1 • Formalités

Passeport

Passeport en cours de validité, valable au moins trois mois après la date de retour, pour les ressortissants français, belges et suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel.
A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents. Les mineurs voyageant dans ces conditions devront présenter : carte d'identité ou passeport (selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire sera accessible sur le site www.Service-Public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.

En Nouvelle-Zélande, à l’arrivée et au départ des vols internationaux, tous les bagages sont passés aux rayons X : tous les produits frais (fruits, laitages, charcuteries…) sont strictement interdits. La moindre infraction à cette règle est sanctionnée par une amende (une simple orange, non jetée avant le passage aux rayons X, peut coûter dans les 200 euro !). Les douaniers sont impitoyables avec les matières organiques ; ils les poursuivent jusque sous les chaussures de randonnée, qui doivent être très propres, pas d’herbe, pas de boue séchée (le nettoyage par les douanes est onéreux et prend… un certain temps).

Si votre voyage implique que vous transitiez par les Etats-Unis :

DOCUMENTS. Pour entrer sans visa, tout voyageur français, belge ou suisse (cela concerne aussi les enfants quel que soit leur âge) se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique ne dépassant pas 90 jours, doit être en possession d´un passeport individuel portant sur la couverture le symbole « puce électronique ». A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents.

ESTA. Tous les voyageurs français, belges ou suisses se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique, devront être en possession, avant d’embarquer, d´une autorisation électronique d´ESTA (Système électronique d´autorisation de voyage). Le formulaire ESTA devra être imprimé, avec la mention « autorisation accordée » et présenté à l’enregistrement. Ce document, simple autorisation d’embarquement, n´est pas une garantie d´admission sur le territoire des USA. Une fois accordée, cette autorisation est valable pour une ou plusieurs entrées et ce pendant deux ans (ou jusqu’à expiration de la validité du passeport du demandeur).
Les formulaires en ligne sont accessibles sur le site : https://esta.cbp.dhs.gov/ (la demande doit être faite au plus tard 72 heures avant le départ). L’autorisation d’ESTA est payante : 14 dollars US (tarif janvier 2017), à régler par carte bancaire au moment de la demande.

RESTRICTIONS A L'EXEMPTION DE VISA. Il est à noter que les voyageurs ayant effectué un séjour en Iran (mais aussi en Irak, en Syrie, en Libye, en Somalie, au Yémen ou au Soudan) depuis le 1er mars 2011 devront, s'ils souhaitent se rendre aux Etats-Unis ou y transiter, faire en personne une demande de visa auprès du consulat américain, et ce même s'ils sont citoyens d'un pays relevant du Programme d'exemption de visa. Cette mesure s'applique également aux binationaux dont l'une des nationalités est iranienne, irakienne, syrienne, libyenne, somalienne, yéménite ou soudanaise.

APPAREILS ELECTRONIQUES. De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Pour les ressortissants français, belges et suisses, pas de visa pour une visite de moins de trois mois. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l’ambassade.
Vous devrez, cependant, être muni d’un billet de retour et d’une carte bancaire internationale (ou, à défaut, d’environ 1 000 dollars néo-zélandais par personne et par mois).

2 • Santé

Vaccins conseillés

Il faut, comme toujours, être vacciné (ou immunisé) contre diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, hépatites A et B, rougeole pour les enfants. Pour les voyages plus sportifs, rage, typhoïde.

Autres risques

La Nouvelle-Zélande est un pays de haut niveau sanitaire ; les risques alimentaires ne sont donc pas différents des nôtres. Plus qu'aux risques infectieux ou parasitaires, le voyageur sera exposé à des risques environnementaux : haute montagne pour les trekkeurs dans les Alpes méridionales, accidents de la circulation, petite délinquance en ville... Les routes et les pistes sont bien entretenues, mais la violence des vents et des pluies doit inciter les conducteurs à la plus grande prudence. Le long des côtes néo-zélandaises, le risque éventuel dépendra du type d'activité : problèmes liés au soleil, aux bains de mer, à la plongée ou au surf ne sont pas différents de ceux rencontrés partout ailleurs et que nous avons détaillés dans nos recommandations générales.

3 • Géographie

Capitale

Wellington.

PIB

En 2007, 30 390 dollars US par habitant (France, 36 614 dollars US par habitant).

Point culminant

Mont Cook, ou Aoraki, 3 754 mètres (île du Sud).

