Destinations
Activités

1 • Formalités

Passeport

Passeport valide 3 mois après la date de retour pour les citoyens français. Pour les autres nationalités, nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches.

Afin de parer à toute éventualité, on veillera à disposer d’un passeport comportant le nombre de pages vierges requis ou suffisant (généralement 3, dont 2 en vis-à-vis).

Passeport d’urgence. Ce document n’étant pas accepté partout, il faudra s’assurer, avant d’en faire la demande éventuelle, qu’il est reconnu par le pays concerné par le voyage ; on vérifiera également s’il implique une demande de visa (ce qui peut être le cas même pour des pays où on en est dispensé avec un passeport ordinaire).

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel. La législation française stipule que les mineurs voyageant avec leurs deux parents, ou un seul des deux, n'ont pas besoin d'être en possession d'une autorisation de sortie du territoire. En revanche, ce document est obligatoire (depuis le 15 janvier 2017) si cette condition d'accompagnement n'est pas remplie. Dans ce dernier cas, l'enfant devra présenter : passeport (ou carte d'identité, selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire est accessible sur le site www.service-public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.

Lorsqu’un mineur voyage avec l’un de ses parents dont il ne porte pas le nom, il est fortement conseillé soit de pouvoir prouver la filiation (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F15392), soit de présenter une autorisation de sortie du territoire (formulaire Cerfa n° 15646*01) dûment remplie et signée par l’autre parent avec copie de sa pièce d’identité. Cette autorisation ne dispense pas de l’accomplissement de toute autre formalité spécifique à la destination concernant les mineurs.

Permis de conduire : pour éviter tout désagrément, il peut-être utile, même pour les pays extra-européens reconnaissant officiellement sur leur territoire la validité du permis français, de se procurer également un permis de conduire international ou, à défaut, une traduction assermentée du permis français.

Si votre voyage implique que vous transitiez par les Etats-Unis :

DOCUMENTS. Pour entrer sans visa, tout voyageur français, belge ou suisse (cela concerne aussi les enfants quel que soit leur âge) se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique ne dépassant pas 90 jours, doit être en possession d´un passeport individuel portant sur la couverture le symbole « puce électronique ». A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents.

ESTA. Tous les voyageurs français, belges ou suisses se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique, devront être en possession, avant d’embarquer, d´une autorisation électronique d´ESTA (Système électronique d´autorisation de voyage). Le formulaire ESTA devra être imprimé, avec la mention « autorisation accordée » et présenté à l’enregistrement. Ce document, simple autorisation d’embarquement, n´est pas une garantie d´admission sur le territoire des USA. Une fois accordée, cette autorisation est valable pour une ou plusieurs entrées et ce pendant deux ans (ou jusqu’à expiration de la validité du passeport du demandeur).
Les formulaires en ligne sont accessibles sur le site : https://esta.cbp.dhs.gov/ (la demande doit être faite au plus tard 72 heures avant le départ). L’autorisation d’ESTA est payante : 14 dollars US (tarif janvier 2017), à régler par carte bancaire au moment de la demande.

RESTRICTIONS A L'EXEMPTION DE VISA. Il est à noter que les voyageurs ayant effectué un séjour en Iran (mais aussi en Irak, en Syrie, en Libye, en Somalie, au Yémen ou au Soudan) depuis le 1er mars 2011 devront, s'ils souhaitent se rendre aux Etats-Unis ou y transiter, faire en personne une demande de visa auprès du consulat américain, et ce même s'ils sont citoyens d'un pays relevant du Programme d'exemption de visa. Cette mesure s'applique également aux binationaux dont l'une des nationalités est iranienne, irakienne, syrienne, libyenne, somalienne, yéménite ou soudanaise.

APPAREILS ELECTRONIQUES. De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Le visa n’est pas nécessaire pour les ressortissants français pour une durée de moins de quatre mois. Pour les autres nationalités, nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches.

