1 • Formalités

Passeport

Passeport ou carte d’identité en cours de validité, valables au moins 6 mois après la date de retour, pour les ressortissants français et belges. Passeport (mêmes conditions de validité) pour les Suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel.
A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents. Les mineurs voyageant dans ces conditions devront présenter : carte d'identité ou passeport (selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire sera accessible sur le site www.Service-Public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.

A partir du 1er janvier 2014, les cartes nationales d’identité sécurisées délivrées à des majeurs entre le 2 janvier 2004 et le 31 décembre 2013 auront automatiquement une durée de validité étendue de 5 ans, sans modification matérielle du titre. Ainsi, la carte d’une personne majeure au moment de la délivrance portant comme date de fin de validité le 23 avril 2014 sera en réalité valable jusqu’au 23 avril 2019. De façon à éviter tout désagrément pendant votre voyage (les autorités égyptiennes n'ayant pas précisé leur position quant à cette mesure), il vous est fortement recommandé de privilégier l’utilisation d’un passeport valide à une CNI portant une date de fin de validité dépassée ; même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité, elle ne sera pas reconnue par les autorités égyptiennes.
Si vous voyagez uniquement avec votre carte nationale d’identité, vous pourrez télécharger et imprimer une notice multilingue expliquant ces nouvelles règles en allant à l'adresse suivante : http://media.interieur.gouv.fr/interieur/cni-15ans/document-a-telecharger-egypte.pdf

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Visa obligatoire pour les ressortissants français, belges ou suisses. Le visa peut être délivré à l’ambassade d’Egypte, pour 25 euros environ, ou à l’arrivée en Egypte, pour l’équivalent de 25 dollars US environ. Voyageurs français et belges : en cas de voyage avec une carte d’identité (valable au moins 6 mois après la date de retour) et d’achat du visa à l’arrivée, prévoir une photo d’identité. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade.

Les personnes voyageant avec un passeport diplomatique doivent obligatoirement faire une demande de visa préalable au voyage auprès du consulat égyptien.

2 • Santé

Vaccins obligatoires

Il n'est pas exigé de vaccination sauf contre la fièvre jaune pour les voyageurs en provenance de pays où elle sévit. Dans ce cas, elle doit être faite au moins 10 jours avant le départ.

Vaccins conseillés

Comme toujours, il est souhaitable d'être immunisé contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, les hépatites A et B, la coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage), rougeole pour les enfants. Et, éventuellement, contre la typhoïde et la rage.

Paludisme

Il peut être présent dans les zones rurales du delta du Nil, mais surtout dans le Fayoum, où une protection individuelle contre les piqures de moustique (produits répulsifs, vêtements couvrants, moustiquaires imprégnées) sera suffisante sans qu'il soit indispensable d'y adjoindre une prévention médicamenteuse par Nivaquine.

Autres risques

Observez les règles d'hygiène que nous vous avons indiquées, vous aurez une probabilité meilleure d'y échapper. Quelques conseils pour (essayer d’) éviter la turista, si fréquente lors des croisières sur le Nil : boisson en bouteille capsulée (et décapsulée devant soi), aliments consommés cuits et chauds, fruits pelés ou lavés avec une eau traitée. Evitez la baignade dans les eaux du fleuve, même si le crocodile est absent du Nil égyptien. En mer, les risques sont les mêmes que partout (plus de requins et de murènes en Mer Rouge qu'en Méditerranée). Les risques de la plongée ont été exposés dans nos recommandations générales ; les centres de plongée sont en principe gérés par de bons professionnels et possèdent un matériel fiable. Quant aux morsures de vipère et aux piqûres de scorpion, elles peuvent être un risque, rare mais réel, dans les déserts, voire sur les sites archéologiques, sous les pierres des temples chauffées par le soleil.

3 • Géographie

Capitale

Le Caire.

PIB

3 600 euro par habitant (septembre 2008). France : 26 000 euro par habitant.

Point culminant

Mont Sainte-Catherine (Djebel Katarina), dans le Sinaï, 2 629 mètres. A l´inverse, la dépression de Qattara se trouve à 133 mètres sous le niveau de la mer.

