1 • Formalités

Passeport

Passeport en cours de validité (couvrant au minimum la durée du séjour) pour les ressortissants de l’Union Européenne et les Suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel. A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents. Les mineurs voyageant dans ces conditions devront présenter : carte d'identité ou passeport (selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire sera accessible sur le site www.Service-Public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.
- Si l’enfant voyage en compagnie de ses parents, aucun document n’est exigé hormis le passeport en cours de validité. Il est pourtant recommandé de se munir également d’un document prouvant la filiation - copie de l’acte de naissance ou du livret de famille - mais aussi d’une autorisation du père si l’enfant voyage avec sa mère seulement.
- En cas de divorce des parents, il est recommandé que celui accompagnant l’enfant soit muni d’une copie du jugement de divorce lui accordant la garde (en plus de l’autorisation écrite et du passeport).
- La loi marocaine exige que les enfants voyageant seuls ou avec d’autres personnes que leurs parents, soient munis d’une lettre avec signature légalisée à la mairie indiquant que leurs parents autorisent leur enfant à voyager avec « telle personne » et ce même si l’enfant dispose d'un passeport individuel.

Mesures de sécurité dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Pas de visa pour les ressortissants de l’Union Européenne, ni pour les Suisses, pour un séjour touristique de moins de trois mois. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

2 • Santé

Vaccins conseillés

Comme toujours, il est souhaitable d'être immunisé contre diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, hépatites A et B, rougeole (pour les enfants). Et, éventuellement, contre typhoïde et rage.

Paludisme

Pratiquement éradiqué, il peut être présent dans des endroits très localisés du Maroc, sous une forme bénigne qui ne nécessite pas de prévention médicamenteuse mais une bonne protection individuelle contre les piqûres de moustique (produits répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires imprégnées).

Autres risques

Observez les règles d'hygiène que nous vous avons conseillées, vous augmenterez vos chances d’y échapper. Le risque alimentaire existe, même (et peut-être surtout) dans les hôtels. Respectez les règles habituelles : lavage fréquent des mains, aliments chauds et cuits, boissons capsulées.

3 • Géographie

Capitale

Rabat.

PIB

4 600 euros par habitant (France : 26 000 euros par habitant).

Point culminant

Djebel Toubkal (4 167 mètres).

Climat

Au Maroc, les montagnes font le climat. Au nord, la chaîne du Rif protège le pays de l´influence méditerranéenne. Au centre, les massifs du Moyen-Atlas et du Haut-Atlas empêchent les influences océaniques de pénétrer trop avant... On se retrouve donc avec quatre zones climatiques.
Le climat est méditerranéen sur la bande côtière septentrionale, atlantique sur la bande côtière occidentale, continental à l´intérieur du pays, désertique dans le sud. Le tout largement conditionné par la latitude.
De ce fait, les oppositions été-hiver et nuit-jour sont d´autant plus importantes qu´on s´éloigne de la mer : les côtes ont toujours un climat doux avec quelques épisodes pluvieux, l´intérieur a des contrastes plus marqués. Quant aux montagnes, elles connaissent la neige en hiver (et même en été pour le sommet du Toubkal). C´est d´ailleurs la fonte de ces neiges qui permet la mise en culture des vallées du Haut-Atlas, qui se parent de champs vert tendre dès le printemps.
Le régime des vents est principalement atlantique, sauf lorsque l´anticyclone des Açores décide d´aller en balade vers le nord : se lève alors le chergui, le terrible vent chaud du sud, qui franchit l´Atlas et provoque un effet de foehn (pluies sur le versant au vent, air sec sur le versant opposé).