En cas de transit par l’Australie, et pour parer à toute situation pouvant entraîner des complications administratives (escale de plus de 8 heures, changement de terminal, zèle excessif de certaines compagnies), nous vous fournirons les éléments nécessaires à la demande d’un visa australien, gratuit.

2 • Santé

Vaccins obligatoires

Pas de vaccins obligatoires pour les îles Cook et Tonga.
Pour les îles Fidji, la vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour toute personne âgée de plus de 9 mois ayant séjourné dans un pays d'endémie (Afrique sub-saharienne, Amérique du Sud). Cette exigence s’applique aux voyageurs restés plus de 12 heures dans un pays à risque.
Rappelons la validité à vie de la vaccination, qui doit être faite au minimum 10 jours avant le voyage, dans un centre de vaccinations internationales.

Vaccins conseillés

Diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, hépatites A et B.

Autres risques

PENDANT LA PERIODE DE CIRCULATION DU COVID19, NOUS INVITONS LES VOYAGEURS A CONSULTER NOS « NEWS » SANTE, OU NOUS ACTUALISONS LES RECOMMANDATIONS SANITAIRES.

Ce sont les risques infectieux, comportementaux et environnementaux décrits dans nos recommandations générales, en particulier les risques liés à l'alimentation, aux bains en mer, à la plongée et au soleil. Si le paludisme est totalement absent, la dengue, le chikungunya et le virus Zika ne le sont pas et la protection contre les piqûres de moustique est capitale.

3 • Géographie

Capitale

Suva

PIB

En 2017, 5 589 dollars US par habitant (France, 38 477 dollars US par habitant).

Point culminant

C’est dans l’archipel de Yasawa qu’on trouve le point culminant des Fidji et ce dernier fait 1840 mètres d'altitude.

Climat

Fidji jouit d'un climat tropical humide, tempéré par les alizés soufflant du Sud-Est. Les températures moyennes oscillent entre 24° et 28 °C toute l'année. On distingue deux grandes saisons. Une saison sèche et une saison des pluies.
La saison des pluies s’étend de novembre à avril, avec une atmosphère chaude, très humide, assez étouffante, un ciel souvent nuageux et d'orages violents en fin d'après-midi. Des tempêtes voire des cyclones peuvent surgir entre novembre et avril mais la région des Fidji n’enregistre ni les plus fréquents ni les plus violents des cyclones. Par contre l'océan atteint alors des températures maximales avoisinantes les 28 °C.
La saison sèche va de mai à septembre, la plus favorable pour un voyage, avec un temps très ensoleillé, des températures agréables compris entre 22° et 26 °C et une mer généreuse avec des température de 24° à 25 °C en particulier dans les lagons.
Du fait de l’immensité du territoire, le climat est relativement variable d’un endroit à un autre des Fidji. Le contraste le plus frappant existe entre l’est et l’ouest de la grande île de Viti Levu. Alors que la moitié Ouest bénéficie d’un climat clément quasiment toute l’année, la partie Est et tout particulièrement Suva, est confrontée à de fortes précipitations presque toute l’année.

Géographie

Les Fidji se trouvent au sud de l’Equateur et au nord du tropique du capricorne, sur un territoire qui s’étend entre les longitudes 174°C est, 178° C ouest, et les latitudes 12°C et 22° C sud. Les îles ont la particularité d’être traversées par le méridien 180° C, c'est-à-dire celui du changement de jour. Fidji compte environ 330 îles dont un tiers est inhabitable et 540 îlots et atolls. Ce faible pourcentage de terres habitées s’explique par l’absence d’eau de source sur la plupart des îles. Eparpillé dans l’océan, le territoire fidjien totalise 1,3 million de Km² dont seulement 18,333 Km² de terres. Les deux îles principales que sont Viti Levu avec 10429 Km² et Vanua Levu avec 5556 Km² constituent 80% du territoire.
La côte sud et ouest de l’île de Viti Levu concentre la majorité des individus. La capitale Suva, regroupe 170 000 des 905 949 habitants que compte le pays. Le reste des terres est sauvage et brut.
Le long des côtes on trouve des plaines alors que l’intérieur des terres est montagneux, accidenté et inhabité. De leur origine volcanique, les îles sont étonnements hautes en reliefs et entourées de récifs coralliens.