Climat

Pays saharien ? Définitivement oui, même si la côte est plus méditerranéenne que désertique ; si Alexandrie bénéficie d’un climat méditerranéen, celui du Caire est déjà semi-désertique. Le mot « chauffage » est, pour ainsi dire, inconnu en Egypte... Disons qu´il fait en général plus doux sur la côte et plus sec à l´intérieur ; qu´il arrive, en hiver, que quelques journées soient grises et que les nuits soient fraîches dans le désert. Sur le Nil, c´est l’équilibre et la chaleur, même en été, n'est jamais écrasante, car le fleuve joue un rôle de régulateur thermique.
Le désert Libyque est le plus sec de la planète, les écarts de température y sont spectaculaires. Les gelées nocturnes sont fréquentes en hiver. En revanche, un taux d’humidité faible rend la chaleur diurne supportable. L’amplitude thermique est importante également dans le sud du Sinaï, au relief montagneux.

Géographie

« L´Egypte est un don du Nil. » Cette phrase d´Hérodote est devenue un tel cliché que tout le monde se l´approprie. Il est vrai qu´un vol Assouan-Le Caire transforme la banalité en évidence. Le ruban vert des cultures dans la vallée du Nil dessine des frontières à l´Egypte. Mais la vision est un peu réductrice, ne serait-ce que parce que le fleuve a été plus qu´apprivoisé et ses bienfaits étendus. On serait mieux inspiré de dire que l´Egypte est une portion de Sahara traversée par le Nil, ce qui rend un compte meilleur de milliers de kilomètres carrés de désert. Un seul chiffre : 3,20% du pays sont cultivés.
Donc, un immense plateau désertique, bordé à l´est par la Mer Rouge. Entre le Nil et la mer, l´érosion a sculpté gorges et ravins. A l´ouest, quelques dépressions (Qattara, Fayoum) et des champs dunaires à perte de vue. On néglige souvent la dimension désertique de l´Egypte et c´est bien dommage.
A l’est, la péninsule du Sinaï fait partie intégrante de l´Egypte. Ce massif qui lie l´Asie mineure à l´Afrique est presque aussi désertique que le reste du pays.

Economie

L´économie égyptienne est encore marquée par les déséquilibres d’une phase de transition. Depuis 1948, les affrontements avec Israël ont largement contribué à entraver le développement du pays qui, par ailleurs, dispose de peu de matières premières. Les tensions sur le marché international du coton, dont l’Egypte est un producteur traditionnel, ont contribué à affaiblir ses revenus agricoles. L’emploi public demeure pléthorique. En revanche, la récente libéralisation (réduction des impôts sur les sociétés, privatisations…) et un contexte régional favorable ont permis une reprise de la croissance (7,1% en 2007).
Le pari du Grand Barrage d´Assouan est peu ou prou gagné : les avantages passent les inconvénients. L´Egypte a assuré son autosuffisance électrique (et la régulation du Nil permet la mise en irrigation de zones comme le Fayoum, à une trentaine de kilomètres à l’ouest du fleuve). De ce fait, elle peut exporter une partie de son gaz naturel et assurer son développement industriel (ciment, acier, pétrochimie, engrais). Le chômage reste sous la barre des 10%, mais on considère que 15% des Egyptiens vivent toujours sous le seuil de pauvreté. L´explosion démographique (35% des Egyptiens ont moins de 14 ans) et une inflation mal maîtrisée nourrissent encore des inquiétudes. Mais le pays garde une rente stable : les droits de passage dans le Canal de Suez ; et une ressource mal connue : l´argent que les Egyptiens émigrés dans les Pays du Golfe envoient régulièrement à leur famille.

Faune et flore

Faune et flore sont nettement nilotiques : palmiers et papyrus dominent. Le roseau est omniprésent. Curieusement, plus de la moitié de la flore de ce pays désertique est une flore aquatique.
La faune est essentiellement aviaire. Le Nil est un axe migratoire important. On observera encore sur ses bords la plupart des oiseaux qui figurent sur les bas-reliefs de l´époque pharaonique : divers canards, les ibis, les cigognes, une grande variété de hérons, aigrettes et spatules. Ne cherchez pas de faune sauvage, elle n´a plus de place dans l’immense jardin qu´est devenue la vallée du Nil. Même le crocodile, le fameux Crocodile du Nil, a quasiment disparu. Alors on se consolera en regardant les buffles d´eau : domestiques, ils peuvent évoquer malgré tout, leur cousin sauvage d´Afrique noire.

4 • Hommes et cultures

Population

81 713 517 habitants.

Langue Officielle

La langue officielle est l´arabe.

Langue parlée

L´anglais est généralement compris. Le français fait encore partie de l´éducation de tout Egyptien cultivé.

