Langue parlée

Outre l’anglais officiel, l´afrikans et l´allemand se parlent, ainsi que de nombreuses langues indigènes (dont les fameuses langues à clics des San).

Peuple

La population namibienne est composée de 88% de noirs, 6% de blancs et 6% de métis. Les premiers habitants de la région furent les San (Bochimans), dont certains groupes mènent encore une existence (difficile) de chasseurs-cueilleurs. On citera ensuite les peuples bantous, Ovambo (majoritaires), Herero, Himba, Kavango, Damara…

Religion

80% des Namibiens sont chrétiens et 20% animistes. Les luthériens sont les plus nombreux, mais la communauté catholique, d’origine portugaise, est vigoureuse.

Calendrier des Fêtes

Mars : festival de rue de Mpabira-Enjando, qui rassemble une foule de danseurs et de musiciens en costume traditionnel.
21 mars : fête nationale.
Fin avril ou début mai : le carnaval de Windhoek (ou WIKA).
26 août : les « Herero au drapeau rouge » (Red Flag Herero People) se réunissent en costume traditionnel à Okahandja (pour commémorer la mort de leurs chefs tués lors des guerres contre les Khoïkhoï et les Allemands). Les Mbanderu ou « Herero au drapeau vert » (Green Flag Herero People) se réunissent, quant à eux, autour du 11 juin. Et, enfin, les « Herero au drapeau blanc » (White Flag Herero People) se rassemblent à Omaruru, autour du 10 octobre, pour célébrer leur chef Zeraua.
Fin septembre : foire agricole de Windhoek.
Fin octobre : Oktoberfest de Windhoek (et d’ailleurs).

Histoire

A l’arrivée des premiers Européens, San et peuples bantous se partageaient la région. Lorsqu’Anglais et Allemands vinrent tâter le coin (1830-1880), les colons Oorlams afrikaners s’étaient installés. Pourtant, en 1884, un commerçant de Brême commandite la fondation de Lüderitz ; dans la foulée, le territoire compris entre les fleuves Cunene et Orange devient le Protectorat (allemand) du sud-ouest africain (Deutsch-Südwestafrika). L’armée du Kaiser, commandée par Curt von François, établira Windhuk (Windhoek) en 1890 et Swakopmund deux ans plus tard. La bande de Caprivi, qui doit assurer la liaison avec les colonies d’Afrique de l’est, est adjointe à l’ensemble. A l’égard des peuples autochtones : politique du mauser et de la menue monnaie. Ceux-ci apprécient peu et le font savoir violement. En 1904, le soulèvement des Herero est réprimé sans état d’âme, mais avec méthode, par le général Lothar von Trotta, qui reprend une idée anglaise : le camp de concentration. La Première Guerre mondiale permet à l’Union sud-africaine de prendre le contrôle de la colonie allemande.
En 1920, la SDN donne mandat aux Sud-Africains pour l’administration du territoire. La mise en place de l’apartheid (1959) est rapidement suivie par la création, à New York, de la SWAPO (Southwest African People Organisation), syndicat ovambo, qui se dote d’un bras armé. Le mandat sud-africain est, dès lors, de plus en plus contesté par les organisations internationales (et révoqué en 1968). Sur le papier, le Sud-Ouest africain devient la Namibie. L’ONU, sous la pression des soviétiques et des pays du tiers-monde, reconnait le leadership de la SWAPO. Mais celle-ci, violente, marxiste-léniniste, inquiète les Occidentaux, qui lui préfèrent les groupes politiques participant à la conférence constitutionnelle de Turnhalle. En 1979, l’apartheid est aboli. Il faudra attendre la fin des années quatre-vingt pour que la SWAPO (cantonnée à la périphérie du pays), rejetant le léninisme, accepte de rejoindre les autres formations politiques namibiennes. L’évolution sud-africaine profite à la Namibie, qui accède au rang d’Etat indépendant en 1990.

Politique

La Namibie est une république (composée de 13 régions administratives). Le président, chef de l’Etat, est élu pour cinq ans au suffrage universel (mandat renouvelable une fois). Il nomme le premier ministre et les membres du gouvernement. Le parlement est à deux chambres : l’Assemblée nationale (78 élus, pour un mandat de cinq ans) et le Conseil national (26 élus, pour 6 ans). L’Assemblée est le corps législatif principal, le rôle du Conseil étant surtout consultatif. La Cour suprême est la plus haute juridiction du pays.

Célébrités

Sam Nujoma (né en 1929) : leader historique de la SWAPO et premier président de la Namibie. Le chef révolutionnaire sut faire preuve de réalisme et s’adapter aux changements des années quatre-vingt dix.

Frankie Fredericks (né en 1967) : le sprinter, médaillé d’argent des JO de Barcelone et d’Atlanta, champion du monde du 200 m en 1993, est né dans la banlieue de Windhoek.