Economie

Le tourisme reste la première source de revenus du pays et le principal pourvoyeur de devises. Le secteur emploie 55 000 personnes et représente 25% du PIB. Avec 800 000 touristes en 2017, Fidji est la destination la plus fréquentée du Pacifique. D’autres secteurs économiques ne sont pas en reste, comme l’agriculture, qui emploie 39,5% de la population active et contribue fortement aux échanges extérieurs. On compte 1,8 million d’hectares de terre, dont 16% sont cultivables (situés, pour la plus grande part, le long des côtes). Sur l’ensemble de ces terres, 24% sont utilisées pour la canne à sucre (qui emploie plus de 200 000 personnes et compte dans les exportations à hauteur de 32%) ; 23% pour les fruits et légumes ; le restant pour le manioc, la patate douce, etc. Le textile compte également pour l’économie fidjienne, ce département figurant au deuxième rang des ressources économiques du pays. La pêche représente 9% des exportations. Structure du PIB (valeur ajoutée) : agriculture, 13,6% ; industrie, 17,5% ; services, 68,9%.

Faune et flore

La diversité de sa faune et de sa flore fait des Fidji une destination passionnante et irrésistible. Son décor est fortement conditionné par des pluies qui dessinent deux écosystèmes : celui qui reçoit des gouttes de pluie et celui qui n’est caressé que par le vent. On distingue quatre « tableaux écologiques » aux Fidji : le côté humide avec des forêts tropicales ; le long des côtes avec des rangées de cocotiers ; en bordure des petites îles ce sont des mangroves et du côté sec se sont des champs de canne à sucre. Les oiseaux font partie de la beauté et de la magie des îles Fidji. La plupart des oiseaux intéressants et exceptionnels se cachent dans la forêt tropicale. Le Pacifique regroupe un quart des espèces d’oiseaux en voie de disparition soit près de 289 espèces et Fidji n’échappe pas à la règle car certains de ces joyaux sont eux aussi menacés. Fidji dispose également d’un environnement marin des plus spectaculaires au monde. Sur 1,3 million de Km² que représente le territoire, les 844 îles, îlots et atolls qui le composent comptent pour moins de 5% de la superficie totale. Le territoire marin comprendrait 1000 récifs coralliens, sur une distance de 10 000 Km soit 3% de la surface totale des récifs coralliens du monde, au sein desquels ont été identifiés 400 espèces de coraux et plus de 1200 espèces de poissons. Fidji constitue donc une destination aquatique majeure, un paradis des plongeurs et des amoureux de la nature.

4 • Hommes et cultures

Population

905 949 habitants avec une densité de 43,7 hab.km². La surface totale des terres fidjiennes représentent 50%, l’île de Vitu Levu abrite à elle seule 75% de la population. Vanua Levu qui représente 30% de la surface de totale, ne compte que 18% de la population. Le reste des Fidjiens vivent sur les autres îles au milieu du Pacifique.

Langue Officielle

L'anglais reste la langue officielle.

Langue parlée

Les autres langues sont le Fidjien, le Hindi et le Rotuman.

Peuple

Les Fidjiens de souche représentent 50,8% et les Indo fidjiens 43,7%.

Religion

La religion chrétienne est la plus importante avec 52,9% de chrétiens ; 38,1% d’hindous ; 7,8% de musulmans ; 0,7% de sikhs ; et les autres 0,5%. Les Fidjiens de souche sont à 80% des méthodistes, une tradition héritée du colonialisme.