Géographie

Le Maroc est fils de la montagne. Au nord, le Rif, massif tertiaire, escarpé, difficile d´accès, borde les côtes méditerranéennes. Il est orienté nord-ouest sud-est. Au niveau de l´oued Moulouya, la ligne de crête s´incurve brutalement pour prendre une orientation nord-est sud-ouest et tracer une longue diagonale s´achevant aux alentours d´Agadir. Ce sont les massifs du Moyen et du Haut-Atlas, qui culminent au Djebel Toubkal. Cette diagonale sépare nettement les grandes plaines alluviales et cultivées du nord et les étendues steppiques et désertiques du sud. L´Anti-Atlas borde le Haut-Atlas au sud.
Moyen-Atlas et Haut-Atlas sont formés surtout de roches calcaires ; le premier est le plus ancien, ce qui explique son aspect parfois très érodé, ses plateaux et vallées d´altitude, bien différents de l´allure presque alpine du Haut-Atlas. Celui-ci comporte des parties granitiques ou des roches volcaniques (Djebel Siroua).
La chaîne de l’Atlas est, bien évidemment, un rempart naturel, sur lequel viennent buter les précipitations venues de l´Atlantique. Recueillies par une multitude d´oueds, les pluies dévalent vers les plaines côtières qu´elles alluvionnent et irriguent. Ceci explique la position des villes impériales, Fès, Meknès et Marrakech, au débouché des vallées. Là était l´eau, là se sont installés les hommes.
Au sud des Atlas, on se trouve en zone nettement plus aride et le nomadisme fait son apparition.
Les provinces du sud, désertiques, appartiennent franchement à l´ensemble saharien.

Economie

L´économie marocaine évolue vite. Les services entrent pour plus de 50% dans le PNB et la part de l´agriculture reste légèrement inférieure à 15%. Hormis les céréales, le Maroc est à peu près auto-suffisant en matière alimentaire : il est vrai qu´encore un Marocain sur deux est agriculteur ! Ces critères placent le Maroc dans la liste des pays en voie d´émergence.
Par contre, le Maroc doit importer pratiquement toute son énergie : il n´a pas de pétrole, l´hydroélectricité pâtit d´une hydrographie erratique et les énergies renouvelables sont inexploitées.
Les exportations sont d´abord halieutiques et agricoles : agrumes, légumes et poissons (Agadir est l´un des plus gros ports sardiniers du monde), mais, en revanche, les phosphates et les engrais en général pèsent d´un poids très lourd dans la balance commerciale.
L´industrie textile, bien que fortement concurrencée par les pays d'Asie, tient toujours une place importante dans l'économie du pays.
Le taux de chômage officiel est de 9%. Quant à l´inflation, elle a été jugulée et reste désormais inférieure à 4%. Le salaire minimum est de 1 840 dirhams mensuels environ.

Faune et flore

La flore est nettement méditerranéenne et le cèdre plus abondant que le sapin. Vous trouverez une riche flore importée, comme l´eucalyptus ou le figuier de Barbarie d´origine mexicaine. Mais, dans l´ensemble, l´alpha, le thuya, l´olivier, l´arganier seront vos compagnons de voyage. Palmiers partout, bien évidemment, surtout dans les oasis mais aussi dans les villes, où les arbres d´ornement introduits sont innombrables, du bougainvillier au tulipier de Virginie.
La faune n´est pas moins riche, quoique plus discrète. Les zones humides, comme l´embouchure de l´Oued Massa, ont toujours été des haltes importantes pour les migrateurs sur la route de l´Afrique de l´Ouest. Les oiseaux sont innombrables ; la cigogne est devenue emblématique du pays. La faune du désert est nettement plus rare, notamment les gazelles soumises à une chasse intensive.
Quant aux reptiles, ils savent se faire discrets, sauf sur la place Jemaa el Fna où les montreurs de serpents utilisent volontiers la couleuvre Malpolon, inoffensive, mais qui sait déployer son cou comme le cobra, avec lequel on la confond toujours.

4 • Hommes et cultures

Population

34 859 364 habitants (2010).

Langue Officielle

La langue officielle est l´arabe.

Langue parlée

En plus de l'arabe, le français est très couramment parlé. Le berbère, dominant dans les montagnes, est assez présent dans les villes.

Peuple

On pense en général que le Maroc est peuplé d´Arabes et de Berbères. Il est vrai que ces deux groupes sont dominants, même s’ils ne sont pas seuls.
Les Arabes représentent environ la moitié de la population. Issus des tribus conquérantes, ils sont essentiellement citadins.
Les Berbères (premiers occupants du Maroc, leur nom vient du latin barbarus), à l´opposé, forment l´essentiel de la population de la montagne et du désert. On en distingue généralement quatre groupes, parlant quatre variantes de la langue berbère : les Rifains, le groupe du Moyen-Atlas, les Berbères du Haut-Atlas et les groupes nomades des provinces du Sud (essentiellement des Reguibat). Bien que parlant une langue proche du tamachek, les Reguibat ne sont pas des Touaregs. Pour un Occidental, la différence la plus visible entre eux est la selle ; la selle reguibat est en forme de coquille et son ornementation est plus sobre.
Une anecdote sur les Berbères du Haut-Atlas, qui sont essentiellement des Chleuhs. Leur réputation de guerriers indomptables est proverbiale au point que leur nom est devenu, pendant la Première Guerre mondiale, le sobriquet donné aux soldats allemands.
La population juive est encore importante et jouit d´une position économique forte. Il est vrai que le Maroc a toujours été très tolérant à l’égard les Juifs, qui n´ont jamais subi d´avanies et sont parfaitement intégrés.
Enfin, il faut signaler deux populations minoritaires : les Occidentaux (plus de 100 000 personnes) et, dans le sud, des Haratines, descendant des esclaves des populations nomades.