N!xau (1944-2003) : fermier et acteur bochiman, il fut le héros du film Les dieux sont tombés sur la tête. Retourné à la terre après ses succès, il est mort de tuberculose.

Savoir-vivre

Au restaurant, le service n´est, en général, pas compris. Un pourboire de 10% du montant de l’addition est d´usage mais dépend, bien sûr, de la qualité de la prestation.
De même, un pourboire est d’ordinaire laissé aux chauffeurs de taxi (autour de 10% du montant de la course).
Quant aux bagagistes, on leur donnera l’équivalent de 1 euro par bagage. 1 euro également aux voituriers.

Achat

Dans le large éventail d’articles que propose la Namibie, nous citerons :
– les pierres précieuses : diamant, améthyste, topaze, tourmaline...
– la maroquinerie, qui utilise des peaux d'animaux d'élevage, mais aussi sauvages (koudou, otarie...)
– le bois : exploité dans le nord (région de l'Okavango).
– les articles de chasse (arc, flèches, carquois...), produits de l'artisanat bochiman.

Cuisine

On ne s’étonnera pas de voir la table témoigner de l’histoire. On pourrait donc prendre, pour commencer, des larves de Mopane (Mopane Worms) et poursuivre par des viandes grillées (bœuf, koudou, oryx, springbok…), ou bien sacrifier au potjiekos (ragoût viande-légumes), pour terminer par un apfelstrudel. Ce serait faire peu de place aux produits de la mer, et rater quelque chose…

Boisson

Il est recommandé de boire de l'eau en bouteille (capsulée). En revanche, les Allemands ont une qualité qui les distingue : ils sont brasseurs. Les Namibiens célèbrent donc le houblon dans d’excellentes conditions (l’Oktoberfest de Windhoek, c’est un peu comme la java de Broadway). Le vin vient d’Afrique du Sud.

5 • Transports

Route

Le réseau routier est bon.
Conduite à gauche.
Sauf indication contraire, la vitesse est limitée à 60 km/h dans les agglomérations, 120 km/h sur route goudronnée et 80 km/h sur les autres voies. Le port de la ceinture est obligatoire. La réglementation routière doit être scrupuleusement respectée. Les infractions sont sévèrement sanctionnées.
Les pistes sont bien entretenues et ne demandent pas de véhicule tout terrain ; sauf dans le nord.

Les conducteurs étrangers doivent avoir plus de dix-huit ans et être titulaires d'un permis de conduire de plus d'un an. Le permis de conduire français est suffisant pour prendre en compte un véhicule de location. Toutefois, la police peut exiger un permis de conduire international et verbaliser les conducteurs qui en seraient dépourvus. Si donc la possession du permis international n'est pas obligatoire, elle est fortement recommandée, afin d'éviter amendes et contretemps.

Signalisation routière internationale. Les panneaux « danger » doivent être pris en considération, particulièrement lorsqu’ils indiquent le passage d’animaux. Ceux-ci peuvent surgir sur la route de façon inattendue et provoquer des accidents graves.
Les indications de direction sont systématiques et précises.
On a intérêt à profiter des stations service lorsqu’elles se présentent.
Les animaux sauvages, éblouis par les phares, réagissant de manière imprévisible, la conduite nocturne est vivement déconseillée !

Attention poussière ! Lorsqu’ils roulent sur les pistes, elle pénètre dans le compartiment arrière des pick-up de location ; vos bagages en seront couverts dès le premier jour. Emporter soit des bagages à coque dure, qui peuvent être facilement nettoyés, soit des housses, qui protégeront sacs et valises.

Train

La compagnie de chemin de fer du Trans-Namib relie entre elles la plupart des grandes villes du pays. Le service est fiable ; les trains ont une classe économique et des wagons-couchettes. Malgré sa lenteur, c'est un moyen peu onéreux et agréable de découvrir le pays.

Avion

Le pays est bien desservi par les lignes aériennes intérieures, mais l'avion reste cher. De Windhoek, il existe des vols réguliers à destination de Tsumeb, Rundu, Katima Mulilo, Keetmanshoop, Luderitz, Swakopmund et Oshakati.

6 • Infos pratiques

Décalage

La Namibie est à GMT+1 et pratique un horaire d’été (+2), c'est à dire :
- en été (austral = notre hiver) : il a une heure de décalage (quand il est 12h00 en France, il est 13h00 en Namibie) ;
- en hiver (austral = notre été) : une heure également (mais quand il est 12h00 en France, il est 11h00 en Namibie).

Argent

L´unité monétaire est le dollar namibien (nad), divisé en 100 cents.

Des appareils de change automatiques sont à disposition dans certains aéroports. Les cartes de crédit sont acceptées partout, excepté pour l´essence, que l’on ne règle qu’en espèces.

Electricité

220 volts en général.
Les prises de courant présentent trois grosses fiches rondes en triangle. Prévoir un adaptateur « Afrique du Sud - Inde » (on ne trouve pas ce format sur les adaptateurs dits « universels »).