Calendrier des Fêtes

1er janvier : Nouvel An- Fév/mars : Hindu Holi - Festival des Couleurs - Avril : Fêtes de Pâques - 31 mai : Ratu Skuna Day - 14 juin : Anniversaire de la reine d'Angleterre - Juillet : Anniversaire de Mahomet - 26 juillet : Constitution Day - Août : Festival de l'Hibiscus à Suva, marches sur le feu des hindous – Août/septembre : Anniversaire de Krishna - Septembre : Festival du Sucre à Lautoka - 8 octobre : Fête de Fidji - 9 novembre : Diwali (hindous) - 15 novembre : Anniversaire du Prince Charles – 25/27 décembre : Noël.

Histoire

Faute de traces écrites et de recherches avancées, l’histoire des origines des Fidji commence à peine à s’écrire. Les archéologues et les paléontologues continuent de fouiller des sites encore vierges. Il est avéré aujourd’hui que le premier peuplement des Fidji eut lieu vers 1500 avant Jésus Christ, toute fois, la période « Lapita » du nom des poteries en sont les témoignages. Malgré le doute persistant quant à l’ordre chronologique du peuplement des Fidji, ce dont on est certain c’est que les Mélanésiens y ont joué un rôle important à un moment donné. De la même façon qu’ils ont envahi le Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie et les îles Salomon, les Mélanésiens auraient été parmi les premiers à avoir peuplé les îles Fidji. De par son étendue et par l’abondance des ses microparticules de terres, le territoire des Fidji est le résultat d’une succession de découvertes. Ainsi, le premier à découvrir une partie des Fidji fut le navigateur hollandais Abel Jansen Tasman en 1643 et donna aux îles le nom de « Prince William’s Islands ». En 1789, le capitaine Bligh à bord du Bounty découvrit d’autres îles fidjiennes, puis d’autre encore en 1792. C’est en 1796 que l’équipage du capitaine Wilson en pleine déroute à bord du Duff, se vit aborder les récifs de l’île de Taveuni.
L’année 1835, marque un réel tournant dans l’histoire des Fidji. C’est à cette date que les missionnaires David Cargill et William Cross entreprennent de mener à bien leur mission évangélique et s’installent à Labeka. Pendant les années qui suivirent l’arrivée des missionnaires, les fidjiens furent tiraillés entre la volonté d’accession au pouvoir par tous les moyens avec pour conséquence des guerres tribales et de l’autre la prise de conscience d’un nouveau style de vie plus pacifiste qui passait par le christianisme et instaurait un nouvel ordre de valeurs. Le 30 avril 1854, Ratu Cakobau devint le premier chef fidjien à se convertir officiellement au christianisme. Cela marqua le premier signe démocratique concret du début, d’une nouvelle conception de la société apparut en 1865, date à laquelle la première mouture d’une constitution fidjienne fut élaborée et signée par sept chefs indépendants des îles Fidji.
Suite à de nombreux conflits aux Fidji, le conseil des chefs fidjiens s’accorda à concéder le territoire à la reine d’Angleterre et celui-ci était officiellement cédé à la couronne britannique. Sir Arthur Gordon devint en 1875 le premier gouverneur des Fidji. Pour maintenir le mode vie communautaire des fidjiens, le nouveau gouverneur fit appel à la main-d’œuvre extérieure pour assurer la culture des champs de canne à sucre. Le 14 mai 1879, plus de 500 indiens venus de Calcutta à bord du Léonidas foulèrent le sol des fidjiens pour la première fois. En accueillant cette nouvelle main-d’œuvre, Fidji se dota d’une double culture, celle de ses terres et celle de leurs cultivateurs (les indiens). Malgré l’abolition officielle en 1916 du système « Indenture », la plupart des indiens choisirent de rester aux Fidji et de louer des baux aux propriétaires des terres pour continuer à cultiver les champs de canne à sucre. En 1921, la population des Fidji regroupait environ 85 500 fidjiens, plus de 60 500 indiens et 12 100 européens. C’est à cette période que les indiens forts de leur implication dans le système économique et de leur importante population, ont souhaité acquérir une vraie place dans la vie sociale et politique du pays. Jusqu’en 1960, les trois grands groupes de population des Fidji se côtoyèrent sans jamais se mélanger.
Le 14 décembre 1960, l’assemblée des Nations Unies estimait comme contraire aux droits de l’homme toute domination coloniale. En 1963, eurent lieux les premières élections générales donnant ainsi les pleins pouvoirs aux fidjiens et auxquelles participa pour la première fois le parti politique Indo Fidjien. Le 10 octobre 1970, Fidji retrouvait officiellement son indépendance lors d’une cérémonie présidée par le prince de galles. Ratu Kamisese Mara, président du parti de l’alliance fut proclamé premier gouverneur des Fidji indépendantes.