Climat

La forme oblongue de la Nouvelle-Zélande explique la diversité des climats que l’on y rencontre, du nord subtropical aux neiges éternelles du sud. La dominante est cependant océanique avec 2 caractéristiques majeures : variabilité (toute l’année) et humidité (toute l’année). La côte ouest de l’île du Sud est la plus arrosée ; la côte est de l’île du Nord, la plus sèche. Les côtes nord de l’île du Sud et nord-est de l’île du Nord ont le plus bel ensoleillement.
Les saisons sont inversées par rapport aux nôtres. L’été, de décembre à février, est chaud dans l’île du Nord et très agréable dans l’île du Sud (dont la partie méridionale reste toutefois toujours fraiche, et froide en hiver) ; températures moyennes entre 19° et 26°. L’hiver est doux dans les trois quarts du pays ; températures moyennes entre 10° et 15°. On skie dans les Alpes néo-zélandaises de juillet à octobre. Le Pays du long nuage blanc est aussi le pays du vent…

Géographie

La Nouvelle-Zélande se situe à 1 600 km au sud-est de l’Australie. Elle se compose de deux îles principales, dites île du Nord (North Island, Te Ika a Maui) et île du Sud (South Island, Te Wai Pounamu). L’île du Sud est plus grande que celle du nord d’un tiers environ. Les Alpes néo-zélandaises (18 sommets à plus de 3 000 m) en constituent l’épine dorsale, bordées de plaines côtières à l’est ; l’ouest est célèbre pour ses fjords et ses glaciers. L’île du Nord, quant à elle, est marquée par le volcanisme (le pays se trouve à la jonction de deux plaques tectoniques, à cet endroit la plaque pacifique passe sous la plaque australienne). Le plus haut sommet de l’île du Nord est le mont Ruapehu (2 797 m), un volcan actif. Le pays est bien doté en ressources hydriques ; il dispose en outre d’un vaste domaine maritime exclusif.

Economie

Les bases de l’économie néo-zélandaises sont saines et ses performances récentes lui donnent aujourd’hui les moyens de son plan de relance. L’agriculture représente 3,6% du PIB ; l’industrie, 25,5% ; les services 67,3%. En 2008, le taux de chômage était le plus faible de l’OCDE : 3,6%. L’agriculture (le lait d’abord, mais aussi la viande) et le tourisme (200 000 emplois directs) sont les secteurs les plus rentables à l’export. On notera néanmoins que ces bons résultats reposent encore trop exclusivement sur les matières premières et les denrées agricoles, ce qui rend le pays sensible aux variations des cours de ces produits sur les marchés internationaux.

Faune et flore

La faune et la flore de Nouvelle-Zélande sont marquées par un fort endémisme. Par exemple, 90% des poissons, 80% des plantes vasculaires et 70% des oiseaux terrestres et d’eau douce n’ont pas d’autre habitat. L’homme a, bien sûr, introduit des espèces nouvelles (chats, souris, rats, cerfs…), dont certaines se sont montrées quelque peu invasives. Ces espèces ne sont pas actuellement protégées. La forêt a longtemps couvert les îles ; son domaine est désormais réduit ; ses formes principales sont la forêt tropicale humide (dans le nord) et la forêt tempérée à feuilles caduques. Prairies, savanes, toundras, brousses, flore de montagne tapissent encore de vastes espaces. Les oiseaux occupent une grande place dans la faune néo-zélandaise. Si le moa et l’aigle géant de Haast ont disparu de concert peu après l’arrivée des hommes, le kiwi s’est maintenu ; on peut citer encore le glaucope cendré, le créadion rounoir, la carpophage de Nouvelle-Zélande, le perroquet-hibou (kakapo), le faucon de Nouvelle-Zélande, le talève takahé ou le nestor superbe… Parmi les reptiles, surtout des scinques et des geckos, relevons le sphénodon, qui est un fossile vivant. Pour les mammifères, seules les chauves-souris appartiendraient à la faune endémique (un fossile de souris découvert récemment apporterait cependant un élément nouveau…).

4 • Hommes et cultures

Population

4 298 656 habitants (2009).

Langue Officielle

L’anglais (de facto) et le maori (de jure).

Langue parlée

92% des Néo-Zélandais ont l’anglais pour langue maternelle. Pour le maori (apparenté au tahitien et à l’hawaiien), sur environ 300 000 Maoris, seuls 40 000 le parlent couramment.