Religion

Le Maroc pratique l´Islam sunnite, branche largement majoritaire dans le monde musulman. Les rites appartiennent à l‘école malékite, qui prône une interprétation assez souple du Coran, ainsi qu'une large tolérance.
Toutefois, on voit transparaitre parfois, dans certains pèlerinages, les croyances anciennes des Berbères. Le culte des marabouts peut faire penser à notre culte des saints, bien que l´Islam le réprouve. Les marabouts sont des personnalités plutôt bienveillantes que l´on utilise comme intercesseurs pour s´adresser à Dieu.

Calendrier des Fêtes

Fêtes religieuses (elles ne sont pas fériées, mais souvent chômées, et sont calculées selon le calendrier lunaire, leurs dates changent donc chaque année) :
– Ramadan (en 2011, il aura lieu du 1er au 30 août).
– L'Aïd el-Fitr (ou Aïd el-Seghir) marque la fin du mois de Ramadan.
– L'Aïd el-Kebir (ou Aïd el-Adha) commémore le sacrifice d'Abraham.
– L’Achoura qui commémore l´assassinat d’Hussein et les morts en général.
– Le Mouloud célébrant la naissance du Prophète.

Histoire

Les textes grecs et latins donnent aux habitants de l’actuel Maroc des noms divers. Après la conquête romaine, au début de l’ère chrétienne, le contact fixera Barbarus (d’où Berbère), selon le partage latin du monde. Solidaire de l’Empire, le pays subit les invasions barbares : les Vandales occupent la région de Tanger. Ensuite, le Maroc demeure dans la mouvance byzantine. En 682, voilà les Arabes ! Venus de Tunisie, ils islamisent la région, qu’ils placent sous la suzeraineté du califat omeyyade de Damas. Celui-ci trouve là un solide camp de base pour l’invasion de l’Espagne. A la fin du VIIIe siècle, Idriss, descendant du gendre du Prophète, trouve refuge au Maroc. Son pouvoir reconnu par les tribus, il unifie le pays et installe sa capitale à Fès. Les idrissides donnent du tonus à leurs possessions et finiront par remplacer les omeyyades en Espagne. Au XIIe siècle, les Berbères almoravides prennent le pouvoir à la pointe du cimeterre et fondent Marrakech. Puis ils passent avec le siècle. Au tour des Almohades. Des rugueux. En Espagne, la cruauté proverbiale d’Almanzor renvoie à l’un d’eux : Al Mansour. Mais on ne peut se faire une réputation à l’étranger et veiller à ses affaires domestiques. Au milieu du XIIIe siècle, les Beni Merin s’emparent des manettes. Las ! En Espagne la Reconquista reconquiert et les mérinides perdent pied et Cadix, Séville, Cordoue… La prise de Grenade en 1492 et une peste sévère mettent un point final à l’aventure. Le XVIe siècle sera celui des arabes Beni Saad. Ils reprennent les choses en main : exit les Portugais, out les Espagnols, par ici Tombouctou ! Mais cela ne dure point et viennent les alaouites, descendants d’Ali. Ils fournissent un grand homme. Moulay Ismaïl va régner soixante ans sur le Maroc (1672-1727). Il parfait le ménage entrepris par ses prédécesseurs, crée une administration et une armée de métier, fortifie la piste de l’or vers le Sénégal et tutoie Louis XIV. Au XIXe siècle, le Maroc soutient Abd-el-Kader contre la France. Bel esprit, mauvais calcul : France et Espagne imposent des traités inégaux sans trop coup férir. A la première révolte berbère, c’est l’appel à la France et l’installation du protectorat (1912). La colonisation commence en grand style avec Lyautey (construction de routes, aménagement de villes, mise en valeur des campagnes et une certaine intelligence de la domination). Ses successeurs sont de moindre envergure. La France est à la peine. La Seconde Guerre mondiale lui donne un rôle en trompe-l’œil. Elle perd la main. Pendant ce temps, l’idée nationale fait son chemin au Maroc. Les Etats-Unis sont favorables aux indépendances. Celle du Maroc est reconnue en 1956. Le sultan Mohamed V rédige une constitution qui fait entrer le pays dans l’ère moderne. C’est Hassan II qui se charge de la mise en scène, avec des résultats contrastés, mais le Royaume joue sa partie dans le concert des nations. Mohammed VI monte sur le trône en 1999. Il libéralise la vie politique et s’intéresse aux problèmes sociaux. Un peu à l’image de Juan Carlos en Espagne, il a posé, dès son avènement, des actes politiques forts, puis s’est légèrement mis en retrait. Avec un résultat identique : la popularité du roi est immense.