Horaire

Les commerces sont ouverts de 8h00 à 13h00 et de 14h30 à 17h00, du lundi au vendredi.

Média

The Namibian est le principal quotidien du pays.

Téléphone

Pour appeler la Namibie depuis la France, il faut composer le 00 + 264 + l´indicatif de la ville + le numéro de votre correspondant. Indicatifs urbains : Windhoek, 61 ; Swakopmund, 64 ; Keetmanshoop, 63 22 ; Mariental, 63 ; Tsumeb, 67 ; Omaruru, 64.
Pour appeler la France depuis la Namibie, il faut composer le 00 + 33 + le numéro de votre correspondant à 9 chiffres (sans le 0 initial).

Un appel international en PCV se demande au 0900.
Les cabines téléphoniques à monnaie prennent des pièces de 1 ou 2 dollars namibiens.
Vous pouvez acheter des cartes téléphoniques au comptoir postal de l´aéroport ou dans n’importe quel bureau de poste.

Internet

On trouve désormais des accès Internet dans toutes les grandes villes (cybercafés, hôtels et lodges).

Couverture GSM

La couverture GSM est correcte dans l'ensemble.
Nous vous conseillons, pour plus de détails, de contacter votre fournisseur d'accès avant de partir.

Devise

NAD ZAR

Taux

Cours d'achat estimé : 1 NAD = 0.062779 Euros au 14/12/2017 - Source : www.xe.com Cours d'achat estimé : 1 ZAR = 0.062779 Euros au 14/12/2017 - Source : www.xe.com

7 • Adresse utiles

Ambassade

Ambassade de Namibie en France
80, avenue Foch - 75016 Paris
Tél. : 01 44 17 32 65 (section consulaire)
Fax : 01 44 17 32 73 (section consulaire)
Email : info@ambassyofnamibia.fr
Web : www.embassyofnamibia.fr

Ambassade de Namibie en Suisse
Avenue de Tervueren, 454 - 1150 Bruxelles
Tél. : 02 771 14 10
Fax : 02 771 96 89
Email : info@namibiaembassy.be
Web : www.namibiaembassy.be

La Suisse relève de l’ambassade de Namibie à Bruxelles.

Consulat

En France et en Belgique, les services consulaires sont assurés par l’ambassade.

Office de tourisme

La Namibie n´a pas d´office de tourisme en France. On consultera le site officiel du Namibia Tourism Board : www.namibiatourism.co.na/french/

8 • Environnement

Situation Environnementale

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à la Namibie.
– Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructures d´élimination de ces déchets. Par exemple : les piles et batteries, les médicaments périmés, les sacs plastiques.
– La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets.
– Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas forcément absolument nécessaire sous tous les climats.
– En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors–piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : cueillir des fleurs rares, ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc.

La Namibie est l’un des premiers Etats à avoir intégré la protection de l’environnement à sa constitution, dès les années 90. Elle s’est aussi dotée d’un ministère dont les compétences sont, conjointement, le tourisme et l’environnement : elle se veut un exemple régional.
Le déclic environnemental de la Namibie s’est produit à la suite d’importantes campagnes de safari et de la mise en exploitation de vastes surfaces de savane. Face à un risque sérieux d’extinction de la faune sauvage, l’administration a « nationalisé » la nature et les exploitants ont perdu tout droit sur les ressources sauvages de leurs terres. Cette mesure radicale eut aussi ses effets pervers : il était devenu impossible d’abattre des animaux qui, à nouveau en nombre, dévastaient les cultures. C’est pourquoi, en 1996, des « conservancies » ont été mis en place. Il s’agit de dispositifs qui fixent, sur un mode durable, des quotas d’exploitation et de chasse et qui attribuent ces quotas aux populations locales. Ces « conservancies » sont une vraie réussite, qui permet de développer l’économie rurale tout en protégeant l’environnement.
Parmi d’autres projets, relevons celui qui prévoit l’installation de « couloirs » entre les différents parcs nationaux. Les animaux pourraient ainsi circuler en toute sécurité et liberté. L’institut écologique d’Etosha étudie la possibilité de planter du piment rouge pour établir une barrière naturelle entre les aires d’exploitation et les autres.

Depuis plus de dix ans, la Namibie recycle ses eaux usées : un traitement supplémentaire à la sortie des stations d’épuration permet de les utiliser à l’irrigation.

En 2007, un projet de 117 millions d'euro, pour la production d'électricité par éoliennes, a été accepté. Ces éoliennes doivent fournir 30 MW annuels ; ce n’est pas négligeable pour un pays qui ne disposait jusque là que d’une centrale thermique et d’une petite unité hydroélectrique. La plupart des fermes et des hôtels, en ville ou à la campagne, utilise l’énergie solaire pour l’alimentation électrique. La compagnie de téléphone nationale a recours, pour les téléphones portables, à des relais alimentés à l’énergie éolienne.