Peuple

79,5% de la population est d’origine européenne (principalement britannique). Les Maoris sont 12,9% de l’ensemble. Viennent ensuite les Polynésiens (5%) des îles Samoa, Cook, Niue, Tonga… On peut ajouter à cela les petites communautés chinoise (0,6%), indienne (0,4%) et vietnamienne (0,4%).

Religion

60% des Néo-Zélandais confessent le christianisme (anglicans, catholiques, presbytériens…). Puis viennent l’hindouisme, le bouddhisme, l’islam… L’ancienne religion maorie survit surtout sous des formes syncrétiques, mêlée au christianisme (Ratana, Ringatu…). Le quart de la population déclare n’appartenir à aucune religion.

Calendrier des Fêtes

1er janvier : Nouvel an.
2 janvier : New Year’s Day Holiday.
6 février : fête nationale.
Fin mars, début avril : Pâques (du vendredi saint au lundi de Pâques).
25 avril : ANZAC Day (en l’honneur des soldats du Pacifique engagés dans la Première Guerre mondiale).
Premier lundi de juin : anniversaire de la Reine.
Dernier lundi d’octobre : Labour Day (Fête du travail).
25 décembre : Noël.
26 décembre : Boxing Day.

Histoire

Ce sont des Polynésiens (des îles de la Société, des îles Cook, de Polynésie orientale…) qui ont, les premiers, pris pied en Nouvelle-Zélande, entre le XIe et le XIVe siècle. Nomades, puis sédentaires, ils ont établi la culture maorie. Les tribus (iwi) étaient subdivisées en clans (hapu) et en parentèles (whanau). Clans et tribus s’affrontaient autour des ressources disponibles. Les Maoris étaient quelques dizaines de milliers sans doute dès le XVe siècle. En 1642, le Hollandais Abel Tasman (1603-1659) explore les côtes ouest du pays (qu’il nomme Statenland). En 1769, le Britannique James Cook (1728-1779) établit un relevé de l’ensemble des côtes ; ses naturalistes croquent la faune et la flore. Dans les années qui suivent, de nombreux navires européens croisent dans les eaux néo-zélandaises. Les chasseurs de baleine et de phoque y mènent de fructueuses campagnes. Quelques relations de commerce sont établies avec les Maoris. Des Européens s’installent à demeure : forçats évadés d’Australie, marins déserteurs, missionnaires, aventuriers… Ce sont les premiers Pakeha ; ils seront environ 2 000 en 1830. Leur statut dans la société maorie est contrasté (esclave, conseiller…). Les armes à feu introduites dans quelques tribus provoquent des guerres intestines, dites Musket Wars. Elles cessent lorsque, tout le monde étant équipé d’escopettes, la dissuasion poudrière est en place.
La rivalité franco-anglaise dans la région pousse la couronne britannique à prendre formellement possession du pays. Le 6 février 1840, le Traité de Waitangi est signé, dans la Baie des îles, entre le capitaine William Hobson et les représentants des iwi. Auckland est choisie pour capitale de la nouvelle colonie (Wellington, fondée en 1839, la remplacera en 1865). La population européenne, d’origine essentiellement britannique, croît rapidement. Mais les empiètements des colons et une notion différente, mais péremptoire, de la propriété de part et d’autre vont être à l’origine d’affrontements avec les Maoris (1845-1872). L’autorité des chefs traditionnels se heurte à celle de l’administration coloniale. Les maladies, plus sans doute que les batailles, divisent par deux la population maorie (alors qu’en 1870, la population pakeha sera, elle, passée à 250 000 personnes). En 1854, un premier Parlement de Nouvelle-Zélande est convoqué et la colonie y gagne une autonomie partielle. Le parti libéral au pouvoir mène alors de profondes réformes sociales : droit de vote des femmes (1893), loi Industrial Conciliation and Arbitration (1894), épargne retraite (1898)… Les Maoris sont associés à la vie politique. Comme en Argentine, les techniques modernes de réfrigération ouvrent de nouveaux horizons à la production de viande. En 1907, la Nouvelle-Zélande devient un dominion indépendant. Après avoir secondé l’Angleterre pendant la Guerre des Boers, le dominion la soutient pendant la Première Guerre mondiale, puis pendant la Seconde. Entre temps, la Grande Dépression a mis le pays à mal ; la période voit la naissance de l’Etat providence et l’installation du protectionnisme économique. En 1947, la Nouvelle-Zélande est entièrement indépendante. Les fifties sont une période de redémarrage de l’économie. Les sixties et les seventies transforment la société comme partout ailleurs. Pendant ce temps, les Maoris ont abandonné les campagnes pour s’installer en ville, dans un contexte à la fois d’acculturation et de revendication. Ce mouvement permet de poser la question de l’identité maorie à nouveaux frais. Pour faire le point sur les violations du traité de 1840, on installe un tribunal. Les éléments de la modernité maorie sont peu à peu réunis. Pendant les années 80, la structure socio-économique du pays connait un tournant libéral.