Politique

Les îles Fidji sont une démocratie parlementaire régie par la constitution de 1997. Celle-ci a permis de mettre en place un système plutôt complexe dont la vocation est d’assurer la représentativité de l’ensemble des ethnies du pays. Le parlement fidjien est composé de deux Chambres : le Sénat dont les membres sont nommés et la Chambre des représentants avec des membres en partie nommés et en partie élus au suffrage universel. Au niveau de la Chambre des représentants, un certain nombre de sièges est « réservé » à chaque ethnie. Sur les 71 sièges du parlement, seuls 25 sont éligibles au suffrage universel, alors que les autres sont d’office attribués aux représentants de chaque ethnie nommés par un conseil communautaire. De plus, la formation du gouvernement est tenue par une règle de pluralité. Ainsi, tout parti récoltant plus de 10% des votes aux élections générales obtient un nombre proportionnel de nomination au gouvernement. Bien que, la gouvernance du pays soit ouverte à tous, il n’en demeure pas moins que la présidence, n’est accessible qu’aux chefs de tribus issus du Grand Conseil des Chefs. Cette instance représente la plus haute assemblée des Fidji et la plus ancienne. Formé par les chefs de tribus, Le Grand Conseil des Chefs compte 55 membres issus trois par trois de 14 provinces du pays. Il faut ajouter à cela, 6 chefs nommés par le ministre des affaires fidjiennes en accord avec le président de la république. D’autre part, le président (Josefa Iloilo), le vice-président (Ratu Joni Madraiwiwi) et le premier ministre (Laisenia Qarase) sont aussi membres à vie de ce conseil. Le Grand Conseil des Chefs se réunit régulièrement et a la charge d’élire le président de la république. A noter, également que le vote est obligatoire aux Fidji, ce qui explique un taux d’abstention quasi nul.

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l’assurance qu’il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d’usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l’on a été satisfait du service.
En règle générale, le mieux est d'aligner votre pourboire sur l'économie locale : les prix d’une bière ou d’un thé, d’un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d'estimer son montant.

La vie des fidjiens évolue encore et toujours au sein des villages, en tribu et dans un quotidien empreint de traditions. Les fidjiens se marient entre villages et dans la mesure où se sont les hommes qui sont propriétaires des terres, ce sont les femmes qui abandonnent leur village d’origine pour s’installer avec leur mari. Impossible de faire l’impasse sur le « meke », danse traditionnelle, très complète ou la musique et le chant sont tout aussi importants que les mouvements. Le chant raconte généralement une histoire liée très souvent aux différentes guerres qu’a connu le pays. La pratique du « topless » sur les plages ainsi que le port du short dans les villages sont formellement déconseillés. La notion d’heure est chose abstraite voire fantaisiste aux Fidji. On ne trouve de pendule nulle part, pas même dans les aéroports et jamais vous ne verrez un fidjien porter une montre.

Achat

L'artisanat local est riche et très varié, on y trouve des paréos, broderies, vanneries, poteries, objets en bois sculpté, bijoux en nacre, perles, coquillages, et cassettes de musique folklorique. Le marchandage est très peu pratiqué, sauf chez les commerçants indiens.