Peuple

La population égyptienne est majoritairement composée du vieux fond chamitique (égyptiens, bédouins, berbères) auquel s’ajoutent des apports arabe et nubien. Les minorités (arméniens, italiens, français) ne dépassent pas 1% du total de la population.

Religion

L´Egypte pratique l´islam sunnite, branche largement majoritaire dans le monde musulman. Malgré la présence d´une minorité intégriste fort remuante, l´Egypte demeure un pays assez tolérant.
Les chrétiens coptes (le terme signifie égyptiens) représentent environ 8% de la population. Cette confession miaphysite (une seule nature - divine - du Christ incarnée) ne reconnaît pas l´autorité de Rome. On dit que l´église copte a été fondée par saint Marc en personne.
Il reste également environ 20 000 juifs, dont la situation est fonction des aléas de l’actualité.

Calendrier des Fêtes

Fêtes religieuses musulmanes* :
Ramadan (août ou septembre).
L'Aïd el-Fitr (ou Aïd el-Seghir) marque la fin du mois de ramadan.
L'Aïd el-Kebir (ou Aïd el-Adha) commémore le sacrifice d'Abraham.
Le Mouloud célébrant la naissance du Prophète, au mois de mai.
(*) Les dates de ces fêtes dépendent du calendrier lunaire et changent donc chaque année.

Fêtes religieuses coptes : deux d´entre elles sont jours fériés nationaux : Noël (le 7 janvier) et Pâques (date mobile). Le lundi de la Pâques copte est également férié, l´Egypte tout entière célèbre alors la fête du printemps (Cham el-Nessim), antique cérémonie qui remonte à l´époque pharaonique.

Histoire

Vers 4000 avant J.C., il existe déjà un royaume de Haute-Egypte (au sud) et un royaume de Basse-Egypte (au nord). En 3200, le roi Narmer réunit les deux couronnes. L’Ancien Empire sera le creuset de la civilisation égyptienne. Le système des hiéroglyphes est mis en place. Les pyramides de Saqqarah et du Caire sont édifiées pendant cette période (dont la divinité tutélaire est Horus, à tête de faucon). Et puis l’empire se morcelle. Mais, vers 2000, le Moyen-Empire débute, qui verra le transfert de la capitale à Thèbes (Louxor) et la mise en valeur du Fayoum et du delta du Nil. Amon, à tête de bélier, préside aux destinées de ces dynasties. Cela n’empêche pas l’Empire de se défaire à nouveau. Les Hyksos bédouins s’installent au nord ; les princes thébains règnent encore en Haute-Egypte. En 1500 cependant, le roi thébain Amosis écrase les Hyksos : le Nouvel-Empire va durer jusqu’en 945 avant J.C. C’est une période brillante pour l’Egypte, présente dans tout le Moyen-Orient. Les noms de Toutankhamon et Nefertiti illustrent la XVIIIe dynastie, celui de Ramsès II la XIXe. C’est l’époque de l’hérésie d’Akhenaton, qui prétend remplacer le culte d’Amon par celui du dieu solaire unique Aton ; l’époque aussi de l’Exode des Hébreux. Pourtant, l’Empire est affaibli par des déséquilibres internes ; au nord, des Berbères pénètrent dans le delta, les Nubiens font sécession au sud et, bientôt, les Perses raflent la mise. La situation demeure instable, jusqu’à ce que survienne Alexandre le Grand, qui balaie les Perses, se fait reconnaitre comme dieu et fonde Alexandrie. La mort l’emporte jeune et l’Egypte échoit à Ptolémée. Celui-ci reprend les choses où son mentor les a laissées : phare et bibliothèque d’Alexandrie, canal du Nil à la Mer rouge, restauration des grands sanctuaires. Les Grecs offrent trois siècles de grandeur à l’Egypte. Mais, hélas, leur dernière reine, Cléopâtre, manque de nez (quoi qu’on en ait dit) ; elle prend le mauvais amant et l’Egypte est colonisée par Rome. Pax romana donc et un évènement majeur, l’essor du christianisme, qui deviendra religion d’Etat. Ensuite, les choses iront leur train byzantin jusqu’à ce qu’en 639 les arabes envahissent le pays.