Politique

Le Maroc est une monarchie constitutionnelle. Le Parlement est bicaméral : une chambre de 325 députés, élus tous les cinq ans au suffrage universel, et une chambre de 270 conseillers, élus au suffrage indirect par les autorités locales, les organisations professionnelles et les syndicats, renouvelables par tiers tous les neuf ans.

Célébrités

Hormis le roi et les divers sultans, on citera les deux grands écrivains que sont Tahar Ben Jelloun (né en 1944) et Driss Chraibi (1926-2007). Ils sont la partie visible d´une vie culturelle très intense. Ajoutons également le grand athlète Hicham El Guerrouj (né en 1974), coureur de demi-fond, double champion olympique, quadruple champion du monde, plusieurs fois recordman du monde (1 500 m, 2 000 m, Mile). Et puis, notons que tous les Marocains écoutent les chansons de Nas El Ghiwane, un groupe né à Casablanca dans les années 70 ; ces musiciens utilisent les instruments traditionnels et puisent aux traditions marocaine et arabo-andalouse, mais leurs textes reflètent de façon poétique les préoccupations contemporaines de leurs contemporains…
On ne peut s´empêcher d´évoquer quelques Occidentaux comme le Maréchal Lyautey (1854-1934) qui jeta les bases du Maroc moderne ou le peintre Jacques Majorelle (1886-1962) qui fit tant pour faire connaître Marrakech.

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l´assurance qu´il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d´usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l´on a été satisfait du service.
Pour les chauffeurs, nous vous conseillons, au minimum, l´équivalent de 2 ou 3 euros par jour et par personne. Nous vous conseillons le double pour les guides.
En règle générale, le mieux est d’aligner votre pourboire sur l´économie du locale : les prix d´un soda ou d´un thé, d´un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d’estimer son montant. 2 euros par personne pour les porteurs et 5% du montant de l’addition pour le service au restaurant sont dans la norme. Pour vous en servir de points de repère, vous pouvez aussi noter les chiffres suivants : un guide francophone peut gagner 350 dirhams (32 euros environ) par jour de travail ; un guide « espaces naturels », également ; un chauffeur, 2 000 dirhams (180 euros environ) par mois.

Si le cas se présente, on évitera, en revanche, d'encourager la mendicité, notamment celle des enfants. Si l'on souhaite les aider en fournissant, par exemple, du matériel scolaire, il est préférable de remettre ces fournitures au professeur du village, ou du quartier, qui saura en faire bénéficier les plus démunis.

Le Maroc est un pays musulman et impose, à ce titre, le respect de quelques règles particulières de savoir-vivre :
- en général, on se déchausse avant d´entrer dans une pièce ; c’est impératif lorsqu’on voit des chaussures déposées près de la porte ;
- les femmes, en particulier, éviteront les tenues provocantes ;
- on acceptera toujours le thé à la menthe, geste d´hospitalité ;
- si l´on est invité à partager un repas familial, on attendra pour commencer que le maître de maison ait dit « bismillah » (« au nom de dieu ») ; on goûtera à tout sans pour autant se croire obligé de finir son assiette ;
- on ne critiquera pas l´organisation marocaine, la religion ou la monarchie ;
- on ne photographiera jamais une personne sans lui avoir demandé son autorisation ;
- le ramadan est pratiqué par tous les Marocains (et donc par ceux que vous côtoierez pendant votre séjour) ; pendant le mois de jeûne, il est interdit aux musulmans de boire, de manger ou de fumer du lever au coucher du soleil, les cinq prières rituelles doivent être respectées ; les voyageurs éviteront de boire, de manger ou de fumer en public pendant la journée et accepteront les arrêts et contraintes liés à la rupture du jeûne.