Cuisine

La cuisine locale comprend des plats fidjiens et indiens. Parmi les principaux plats fidjiens on trouve : le Kakoda (le walu) fait à base de poisson qui a été nettoyé avec du jus de citron et trempé dans du lait de coco ; le Lovo, plat traditionnel fait de légumes, racine, plante alimentaire, fécule et diverses viandes, le tout enfui dans la terre formant un brasier et recouvert de feuilles de bananier qu’on laisse cuire pendant de longues heures. Les plats indiens sont familièrement appelés curry car ils sont faits de sauce, accompagnés d’épices. Il y a aussi des plats préparés façon garam masal, un mélange de poivre, de clous de girofle, de cannelle et de cumin. Les fruits tropicaux sont excellents pris comme dessert. C’est le moment de faire le plein de vitamines et d’exotisme au regard de la grande variété de fruits exotiques que compte le pays.

Boisson

L’eau aux Fidji est potable dans quasiment tous les hôtels clubs car souvent dotés de leur propre système de traitement de l’eau. Ailleurs, elle n’est pas potable et il est donc recommandé d’acheter de l’eau embouteille ou faire bouillir l’eau avant de la consommer. Les problèmes de diarrhées sont assez fréquents, aussi convient-il de se munir d'une trousse à pharmacie.

5 • Transports

Route

Le réseau routier est constitué de routes à deux voies bitumées, assez bonnes. La conduite s’effectue à gauche de la route et la vitesse est limitée à 80 Km/h. Les routes peuvent être dangereuses du fait de l’indiscipline des conducteurs et du non-respect du code de la route. La conduite de nuit est déconseillée à cause des animaux errant sur les routes. Le parc locatif est de bonne qualité. En cas d’accident, il est à noter que les secours routiers sont pratiquement inexistants en dehors des agglomérations.
On dénombre 5300 Km de routes aux Fidji dont 90% se trouvent à Vanua Levu et à Viti Levu.
Les îles sont bien desservies par des bus la journée. Les arrêts de bus ailleurs qu’en ville ne sont pas clairement mentionnés. Ils se trouvent quelque part en bordure de la route, là ou les locaux les attendent d’habitude. Les horaires de bus ne sont quasiment jamais respectés. Il est donc conseillé de se renseigner directement auprès des locaux. En général, dans les villes, on trouve des « arrêts » de bus à côté des marchés, sur la route, à côté des plus grands complexes hôteliers et desservis pour les locaux qui y viennent travailler. Sunbeam Transport et Pacific Transport sont les deux principales compagnies de transport urbain.

Taxi et location

On trouve des taxis dans les îles de Viti Levu, Vanua Levu, Taveuni et Ovalau. C’est un moyen de transport très pratique. Certains taxis ne sont pas souvent en très bon état et la climatisation est très rare. Sauf sur Suva ou les taxis ont des compteurs et pour les autres localités, il est conseillé de se renseigner sur les tarifs pratiqués d’un lieu à un autre, soit auprès de votre hôtel ou des locaux afin de ne pas vous faire surtaxer par les taxis. Il est également conseillé de demander le prix au chauffeur avant de monter à bord pour vous mettre d’accord. En revanche, il est fortement déconseillé de pratiquer l’auto-stop si vous êtes tout seul. Toute fois, à plusieurs, cela peut-être un bon moyen de transport moyennant un pourboire au conducteur.
On trouve aussi des loueurs de voitures connues aux Fidji. Les plus connus sont à Viti Levu : Avis, Europcar, Hertz, Budget et Thrifty Car Rental.