L’Egypte vit alors au rythme des dynasties arabes musulmanes : omeyyades, abbassides, fatimides (chiites) qui fondent Le Caire. Au XIIIe siècle, Saladin rétablit l’orthodoxie sunnite et contre les croisés (saint Louis est fait prisonnier à Mansourah). Puis les mamelouks prennent le pouvoir ; autoritaires et centralisateurs, ils n’en sont pas moins des entrepreneurs avisés et le pays tire bénéfice du commerce entre l’Orient et l’Occident, dont il est une plaque tournante. Mais l’ouverture de la route méridionale vers les Indes ruine le régime et, en 1516, les Turcs s’emparent de l’Egypte. Elle sera donc administrée par des pachas. L’expédition de Bonaparte (1798-1801) la remet au contact de l’Occident. Et l’Occident à son contact : l’égyptologie nait à cette occasion. L’Empire ottoman a été ébranlé dans l’un de ses jardins. Ce sont pourtant les Turcs qui installent le fondateur de l’Egypte moderne, le pacha Mehmet Ali. S’étant débarrassé sans états d’âme de mamelouks peu fidèles à la Sublime Porte, il consacrera 40 années au développement économique (irrigation, routes) du pays. Ses successeurs prirent le titre de khédive et s’assurèrent une autonomie de fait. En 1869, Ferdinand de Lesseps supervise le percement du canal de Suez. Le commerce reprend le chemin de l’Egypte. Les Anglais en prennent ombrage et s’installent en 1882. Ils imposent le protectorat en 1914, puis le font confirmer après que les Ottomans aient perdu la Première Guerre mondiale du côté allemand. Le haut-commissaire britannique est, dès lors, le patron de l’Egypte. Pendant ce temps, le mouvement national égyptien se développe. En 1922, l’indépendance est négociée avec les Britanniques ; la tutelle demeure. 1936, nouvel accord sur le retrait des troupes de sa gracieuse majesté : elles partent tout en restant. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Egypte est un bastion allié. La création de l’Etat d’Israël change la donne dans la région. L’Egypte participe aux guerres israélo-arabes dès 1948. Un coup d’Etat militaire chasse le roi Farouk en 1952 et, bientôt, Gamal Abdel Nasser (1918-1970) préside aux destinées du pays, dont il fait l’un des phares du tiers-monde. Il noue des liens étroits avec l’URSS et nationalise le canal de Suez, en 1956 (l’intervention franco-britannique échoue : fin d’une époque). Anouar el-Sadate (1918-1981) lui succède et sa politique marque une nette inflexion : partenaires économiques renouvelés et arrêt des conflits à répétition avec Israël (accords de Camp David en 1978, retour du Sinaï). Son assassinat en 1981 (situation intérieure tendue) consterne le monde. Hosni Moubarak (né en 1928) hérite d’un pays qui s’est acquis un vrai rang dans le concert des nations. Et qui s'est acquis une maturité politique suffisante pour lui signaler en 2011 que tous les règnes ont une fin. Depuis, le président Morsi (Frères musulmans), sorti des urnes, a été renversé et l’armée a repris les rênes.

Célébrités

Gamal Abdel Nasser (1918-1970) : le Raïs. Le jeune colonel Nasser prend le pouvoir en 1952. Nationaliste, laïc, marxiste, il assouplira, avec le temps, ses positions. Sa personnalité flamboyante en fit un des leaders du tiers-monde. Il a jeté les bases de l´Egypte contemporaine.

Naguib Mahfouz (1911-2006) : il fallait un prix Nobel à l´Egypte, ce fut Mahfouz (littérature, 1988). Ses romans décrivent une société égyptienne balançant entre deux civilisations. Mahfouz n´a pas révolutionné le style, mais la lecture de l’un de ses livres est toujours un moment de plaisir et d’intelligence.

Oum Kalsoum (morte en 1975) : la chanteuse arabe. Voix d’exception et flamboyante militante de la cause arabe. Passionnée à l´excès, elle ne s´est pratiquement jamais produite en Europe. Elle acquit, dans tout le monde arabe, une réputation à la mesure de son talent et eut, à sa mort, des funérailles nationales.

Dalida (1933-1987) : née Yolanda Gigliotti, au Caire, dans une famille italienne. Elle roulait les « r » comme personne, ou presque, n´ose plus le faire. Le « r » dalidien (que les linguistes nomment « apico-vélaire ») signale l´Egyptienne plus sûrement que le passeport. Figure de proue du trio des chanteurs français d´Alexandrie, qui comptait aussi Claude François et Georges Moustaki.

Omar Sharif (né en 1932) : il se dit égyptien, certains le prétendent libanais… Ne chipotons pas, ses prestations dans Lawrence d´Arabie ou Le docteur Jivago l’ont fait adopter.