En outre, il faut savoir, qu´au Maroc, l´accès à la plupart des mosquées et aux lieux saints est interdit aux non musulmans. On notera cependant quelques exceptions comme la mosquée Hassan II à Casablanca, le mausolée Mohamed V à Rabat, le mausolée Moulay Ismaïl à Meknès ou le mausolée Moulay Ali Chérif à Rissani (toutefois, seuls le patio et les cours de ces deux derniers sites peuvent être visités par de non musulmans).

Achat

Le Maroc est un pays à l´artisanat magnifique et extraordinairement varié. Des tapis à l´orfèvrerie, du cuir au bois travaillé, le difficile sera souvent de choisir. Rappelons aussi que le marchandage est une pratique fondamentale du commerce marocain, en particulier dans les souks.
Les tapis : à condition de prendre son temps pour le choisir et pour le négocier, un tapis en laine est probablement l´un des plus beaux achats que vous puissiez faire au Maroc. On distinguera les tapis citadins, en particulier ceux de Rabat, le plus souvent ornés d´un motif central, la kouba, des tapis ruraux, décorés ou unis, de couleurs différentes selon leur origine. Les kilims sont des tapis tissés. A éviter : les tapis synthétiques, qui ont fait leur apparition ces dernières années, en particulier dans la région de Ouarzazate.
Les articles en cuivre et en bronze : les plus fameux sont les plateaux ciselés, gravés ou martelés.
Les bijoux : le plus souvent en argent. Les bijoux touaregs anciens, ou de collection, sont rarissimes, mais les artisans marocains réalisent de très belles copies (à acquérir à un prix de copies). D´autre part, on trouve au Maroc énormément de bijoux fabriqués en Inde, en Indonésie ou au Niger.
Les minéraux et les fossiles : dans ce domaine également, la prudence est de mise. Pour la plupart, minéraux et fossiles proposés sont des faux.
Le cuir : tradition marocaine ancienne - vêtements, sacs, poufs, babouches, sandales... Ces articles sont souvent bon marché (veiller toutefois à la qualité du cuir utilisé).
Le bois : autre tradition ancestrale, le travail du bois, qu´il s´agisse d´ébénisterie ou de marqueterie, est l´une des grandes spécialités des artisans marocains. On admirera leur travail dans les souks de Marrakech et à Essaouira.
Les poteries : c´est à Fès, Meknès, Safi et Marrakech que l´on trouve les meilleurs potiers du Maroc. Passés maîtres dans l´art de la copie, ils vous éblouiront par la beauté de leurs plats (gothar ou mokfia), de leurs jarres (khabia), de leurs pots à beurre (gellouch) ou de leurs pichets (ghorraf).
La vannerie : panières berbères, couffins, sacs de toutes tailles, corbeilles, dessous-de-plat, chapeaux, les vanniers marocains savent tout faire.
Vous trouverez également à foison plantes médicinales, produits de beauté traditionnels, parfums, épices... L’Orient...

Cuisine

Le tajine n´est rien d´autre que le plat dans lequel cuit le ragoût qui lui a pris son nom. Une base de viande (agneau, poulet) et tous les légumes qu´il plaira au cuisinier d´ajouter, du citron confit à l´aubergine et de l´amande au pruneau. Plus des épices, savamment dosées. En fait, un tajine n’est jamais deux fois le même.
Autre grand classique, le couscous, que l’on mange salé ou sucré-salé. Il est bon quand la semoule est bonne.
Les pastillas sont un plat de fête ; ce sont des feuilles de brick farcies au pigeon, au poulet, au poisson ou au vermicelle.
Les Marocains apprécient particulièrement la harira, ou soupe de pois chiches, et la bissara, soupe de fèves. A cette base de légumes secs viennent s´ajouter épices, condiments et viandes, qui font de ces soupes des repas complets.
Autant de légumes, autant de salades : concombres, tomates, poivrons, carottes, betteraves, toute la gamme est mise à contribution.
Enfin, pour ceux qui auraient encore une petite faim, les pâtisseries sont en général à base d´amande et sucrées au miel.