Politique

La Nouvelle-Zélande est une monarchie constitutionnelle. La souveraine (Elisabeth II) y est représentée par un gouverneur général. Celui-ci nomme le premier ministre (majorité parlementaire) et peut, théoriquement, le révoquer. Le Parlement est à une chambre, la Chambre des représentants (122 membres, élus pour 3 ans). La Cour Suprême de Nouvelle-Zélande est la plus haute instance judiciaire.

Célébrités

Katherine Mansfield (1888-1923) passe pour une Virginia Woolf des antipodes, mais c’est être morte un an avant Franz Kafka de la même maladie que lui, la tuberculose, qui en fait vraiment une provinciale… On lui doit des récits et des poèmes au ton singulier, qui résistent au ressac des engouements.

Colin Meads (né en 1936) est considéré comme le meilleur joueur de rugby néo-zélandais de tous les temps. Black de 1957 à 1971 (133 matchs), Pinetree est devenu une légende. Exceptionnellement dur au mal : en 1970, il termine une partie contre l’Afrique du Sud malgré la fracture d’un bras.

Ernest Rutherford (1871-1937) a découvert les particules alpha, les particules bêta, le noyau atomique. Il s’est vu décerner le prix Nobel de chimie en 1908 pour avoir montré que la radioactivité s’accompagne de la désintégration des éléments chimiques. Il est l’un des pères de la physique nucléaire.

Edmund Percival Hillary (1919-2008) fut le premier, avec le Sherpa Tensing Norgay, à atteindre le sommet de l’Everest (29 mai 1953). Il a également atteint le Pôle Sud, le 4 janvier 1958. Chevalier de l’ordre de la Jarretière, c’est pourtant de son engagement prolongé et discret en faveur des Sherpas dont il était le plus fier.

Kiri Te Kanawa (née en 1944), soprano d’origine maorie, commence par chanter dans les bars, puis l’air de Tosca lui permet de partir étudier à Londres et, en 1971, elle fait ses débuts à Covent Garden, dans Les Noces de Figaro de Mozart. On sait la suite (Richard Strauss, en particulier, avec qui elle se sent des affinités…).

Peter Jackson (né en 1961) a, c’est entendu, réalisé Le Seigneur des anneaux d’après Tolkien, mais il est aussi l’auteur de films beaucoup moins filandreux comme Bad Taste, Braindead, Heavenly Creatures ou Forgotten Silver. Maintenant, il parait qu’il s’attaque à Tintin, alors là…

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l´assurance qu´il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d´usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l´on a été satisfait du service.
Le mieux est d’aligner votre pourboire sur l´économie locale : les prix d´une bière ou d´un thé, d´un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d’estimer son montant. A l’hôtel, par exemple, 2 dollars néo-zélandais sont réguliers pour un porteur ou un voiturier. En revanche, au pub, le service est au comptoir : pas de pourboire (mais on peut abandonner quelques pièces si l’ambiance est bonne). La taxe de 12,5% sur les biens et services est d’ailleurs généralement comprise (mais loueurs de voiture et hôtels de luxe affichent, eux, volontiers des tarifs hors taxe). Même si la pratique du pourboire tend à se généraliser, de nombreux Néo-Zélandais la tiennent encore pour étrange et déplacée. Si vous êtes royalement servi dans un restaurant, laissez de 5% à 10% de pourboire.

Achat

Poteries, lainages, artisanat maori, artisanat du cuir… Mais aussi, peut-être, un pot de pâte à tartiner Vegemite, dont le goût salé vous rappellera les antipodes.