Robert Solé (né en 1946) : Né en Egypte, journaliste au Monde, où il a remplacé Jean Lacouture, né à Bordeaux. L´un écrit sur Mehmet-Ali, l´autre sur Mauriac. L´un décrit le Nil, l´autre la Garonne. Contrairement aux apparences, Le Monde ne change pas...

Boutros Boutros-Ghali (né en 1922) : ancien secrétaire général de l´ONU (1992-1996). Infatigable combattant de la paix, il est l´archétype de l´Egyptien humaniste.

Savoir-vivre

Il est urgent d’aller en Egypte. Pourquoi ? Parce que c’est toujours aussi sublime, que la saison est idéale, que c’est moins cher que d’habitude et que l’on peut visiter les sites pratiquement seul ! Enfin, il n’y a aucun souci de sécurité. A tous ceux qui doivent partir et nous demandent s’il y a des risques, nous répondons « non » sans états d’âme. Nous avons de bons contacts sur place, qui nous informent jour par jour. Il n’y a aucun problème ; nos clients qui, pour certains sont partis avec leurs enfants, en témoignent. Alors, profitez de l’aubaine ! Contrairement aux apparences médiatiques, c’est vraiment le moment de partir. Enfin, ce faisant, vous conforterez le peuple égyptien, qui se désespère de ne plus voir de voyageurs ; vous l’aiderez à construire sa démocratie.

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l´assurance qu´il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d´usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l´on a été satisfait du service.
En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs…) les usages sont très variables. Le mieux est d’aligner votre pourboire sur l´économie du lieu : le prix d´un soda ou d´un thé, d´un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d’estimer son montant.

Vous pouvez également noter les estimations suivantes (en livres égyptiennes), validées par nos spécialistes : porteur, 4 à 10 livres ; femme de ménage, 20 livres par jour ; « dame pipi », 2 livres ; gardien de site, 10 livres pour un travail satisfaisant ; guide, 100 livres par jour et par personne ; chauffeur, 60 livres par jour et par personne. Dans les petits hôtels, laisser l’équivalent de 60 livres par jour dans une enveloppe à la réception, cette somme sera partagée entre les membres du personnel. Cette pratique n’a pas cours dans les grands établissements internationaux. Pour le Sudan et la Flâneuse, tous les pourboires sont inclus dans nos prestations. Au restaurant, laisser environ 10% du montant de l’addition.

L´Egypte est un pays musulman et impose, à ce titre, le respect de quelques règles particulières de savoir-vivre :
- de façon générale, on se déchausse avant d´entrer dans une pièce ; c’est impératif lorsque l´on voit des chaussures déjà déposées près de la porte ;
- les femmes, en particulier, éviteront les tenues provocantes (mini-jupes ou décolletés plongeants) ; elles se couvriront la tête pour visiter les mosquées du Caire (dans ce seul cas) ;
- si l´on est invité à partager un repas familial, on attendra pour commencer que le maître de maison ait dit « bismillah » (« au nom de dieu ») ; on mangera de la main droite et on goûtera à tout sans pour autant se croire obligé de finir son assiette ;
- on ne photographiera jamais une personne sans lui en avoir demandé l’autorisation ;
- pendant le ramadan (jeûne), on évitera de boire, de manger et de fumer en public pendant la journée.

On n´hésitera pas à donner un bakchich si l´on estime qu´un service rendu le mérite. On se gardera pourtant de céder à toutes les demandes. Le bakchich doit correspondre à un service effectif. Ayez donc toujours de la monnaie en livres égyptiennes pour les pourboires et les menues dépenses (prix moyen d’un repas, 60 livres - 5 euros ; prix moyen d’une course en taxi, 20 livres - 1,5 euro).

Si le cas se présente, on évitera en revanche d'encourager la mendicité, notamment celle des enfants, en faisant des distributions « sauvages » dans la rue. Si l'on souhaite apporter son aide en fournissant du matériel scolaire, des vêtements ou des médicaments, il est préférable de les remettre au directeur de l’école, au chef du village ou au dispensaire le plus proche, qui sauront en faire bénéficier les plus démunis.

Achat

D´abord, aucune antiquité. Comme nous l’a dit un Egyptien francophone : « Ici, c´est tout antiquitoc ! ». Ne craignez pas les interdictions de sortie du territoire pour les objets anciens, vous n´aurez pas l´occasion de les enfreindre. Sachez que tout objet ancien est neuf ! Et ne pensez pas que vous avez l´œil, que vous connaissez les patines... Les faussaires égyptiens les connaissent mieux que vous.