Boisson

Le thé à la menthe, bien entendu. Partout bu, sans cesse proposé, il appartient à la tradition marocaine.
Si vous voulez boire une bière, cherchez un bar : ils servent des boissons alcoolisées, ce que ne font pas les cafés (ni certains hôtels ou pensions…).

5 • Transports

Route

60 000 km de routes, dont la moitié seulement est goudronnée, sans que cela pose de problèmes insurmontables. Sauf dans les provinces du sud, la plupart des pistes sont praticables pour un bon conducteur et les 4x4 ne sont pas indispensables partout.
Il est fortement déconseillé de conduire de nuit. De façon générale, attention aux deux roues, attelages et charrettes à âne.
Les limitations de vitesse sont de 100 km/h sur route, 60 km/h en agglomération et 40 km/h en centre-ville. Gare aux panneaux qui se succèdent de façon parfois… fantaisiste. Des autoroutes existent désormais (limitées à 120 km/h) entre Tanger et El Jadida (via Larache, Rabat et Casablanca) ; entre Rabat et Fès (via Meknès) ; entre Casablanca et Marrakech ; entre Marrakech et Agadir.

Un nouveau code de la route est en vigueur depuis le 1er octobre 2010 : ceintures avant et arrière obligatoires ; charges limitées… Mais également horaires de conduite limités et pauses obligatoires toutes les 2 heures (tolérance jusqu’à 3 heures) pour les véhicules loués avec chauffeur. On ne pourra donc plus allonger à loisir les itinéraires ; les chauffeurs sont en droit de refuser des détours importants qui les entraineraient à dépasser la plage horaire prévue par la loi : de 7h00 à 19h00. Lors des arrêts obligatoires, on pourra se désaltérer ou se détendre sur les aires de repos choisies par le chauffeur.

Il est bon que ceux qui conduisent eux-mêmes un véhicule de location soient prévenus des points suivants :
- les infractions de 1re classe sont passibles d’une amende de 700 dirhams : dépassement de la vitesse autorisée de 30 à moins de 50 km/h, stationnement non autorisé de nuit, non respect d’un stop ou d’un feu rouge, franchissement d’une ligne continue, pas de ceinture de sécurité…
- infractions de 2e classe (500 dirhams d’amende) : dépassement de la vitesse autorisée de 20 à moins de 30 km/h ; non respect de la priorité ; téléphone au volant…
- infractions de 3e classe (300 dirhams d’amende) : dépassement de la vitesse autorisée de moins de 20 km/h ; stationnement non autorisé de jour…
Les agents qui verbalisent doivent porter un badge (nom, prénom, grade et fonction).

Taxi et location

Il existe deux types de taxi au Maroc :
– les «grands taxis», de marque Mercedes et de couleur variable selon les villes (sable à Marrakech, bleu à Rabat),
– les «petits taxis» (Peugeot 205 ou équivalent), de couleur variable selon les villes (beige à Marrakech, rouge à Casablanca et Agadir, bleu à Rabat).

Les grands taxis sont souvent postés devant les hôtels. Ils ne servent normalement que pour les longs trajets et sont très onéreux : ne les prenez pas, sauf aux aéroports où ils jouissent d´un monopole.

Les petits taxis se trouvent partout et utilisent normalement un taximètre (n´hésitez pas a l´exiger en cas de doute…). Ils n´ont pas le droit de sortir de la ville ; leurs prix sont très modiques, comptez entre 8 et 15 dirhams la course.
A la tombée de la nuit, une majoration de 50% sur le prix affiché au compteur est pratiquée : elle est légale.

Pour la location de voiture, les grandes marques ont des agences dans les principales villes marocaines.

Train

2 000 km de voies ferrées, au nord de l´Atlas uniquement.
Il existe 3 lignes :
– la ligne de l´est relie Casablanca, Rabat, Kenitra, Meknès, Fès, Oujda ;
– la ligne du nord relie Casablanca à Tanger (environ 6 heures) ;
– la ligne de l´ouest relie Casablanca à Marrakech (environ 3 heures).
Les trains express sont assez rapides, propres, climatisés et agréables, mais parfois peu ponctuels.