Cuisine

La cuisine néo-zélandaise est encore fille de la cuisine britannique : pies, fish and chips, puddings et sauce à la menthe en sont les piliers. L’agneau est généralement servi grillé aux herbes, bien cuit. Sa saveur est prononcée : c’est du hogget (agneau âgé d’un an). Les plats maoris valent que l’on s’y arrête. Le hangi, par exemple, ragoût de viande et de patates douces, cuit dans un four creusé à même le sol ; ou le muttonbird, un puffin fumé et rôti. On trouve, bien sûr, poissons et fruits de mer en abondance…

Boisson

L’eau du robinet est potable, mais, pour plus de sûreté, on lui préfèrera l’eau minérale en bouteille. La bière, généralement blonde et légère, est la boisson nationale. La production des grands brasseurs est assez standard, mais on peut trouver des mousses de belle venue dans les micro-brasseries qui se sont multipliées ces dernières années. Les vins, dont les principales régions productrices sont Hawke’s Bay (île du Nord) et Marlborough (île du Sud), sont souvent des vins de cépage (Sauvignon, Pinot noir, Chardonnay…) et se boivent très bien jeunes ; on trouve également quelques beaux assemblages. Le thé fait, lui, partie de l’héritage britannique ; il se prend comme à Londres (donc souvent médiocre et à la va vite, mais parfois délicieux et avec un décorum charmant…).

5 • Transports

Route

Le réseau routier est de très bonne qualité. La signalisation est régulière. Attention ! Conduite à gauche (on prend les ronds-points dans le sens des aiguilles d’une montre). Vitesse limitée à 100 km/h sur route, 60 km/h (ou 70 km/h) aux abords des agglomérations et 50 km/h en ville.
Le ferry qui relie les deux îles, de Wellington dans l´île du Nord à Picton dans l´île du Sud, est un lien, essentiel pour le passage du fret, des véhicules et des passagers.

La signalisation suit les standards et symboles internationaux et toutes les distances sont en kilomètres (km).
Bien que la Nouvelle-Zélande soit un pays relativement petit, cela peut prendre plusieurs heures de conduire d'une ville à une autre en fonction des stops. Même lorsque les distances sont courtes, les routes secondaires étroites peuvent ralentir votre voyage.

Taxi et location

Si vous souhaitez louer une voiture, munissez-vous de votre permis national et d’un permis de conduire international. Vérifiez que le contrat de location autorise la circulation sur voies non goudronnées.

Train

Les trains sont confortables, mais assez onéreux. Le trajet entre Auckland et Wellington (île du Nord) peut se faire par rail. Sur l’île du Sud, le réseau ferré parcourt la côte est, de Picton à Invercargill. Signalons le superbe voyage entre Christchurch et Greymouth que permet le TranzAlpine Express, c’est l’un des plus spectaculaires au monde ; mais aussi le Taieri Gorge Railway, entre Dunedin et Middlemarch.

Avion

L´avion est un moyen de transport domestique couramment employé par les Néo-Zélandais, que ce soit pour le travail ou les loisirs. Le pays est desservi par les principales compagnies aériennes et possède sa propre compagnie, Air New Zealand. L'aéroport international d'Auckland se trouve à 25 km du centre-ville.

6 • Infos pratiques

Décalage

La Nouvelle-Zélande est à GMT+11, avec les changements d’heure, on a :
- 12 heures de décalage avec la France entre le 21 septembre et le 21 mars ; quand il est midi à Reims, il est minuit à Wellington ;
- 10 heures de décalage avec la France entre le 21 mars et le 21 septembre ; quand il est midi à Reims, il est 22 heures à Wellington.

Argent

La devise nationale est le dollar néo–zélandais (NZD).
Les cartes bancaires (Visa, MasterCard…) sont largement acceptées et permettent de faire des retraits aux distributeurs automatiques des agences des grandes banques néo-zélandaises. Ayez sur vous des espèces pour les menus achats et les droits d’entrée dans les parcs nationaux, par exemple. Euros et chèques de voyage en euros se changent facilement.
Les banques ouvrent en général de 9h00 ou 9h30 à 16h30, du lundi au vendredi.

Electricité

220 volts. Prises à 2 ou 3 fiches plates. Adaptateur indispensable.

Horaire

Les sites touristiques sont, en principe, ouverts tous les jours ; il est toutefois recommandé de s'en assurer sur place. Les magasins ouvrent entre 9h00 et 17h00 ou 17h30, du lundi au vendredi (12h00 ou 12h30, le samedi). A la campagne, vous aurez recours au dairies, petites épiceries aux horaires élastiques.

Média

Le pays dispose de 27 quotidiens. Parmi les principaux, citons The New Zealand Herald (Auckland), The Dominion Post (Wellington) ou The Press (Christchurch)… Il faut ajouter à cela un grand nombre de magazines. La télévision publique propose deux chaînes gratuites, TV1 et TV2 ; TV3, également gratuite, est privée. MTS est la chaîne maorie. Câble et satellite complètent le dispositif. La radio nationale s’appelle Radio New Zealand.