L´artisanat est très varié, comme dans tous les pays arabes. Les bijoux, en particulier, sont bon marché (or à 18 carats). Pour le reste (vannerie, dinanderie, tapis…) vous n´aurez que l´embarras du choix. Malgré tout, attention aux arnaques : vérifiez que les tapis soient bien noués à la main ; que les vases, en albâtre ou en métal, soient bien étanches... Ne prenez pas des vessies pour des lanternes : les marchands égyptiens inventent de magnifiques histoires pour vous faire croire qu´un objet est centenaire, voire millénaire. Mais, après tout, l´essentiel, c´est qu´il vous plaise !

Les épices sont innombrables et les prix tout à fait raisonnables, sauf pour les produits très rares ou d´importation lointaine, comme la vanille.

Le marchandage est une institution. N´hésitez pas à discuter longuement, les marchands adorent ça.

Cuisine

Il serait abusif de prétendre que la cuisine égyptienne soit la meilleure de Méditerranée orientale. Même si la base est commune (pois chiches, blé concassé, semoules, fèves) l´Egypte manque de quoi accommoder. Peu d´élevage (y compris de volaille), peu de pêche, pratiquement pas de gibier : n´attendez pas de miracles gastronomiques. Les Egyptiens se nourrissent. Comme partout dans la région, vous aurez droit aux traditionnels houmous (purée de pois chiches), tahina (purée de sésame) ou aux nombreuses soupes, dont les recettes varient en fonction des ingrédients disponibles. Le repas est souvent servi dans de petits plats comme les mezze libanais. Mais vous ne mourrez pas de faim : dans les petits restaurants de campagne, demandez donc le foul, sorte de soupe tirant sur le ragoût, auprès de laquelle la potée auvergnate semble une spécialité de régime.

Boisson

L´eau, bien entendu. De préférence en bouteille capsulée, la nappe phréatique n´étant pas exempte de pollution. L’eau courante, officiellement potable, n’est pas aux normes européennes.

Le thé et le café sont deux vieux compagnons de l´Egyptien. Le premier est servi brûlant, parfois à la menthe (mais il faut le demander expressément) ; le second est préparé à la turque. L’un et l’autre sont servis sucrés.

Les jus de fruits frais sont innombrables, délicieux et servis glacés. Mais souvent allongés d´eau (voir le premier alinéa). En conséquence, choisissez d´abord le lieu où vous les boirez.

La boisson phare est le karkadé, infusion de fleurs d´hibiscus, servie soit chaude, soit glacée. Chaude, vous êtes sûrs de son innocuité. Et c´est excellent contre l´hypertension.

5 • Transports

Route

70 000 kilomètres de routes principales, dont un tiers n´est pas goudronné. Le réseau routier est dans un état généralement satisfaisant. Pour diverses raisons de sécurité, nous déconseillons fortement de conduire soi-même en Egypte.

Taxi et location

Très nombreux taxis au Caire. Il faut bien s’entendre sur le prix au départ (en général de 10 à 20 EGP pour une course moyenne) car les compteurs ne sont pas toujours d’une fiabilité exemplaire.

Pour les longs trajets, il existe des taxis collectifs, offrant des conditions de sécurité… aléatoires. Là encore, convenir du prix avant le départ.

Les principaux loueurs européens sont installés en Egypte. Nous vous recommandons vivement la location avec chauffeur.

Train

5 000 kilomètres de voies ferrées, essentiellement le long du Nil, pour le trafic passager. Les lignes du Sinaï et des oasis sont réservées au transport de minerais.
Les trains sont bon marché et relativement confortables (sauf en 3e classe). Un train de nuit seulement, du Caire à Louxor puis Assouan, à réserver plusieurs jours à l´avance, car toujours bondé.

Avion

90 aéroports et aérodromes dans le pays. Les principaux aéroports sont Le Caire, Alexandrie, Louxor, Assouan, Hurghada, Sharm el-Cheikh. C'est la compagnie nationale qui dessert toutes ces villes depuis Le Caire. Pour aller dans les oasis, il est souvent préférable de louer un petit avion de tourisme.

6 • Infos pratiques

Décalage

L'Egypte est à GMT+2, il y a donc une heure de décalage avec la France en hiver (quand il est midi à Paris, il est 13h00 au Caire).