Avion

26 aéroports et 37 aérodromes.
Les principaux aéroports sont Casablanca, Agadir, Marrakech et Tanger (les autres aéroports internationaux sont ceux d’Al Hoceima, Dakhla, Essaouira, Fès, Laâyoune, Ouarzazate, Oujda, Rabat-Salé et Tétouan).

6 • Infos pratiques

Décalage

Le Maroc est à GMT, il y a donc une heure de décalage avec la France (quand il est 12h00 à Paris, il est 11h00 à Rabat).
A noter : le Maroc change d'heure à compter du premier jour du ramadan. Ainsi pendant toute la durée du ramadan il y a deux heures de décalage avec la France. Quand il est 12h00 à Paris, il est donc 10h00 à Rabat.


Argent

La monnaie nationale est le dirham, divisé en 100 centimes. Il existe des billets de 20, 50, 100 et 200 dirhams ; des pièces de 1, 5 et 10 dirhams et de 5, 10, 20 et 50 centimes. Importation et exportation du dirham sont interdites.

Les cartes bancaires sont largement acceptées, notamment dans les grandes villes où l´on trouve facilement des distributeurs. Nous déconseillons formellement les transactions dans les boutiques où il n´y a pas de terminal électronique : risque de contrefaçon de la carte.

Lorsque vous changez vos devises (un seul taux de change officiel pour tout le pays), pensez à demander de la monnaie et des petites coupures. Sans, il devient très difficile de payer les pourboires et autres menues dépenses, quotidiennes et courantes au Maroc.

Les banques sont ouvertes du lundi au jeudi de 8h30 à 12h00 et de 14h30 à 16h00. Le vendredi, jour de la grande prière, elles ferment à 11h15 et ré-ouvrent à 14h45. En période de ramadan, elles sont ouvertes en continu de 8h30 à 14h00.

Electricité

220 volts. Les prises sont identiques aux prises françaises. Adaptateur et transformateur ne sont donc pas nécessaires.

Horaire

En règle générale, Les magasins sont ouverts 9h00 à 12h00 et de 15h00 à 20h00 du lundi au samedi... Méfiez vous des vendredis et de la période de ramadan où les horaires sont aménagés et beaucoup plus fluctuants (dans la fourchette 9h00–14h00). Et puis il y a les fermetures pour convenance personnelle : les commerçants pieux, par exemple, qui baissent le rideau le vendredi et le relèvent le dimanche...
Il existe également des marchés (jours et horaires en fonction de la région) et enfin des marchands de rues ou de bord de route, dont les horaires n’en sont pas.

Média

On trouve très facilement la presse française dans toutes les grandes villes, avec un jour de décalage.
La presse francophone marocaine est assez politisée : Le Matin du Sahara et du Maghreb est plutôt pro-gouvernemental alors que Le Soleil soutient les positions du parti de l´Istiqlal. On notera dans tous les cas une grande révérence pour la personne royale.

La télévision européenne est accessible par satellite dans de nombreux hôtels. Ailleurs, vous aurez accès en général à TV5 et aux chaînes marocaines RTM et 2M.

Poste

On trouve des bureaux de poste partout, même dans les petits villages. Toutefois, attendez d´être dans une grande ville pour poster votre courrier.
Les bureaux des grandes villes sont ouverts du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30. Dans les villes de moindre importance (y compris Marrakech), attendez-vous à une fermeture à l´heure du déjeuner et le vendredi après-midi. Certaines postes ont une permanence jusqu´à 21h00 pour les opérations courantes.

Téléphone

Pour appeler le Maroc (téléphone fixe) depuis la France, composer le 00 + 212 + 5 + le numéro de votre correspondant à 8 chiffres (sans le 0 initial). Pour appeler un téléphone portable : 00 + 212 + 6 + le numéro de votre correspondant à 8 chiffres (sans le 0 initial).

Pour appeler la France depuis le Maroc, composer le 00 + 33 + le numéro de votre correspondant (sans le 0 initial).

Internet

Vous trouverez des cybercafés convenablement équipés, avec des connections haut débit, dans toutes les grandes villes et même dans certaines bourgades.

Couverture GSM

Deux opérateurs (Méditel et Maroc Télécom) se partagent le marché et offrent une large couverture du territoire (à l´exception des zones montagneuses). Les opérateurs marocains ont des accords avec les trois opérateurs français.
Toutefois, nous vous conseillons de vous renseigner directement auprès de votre opérateur (la réception dépend de lui) et de vous renseigner sur la facturation d'une ouverture de ligne internationale.