Poste

Les post shops (bureaux ou comptoirs postaux) sont souvent installés dans les librairies et ouvrent, en général, entre 9h00 et 17h00, du lundi au vendredi.

Téléphone

Pour appeler la Nouvelle-Zélande depuis la France, composer 00 + 64 + l’indicatif de zone (Auckland, 9 ; Christchurch, 3 ; Wellington, 4) + le numéro de votre correspondant.

Pour appeler la France depuis la Nouvelle-Zélande, composer 00 + 33 + le numéro de votre correspondant à 9 chiffres (sans le 0 initial).

Internet

Nombreux cybercafés en ville et connexions Internet dans les hôtels.

Couverture GSM

Bonne couverture des régions de peuplement dense, moins bonne des zones montagneuses ou isolées. Nous vous conseillons de vous renseigner auprès de votre opérateur sur les modalités d’accès au réseau local.

Devise

NZD

Taux

Cours d'achat estimé : 1 NZD = 0.595062 Euros au 16/12/2017 - Source : www.xe.com

7 • Adresse utiles

Ambassade

Ambassade de Nouvelle-Zélande en France
7 ter, rue Léonard de Vinci - 75116 Paris
Tél. : 01 45 01 43 43
Fax : 01 45 01 43 44
Email : nzembassy.paris@fr.oleane.com
Web : www.nzembassy.com

Ambassade de Nouvelle-Zélande en Belgique
1, square de Meeûs - 1000 Bruxelles
Tél. : 02 512 10 40
Fax : 02 513 48 56
Email : nzemb.brussels@skynet.be
Web : www.nzembassy.com/belgium

La Suisse relève de l’ambassade de Nouvelle-Zélande à Berlin.
Web : www.mfat.govt.nz

Consulat

En France métropolitaine les fonctions consulaires sont assurées par l’ambassade. Il y a un consulat général de Nouvelle-Zélande à Nouméa (tél. 00 687 27 25 43).

En Belgique, les fonctions consulaires sont assurées par l’ambassade.

Consulat général de Nouvelle-Zélande en Suisse
Chemin des Fins, 2 - 1218 Le Grand-Saconnex (Genève)
Tél. : 022 929 03 50
Fax : 022 929 03 77
Email : mission.nz@bluewin.ch

Office de tourisme

La Nouvelle-Zélande n’a pas d’office de tourisme en France ; le site de l’ambassade donne des informations intéressantes. On peut également consulter le site de Tourism New Zealand : www.newzealand.com

8 • Environnement

Situation Environnementale

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à la Nouvelle-Zélande.
– Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique.
– La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets.
– Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats.
– En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc.

La Nouvelle-Zélande doit à sa situation géographique isolée une flore et une faune endémiques très riches ; les échanges internationaux, des pirogues des premiers Maoris aux avions actuels, ont introduit dans les îles des espèces dont certaines sont invasives. C’est pourquoi 32% du territoire et 7,5% des eaux territoriales sont aujourd’hui protégés par le Department of Conservation, ce qui situe la Nouvelle-Zélande à un très bon rang parmi les pays membres de l’OCDE.
Cette organisation a récemment publié un rapport concernant la situation environnementale du pays. L’assainissement des eaux est un point positif : des investissements ont été consacrés au traitement des eaux usées, à leur réutilisation et à la distribution de l’eau, l’utilisation des ressources hydriques a été encadrée… L’augmentation des émissions de gaz à effet de serre est un point négatif ; elle est due au nombre sans cesse croissant de véhicules et à une demande d’électricité à la hausse (qui entraine une surconsommation de combustibles fossiles). Le rapport relève également que la Nouvelle-Zélande utilise encore du bromure de méthyle, pesticide destructeur de la couche d’ozone. Une quarantaine de propositions sont faites par l’OCDE pour aider la Nouvelle-Zélande à honorer ses engagements environnementaux.
Le traitement des déchets solides est du ressort des autorités locales, qui gèrent collecte et stockage, souvent en partenariat avec des entreprises privées. Les Néo-Zélandais se mettent petit à petit au tri sélectif des déchets et au compostage. Le ministère de l’Environnement est à l’origine, avec des partenaires locaux, d’une politique nouvelle de réduction des déchets ménagers. Il espère également, d’ici 2020, avoir rénové l’ensemble des installations de traitement des eaux, pour les rendre parfaitement respectueuses de l’environnement.