Argent

Les banques sont ouvertes du dimanche au jeudi, de 8h30 à 14h00 et, pendant le ramadan, de 10h00 à 14h00. Elles sont fermées le vendredi et le samedi, mais vous trouverez dans la plupart des hôtels un bureau de change, ouvert tous les jours et plus longtemps. Les distributeurs automatiques sont désormais nombreux en Egypte (aéroports, hôtels, rues, souks) et les cartes bancaires largement acceptées.
La monnaie n´étant pas exportable, vous devrez reconvertir vos livres à la fin de votre séjour.

Electricité

220 volts. Prises à deux fiches rondes, de type européen ou plus petites (dans ce cas, utiliser un adaptateur).

Horaire

Magasins : ils ouvrent généralement de 10h00 à 21h00. Le vendredi, ils ferment entre 11h00 et 13h00, lors de la grande prière. Beaucoup de magasins sont fermés le dimanche, d'autres le vendredi ; il n'y a pas de règles strictes.
Musées : ils sont ouverts tous les jours de 9h00 à 16h00, sauf le vendredi (fermeture de 11h00 à 13h00 environ, pour la prière).
En règle générale, les horaires changent pendant le ramadan, nombre d’établissements ferment plus tôt et tous les magasins ferment de 15h00 à 19h00 pour la rupture du jeûne (fetar).

Média

El Ahram (Les Pyramides), le plus lu des quotidiens égyptiens, propose une édition hebdomadaire en anglais El Ahram-Weekly et une en français El Ahram-Hebdo.
Le Progrès égyptien est un quotidien en français, avec une édition du week–end, Le Progrès du dimanche.
Vous trouverez facilement vos quotidiens français dans toutes les grandes villes, avec un jour de décalage.

TV5 et Arte sont les deux chaînes francophones que l'on trouve dans les hôtels reliés au satellite.

Poste

Pour votre courrier, préférez les boîtes aux lettres des grands hôtels plutôt que celles de la poste et postez vos cartes postales sous enveloppe. Comptez (au mieux) 5 jours pour l'acheminement en France.
Les postes sont ouvertes tous les jours, sauf le vendredi, de 8h30 à 15h00.

Téléphone

Pour appeler l'Egypte depuis la France, il faut composer le 00 + 20 + le numéro de zone sans le 0 + le numéro de votre correspondant.
Pour appeler la France depuis l'Egypte, il faut composer le 00 + 33 + le numéro de votre correspondant à 9 chiffres (sans le 0 initial).

De ville à ville, en Egypte, il faut composer le numéro de zone + 0 + le numéro de votre correspondant si c'est un poste fixe. Pour un portable, composer le numéro du portable directement (10 chiffres) sans code zone.

Les principaux indicatifs sont :
Le Caire : 02
Alexandrie : 03
Louxor : 095
Assouan : 097
Hurghada : 065
Sharm el-Cheikh : 062

Internet

Les cybercafés abondent dans la plupart des villes et des grands hôtels, mais les connexions sont parfois un peu lentes.

Couverture GSM

Si vous avez l'abonnement adéquat, vous pourrez vous servir de votre portable en Egypte (système GSM comme en Europe). Mobinil et Click se partagent le marché et couvrent toute la vallée du Nil.
Nous vous conseillons cependant de vous renseigner directement auprès de votre opérateur (la réception dépend de celui-ci) et de vous renseigner également sur le coût d'une ouverture de ligne internationale.

Devise

EGP

Taux

Cours d'achat estimé : 1 EGP = 0.047576 Euros au 11/12/2017 - Source : www.xe.com

7 • Adresse utiles

Ambassade

Ambassade d'Egypte en France
90, avenue des Champs-Elysées - 75008 Paris
Tél. : 01 45 62 94 43
Fax : 01 42 89 34 81

Ambassade d'Egypte en Belgique
Avenue de l'Uruguay / Uruguaylaan, 19 - 1000 Bruxelles
Tél. : 02 663 58 08
Fax : 02 675 58 88
Email : eg.sec.be@hotmail.com
Web : www.egyptembassy.org

Ambassade d’Egypte en Suisse
Elfenauweg, 61 - 3006 Berne
Tél. : 031 352 80 55 (section consulaire)
Fax : 031 352 06 25

Consulat

En France, il y a un consulat d'Egypte à Paris et à Marseille.

En Belgique, il y a un consulat d'Egypte à Bruxelles.

Consulat général d’Egypte à Genève
Route de Florissant, 47 ter - 1206
Tél. : 022 347 63 79
Fax : 022 346 05 71

Office de tourisme

Office de tourisme d´Egypte
90, avenue des Champs-Elysées - 75008 Paris
Tél. : 01 45 62 94 42 ou 08 99 70 22 15
Fax : 01 42 89 34 81
Web : www.egypt.travel/

8 • Environnement

Situation Environnementale

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à l’Egypte.
– Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique.
– La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets.
– Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats.
– En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc.

