Destinations
Activités

Chez Nomade Aventure, 100% des émissions de CO2 de vos voyages (vols, transports terrestres, hébergements…) sont désormais absorbées, en finançant des programmes de plantation de mangroves, de reforestation ou de protection de forêts existantes. Et on ne s’arrête pas là ! Choix d’un fournisseur d’électricité 100% verte, création d’autotours en voiture électrique... jusqu’à proposer aux ⅔ de nos voyageurs à destination de toute l’Europe continentale, de partir en train plutôt qu’en avion !

Mesurer, réduire, absorber…
comment ça marche ?

On mesure chaque année nos émissions de CO2

Au niveau de l’entreprise

Énergie consommée, émissions liées aux bâtiments ou au réseau informatique, trajets de nos salariés… les sources d’émission de CO2 sont nombreuses au sein des entreprises. Grâce à des indices établis par l’ADEME, l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie, nous calculons le volume émis au cours d’une année.

Au niveau de nos voyages

Vol aller/retour, véhicules en tous genres, hébergements… Là aussi, le calculateur de l’ADEME - le plus exigeant qui soit à ce jour - nous permet de connaître le nombre de tonnes de CO2 émis chaque année sur nos voyages. Par exemple, un voyageur parti pour un autotour de 15 jours en 4x4 en Namibie, va produire en moyenne 5,3 tonnes de CO2.

On réduit de plus en plus nos émissions de CO2

Vive l’électricité verte dans nos locaux !

Nous avons changé de fournisseur d’électricité et sommes désormais passés chez Enercoop, coopérative et l'un des deux seuls fournisseurs d’électricité 100% renouvelable en France.

Au niveau de nos voyages

Italie, Albanie, Croatie, Écosse, Espagne, Portugal ou encore Russie, voilà des destinations de l’Europe continentale pour lesquelles on peut se passer de l’avion pour s'y rendre. Depuis mars 2020, nous proposons à tous nos clients le train comme alternative pour y aller (cela représente ⅔ de nos clients partant en Europe continentale). Si la durée de parcours s’en voit allongée, la qualité de votre voyage elle, est améliorée : votre rapport au temps est plus lent, votre immersion plus intense et vos ressentis forcément décuplés.

Depuis fin 2019, nous développons aussi des autotours en voiture électrique, pour le moment en Norvège avec cette « Aventure électrique en Norvège ! », et prochainement en Nouvelle-Zélande, en Polynésie, ou encore en Tanzanie.

Enfin, pour éviter l’avion dans l’hexagone à tous ceux qui le désirent, nous travaillons sur une offre de pré et post acheminement en train ou par covoiturage.

On absorbe 100 % de nos émissions de CO2

C’est une avancée énorme : aujourd’hui, nous absorbons l’intégralité des émissions de CO2 liées aux vols, aux transports terrestres et aux hébergements de vos voyages.

C’est quoi au juste l’absorption ?

Absorber le CO2 peut se faire notamment en plantant des arbres ou en évitant que d'autres soient coupés. En effet, les arbres sont de véritables puits de carbone, qu'ils sont capables de stocker en très grande quantité. Et ce qui est stocké n’est pas disséminé dans l’atmosphère, c’est aussi simple que cela !

Et, comment procède-t-on ?

Concrètement, nous avons choisi à la fois de planter des arbres, mais aussi de préserver certaines forêts vouées à la destruction. Ainsi, nous investissons – au travers de notre fondation d’entreprise Insolite Bâtisseur Philippe Romero - à hauteur de 100% du CO2 émis par les voyages de nos clients dans des programmes fiables (certifiés Gold Standard ou VCS, labels qui garantissent mesurabilité, fiabilité, additionnalité et permanence des programmes sur plusieurs décennies). Nous plantons de la mangrove - l’écosystème qui capte le plus de carbone - en Indonésie et en Inde ; au Pérou, nous protégeons une forêt primaire existante au cœur de l’Amazonie. Pourquoi ces programmes là en particulier ? Parce qu’ils ont un impact social fort sur les populations locales qui nous accueillent et ça, c’était aussi une composante essentielle de notre choix.