Devise

MAD

Taux

Cours d'achat estimé : 1 MAD = 0.089706 Euros au 11/12/2017 - Source : www.xe.com

7 • Adresse utiles

Ambassade

Ambassade du Maroc en France
5, rue Le Tasse - 75116 Paris
Tél. : 01 45 20 69 35
Fax : 01 45 20 22 58
Email : info@amb–maroc.fr
Web : www.amb–maroc.fr

Ambassade du Maroc en Belgique
Boulevard Saint-Michel / Sint-Michielslaan, 29 - 1040 Etterbeek
Tél. : 02 736 11 00
Fax : 02 734 64 68
Email : mission.maroc@skynet.be

Ambassade du Maroc en Suisse
Helvetiastrasse, 42 - 3005 Berne
Tél. : 031 351 46 30 (section consulaire)
Fax : 031 351 03 62 (section consulaire)
Email : ma@amb-maroc.ch
Web : www.amb-maroc.ch

Consulat

En France, il y a un consulat du Maroc dans les villes suivantes : Bastia, Bordeaux, Dijon, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nanterre, Paris, Pontoise, Rennes, Strasbourg, Toulouse, Villemomble.

En Belgique, il y a un consulat du Maroc dans les villes suivantes : Anvers, Bruges, Bruxelles et Liège.

En Suisse, il y a un consulat du Maroc dans les villes suivantes : Lausanne et Zürich.

Office de tourisme

Office de tourisme du Maroc en France
161, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. : 01 42 60 63 50
Fax : 01 40 15 97 34
Web : www.visitmorocco.com

Office de tourisme du Maroc en Belgique
Avenue Louise, 402 - 1050 Bruxelles
Tél. : 02 646 63 20 ou 02 646 85 40
Email : tourisme.maroc@skynet.be
Web : www.visitmorocco.com

Office de tourisme du Maroc en Suisse
Schifflände, 5 - 8001 Zürich
Tél. : 044 252 77 52
Email : info@marokko.ch

8 • Environnement

Situation Environnementale

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques au Maroc.
– Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique.
– La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets.
– Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats.
– En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc.

Selon des chiffres officiels, chaque année au Maroc, plus de 22 000 hectares de terre cultivable disparaissent sous le sable. La désertification menace tout le pays. Selon le ministère marocain de l'environnement, l’aridité touche 93% du territoire.

Longtemps, l'avancée de la désertification a été considérée comme inexorable et naturelle. On a, en moyenne, 700 kilomètres carrés de terre aride pour 1 000 kilomètres carrés. La nature ne porte cependant pas seule la responsabilité de cet état de fait. Une activité pastorale accrue, une mauvaise gestion de la terre et, surtout, des besoins croissants en tous domaines sont autant de facteurs aggravants.

Depuis 2001, un plan d'action national de lutte contre la désertification a été mis en place, avec pour objectif de coordonner les efforts entrepris par les différents organes politiques, législatifs, institutionnels et privés, pour contenir l'avancée du désert. Aujourd’hui 500 000 hectares sont concernés par ces mesures. Diverses actions ont permis de stabiliser un périmètre englobant les principales agglomérations, de mettre en place des voies de communication et des réseaux d’irrigation, de développer l’arboriculture. Une politique de grands barrages est lancée, qui doit améliorer la mise en valeur des plaines et permettre l’installation d’usines hydroélectriques.

L’eau est une ressource désormais insuffisante et un problème majeur. La population s’accroit alors que la quantité d’eau disponible diminue. Les populations urbaines, prioritaires, entrent en compétition avec les campagnes pour l’accès à l’eau. Si le réseau hydraulique urbain est opérationnel, on ne peut en dire autant de celui qui dessert les zones rurales. Engrais et rejets urbains et industriels polluent les nappes phréatiques.

Le gouvernement marocain soutient plusieurs projets nationaux de gestion environnementale : assainissement des eaux ; dépollution du bassin de Sebou ; programme de gestion des déchets ménagers (2007-2021) ; création d´un centre de traitement des déchets dangereux. Parallèlement, amendes et peines de prison sont prévues à l´encontre des pollueurs. L´arsenal législatif déployé pour la protection de l´environnement est ambitieux et certains parlent de naissance d´une « politique verte ». Mais son efficacité dépend de son application concrète et d´une prise de conscience générale, encore embryonnaire.