Depuis décembre 2003, l’Egypte a mis en place un Plan d’action national pour l’Environnement (PANE), celui-ci permet une meilleure coordination des différentes actions liées à l’environnement (air, eau, terre, déchets, environnement global et mesures d’aides).

La qualité de l'air et de l'eau est l'un des principaux défis que doit relever le gouvernement : la pollution de l'air des zones urbaines est préoccupante ; elle est particulièrement dense au Caire, où les niveaux de fumée et de plomb dépassent souvent ceux que recommandent les directives de l'Organisme mondial de la Santé (OMS). Pour y remédier, l'Égypte retire progressivement du marché l'essence au plomb, introduit des véhicules équipés de gazogènes et réduit peu à peu la pollution industrielle et le déversement des eaux usées dans le Nil.
Car l´essentiel de l´eau utilisée en Égypte vient du Nil. Sa qualité est sérieusement menacée par les déchets industriels et agricoles non traités et par les eaux résiduelles. En outre, le barrage d´Assouan a réduit le débit du fleuve et en retient les sédiments nutritifs, qui autrefois fertilisaient les terres arables du pays. Ces phénomènes entrainent la diminution de la quantité de sédiments dans le delta, ce qui en réduit la surface et favorise l´érosion du littoral par la mer. Les lagunes sont menacées et, avec elles, d´importantes ressources halieutiques. Pour compenser la perte de sédiments, les agriculteurs sont contraints d´utiliser plus de fertilisants chimiques ainsi que des herbicides et des pesticides, qui contribuent à la pollution de l´eau.
Confrontée à un approvisionnement restreint et à une population susceptible d'atteindre 100 millions de personnes d'ici 2025, l'Égypte devra trouver de nouveaux moyens de conserver l'eau et réduire sa production de plantes « gourmandes », comme la canne à sucre, le riz ou le coton, par exemple.

Le tourisme est une source importante de revenus pour la croissance de l´Égypte. Cependant, l´immobilier et le ramassage des ordures, peu contrôlés dans les nouveaux centres touristiques le long de la côte orientale, ont sérieusement dégradé le littoral de la mer Rouge. Nous vous remercions de toujours respecter l´environnement du pays que vous visitez, et vous encourageons à sélectionner, autant que possible, des hébergements attentifs à ces questions, comme nous nous efforçons de le faire nous-mêmes.

Les autorités égyptiennes commencent à prendre conscience des problèmes environnementaux du pays et engagent des politiques de gestion : les eaux du Nil, la pollution de l´air au Caire, les écosystèmes fragiles sont l´objet d´un intérêt nouveau. La création d´un parc naturel dans la région du Sinaï est envisagée. Actuellement, plusieurs actions visant à la réduction des émissions industrielles polluantes sont menées par des organismes étrangers, des organisations internationales comme la Banque mondiale ou des Etats, par l’intermédiaire d’agences de développement.

Divers facteurs contribuent à la dégradation du Nil, dont l´amoncellement de déchets sur ses rives. Le pays n'est que très peu nettoyé (comme, d'ailleurs, de nombreux pays en voie de développement, envahis par des matériaux industriels imputrescibles). Les ordures sont abandonnées dans la rue, sur les chemins, au bord et dans le Nil. On notera, au passage, qu’une large part de la pollution atmosphérique provient de l’incinération à ciel ouvert de certains de ces déchets. Le Caire est, depuis quelques années, doté de plusieurs usines de recyclage et, grâce à l’aide du gouvernement finlandais, un premier site d’enfouissement des déchets industriels a vu le jour en 2005. Notons encore que l'industrie sucrière et celle de l'aluminium (Naghamadi par exemple) sont cause de pollutions importantes.

Aujourd´hui, les bateaux de croisière stockent quasi systématiquement les déchets à bord, avant qu´ils soient évacués aux grandes escales, ou via des bateaux de ramassage opérant à Edfou et Assouan. Surveillance et respect des réglementations semblent désormais effectifs sur ce point. Mais, par manque de place, les embarcations plus petites abandonnent encore leurs poubelles sur les rives et les îles du fleuve. On trouve un peu partout sacs et bouteilles plastique, papier toilette, lingettes, boites de conserve, piles usagées... Le respect du fleuve est donc à la discrétion des équipages et de leurs passagers...