Par exemple, comme nous l'expliquions précédemment, un voyageur parti pour un autotour de 15 jours en 4x4 en Namibie, va produire en moyenne 5,3 tonnes de CO2. Pour absorber les tonnes de CO2 émises par notre client, nous devons planter 47 arbres.

Cas d’étude : le projet Yagasu dans le nord de Sumatra en Indonésie

Pour illustrer nos propos, penchons-nous sur le projet Yagasu qui comptabilise pas moins de 18 millions d’arbres plantés sur 3 ans et 2 millions de tonnes de CO2 absorbées ! Chaque année au moment de la saison des pluies qui s’étend d’octobre à mars, des villageois sont mobilisés massivement pour la plantation tout en tenant compte des autres activités qui les occupent. Différents villages sont mobilisés au cours des six mois pour parvenir à la semence de 6 millions d’arbres par saison ! Suivie par deux années de replantation qui suivront la plantation initiale et pour lesquelles là encore, les populations locales bénéficieront d’une nouvelle activité génératrice de revenus et de bienfaits pour l’environnement. Bien sûr, au cours des 20 années du projet, certains arbres ne survivront pas mais les pertes potentielles ont été prises en compte et ce sont bien 18 millions d’arbres qui seront plantés et absorberont jusqu’à 2 millions de tonnes de CO2 !

Les 4 programmes que nous soutenons…

En Inde

Les Sundarbans sont la plus vaste zone de mangroves au monde. Aux côtés de l’association Nature Environment & Wildlife Society (NEWS) et de Livelihoods, nous participons au reboisement de 5 500 hectares de palétuviers.

En Indonésie

Ici, notre soutien va à Yagasu, association indonésienne de protection pour l’environnement qui existe depuis 2003 avec laquelle nous nous attachons à restaurer 5 000 hectares de mangrove en lien avec les communautés des zones forestières.

En Amazonie, au Pérou

Nous soutenons l'action d'Amazonia Viva dans son programme de conservation forestière au cœur de la région de Martin Sagrado avec pour ambition de protéger 300 000 hectares de forêts.

Au Sénégal

Depuis 2010, notre investissement en Casamance avec l’association Océanium, a permis la plantation de plus de 10 500 hectares d’arbres (essentiellement des palétuviers) qui contribue à la réhabilitation de l’écosystème de cette région.

Testé et approuvé !

Nous exerçons notre activité de voyagiste dans le respect de deux cadres normatifs volontaires : le label "Agir pour un tourisme responsable" (ATR), depuis 2010, et la norme NF 20611 sur les bonnes pratiques en matière de durabilité dans le tourisme d’aventure, depuis 2019.

Label ATR

Critère CO03 : appliquer une politique de gestion environnementale et évaluer l’empreinte carbone de l'entreprise (bilan carbone).

Consulter le cahier des charges ATR

Norme NF ISO 20611

Article 5.2.3.2-d : limiter l’empreinte carbone à toutes les étapes de la prestation de service de tourisme d’aventure, et mettre en œuvre des actions pour la compenser.

Article 5.2.4.1-b : privilégier l’utilisation de sources d’énergie renouvelables…

Et vous, que pouvez-vous faire pour aller plus loin ?

  • Essayer de moins prendre l'avion quand cela n'est pas nécessaire (en France par exemple).
  • Partir léger ! Moins on a de poids et moins on émet de CO2. Et quel plaisir de voyager avec un bagage tout léger.
  • Soutenir la transition écologique en choisissant vous aussi Enercoop, fournisseur d’électricité 100% verte.
  • Absorber vos émissions de CO2 à titre individuel en soutenant des fondations et ONG qui œuvrent dans ce sens.
    On peut ainsi vous conseiller :
    - GoodPlanet, la fondation du célèbre Yann Arthus-Bertrand,
    - le Geres, en faveur de la solidarité climatique,
    - Pur Projet, l’entreprise de Tristan Lecomte qui n’est autre que le fondateur d’Alter Eco et qui investit aujourd’hui sur l’arbre comme levier de projets sociaux et environnementaux.
Améliorer la gestion des
déchets

Améliorer la gestion des déchets

Protéger la faune

Protéger la faune

Soutenir les populations
locales

Soutenir les populations locales

Favoriser l’accessibilité

Favoriser l’accessibilité