Avion

L'aéroport international de Nadi est situé à 8 Km de la ville de Nadi. Il comprend un bureau de change ouvert en permanence, un bureau d'informations touristiques et de bureaux de location de voitures (Avis, Budget, Central, Hertz, Roxy). C'est le point d'arrivée des vols internationaux, tandis que l'aéroport de Nausori, situé à 21 Km de Suva, la capitale, assure le trafic domestique inter-îles. Des bus et des taxis sont disponibles à la sortie des deux aéroports. Le trajet, depuis l'aéroport de Nadi jusqu'au centre-ville coûte environ 6 FJD. La taxe de départ pour les vols internationaux est de 20 FJD dont les enfants de moins de 12 ans en sont dispensés, vous sera demandée à l’aéroport. Il est donc conseillé d’avoir de la petite monnaie car un supplément de 5 FJD vous sera facturé pour tout paiement par carte bancaire.
Les compagnies Air Fidji, Sunflower et Air Pacific se partagent la desserte intérieure des îles. Il y a plusieurs liaisons quotidiennes entre Nadi et Suva (30 mn de vol) et des vols réguliers pour Vanua Levu, Labasa et Taveuni. Air Fidji relie les stations touristiques d'Ovalau, Vatakoula, Bafour et Lakeba des îles Lau, Gau et Ba. Il n'existe pas de vol direct depuis Paris pour les Fidji. Il faut passer par l'Australie, la Nouvelle-Zélande, Hawaï, Tahiti ou la Nouvelle-Calédonie, puis prendre une connexion. Comptez environ 30 heures de vol.

6 • Infos pratiques

Décalage

GMT + 11
En hiver ,quand il est 12h00 à Paris, il est 23h00 aux Fidji et plus 10h en été: quand il est midi à Paris, il est 22h00 aux Fidji.

Argent

Le dollar fidjien est divisé en 100 cents. Les cartes de crédit (Mastercard, Visa, Diners Club, American Express) sont acceptées dans de nombreux établissements et permettent de retirer des devises dans les banques et bureaux de change. La ville de Suva est équipée de deux distributeurs automatiques pour les cartes de crédit. Aussi, il est conseillé de disposer d'espèces ou de chèques de voyage en dollars US, dollars australiens ou en livres sterling car plus faciles à changer que les euros.

Electricité

240 V, et prises électriques différentes de la France. Il est conseiller de se munir d'un adptateur - transformateur.

Horaire

Les heures d’ouverture aux Fidji sont du lundi au vendredi, de 7h00 à 17h00, le samedi jusqu’à 14h00. Les petits commerces sont également ouverts le soir et le dimanche. Les banques sont ouvertes du lundi au jeudi, de 9h30 à 15h00, et le vendredi, de 9h30 à 16h00. En revanche, les bureaux de change restent ouverts en semaine et le samedi matin jusqu'à 17h.

Média

La presse écrite est dominée par trois quotidiens extrêmement lus et facilement trouvables, aussi bien dans les petites îles que dans les zones reculées. Fiji Times, le plus ancien quotidien crée en 1869 ; Daily Post crée en 1987 et Fiji Sun, quotidien du dimanche et crée en septembre 2000.
La radio fidjienne se compose de deux stations généralistes principales mêlant informations et sessions musicales : Bula FM qui se décline en version fidjienne et indienne, et radio Fiji One destinée plus aux jeunes, qui se décline également en version fidjienne et indienne. On trouve aussi des radios ethniques et chrétiennes.
Fiji One, est l’unique chaîne de télévision du pays créée en 1995. Le journal télévisé quotidien de 40 minutes constitue le programme phare de cette chaîne. De plus, les Fidjiens ont la possibilité de recevoir le bouquet satellite payant Sky TV, bien que la réception soit généralement très mauvaise, excepté sur Viti Levu, mais sur les autres îles la réception est quasi inexistante.

Poste

On trouve des bureaux de poste dans toutes les grandes localités du pays et proposent divers services (voir les services proposés par la poste sur ce site www.postfiji.com).

Téléphone

Pour téléphoner aux Fidji depuis la France : 00 + 679 + numéro du correspondant et des Fidji vers la France : 00 + 33 + indicatif régional (sans le 0) + numéro du correspondant.

Le réseau téléphonique aux Fidji est de qualité et assuré par « Fintel », la compagnie Internationale des Télécommunications des Fidji. Les téléphones publics existent aussi bien dans les bureaux de poste (mais fonctionnent généralement assez mal) que sur les voies publiques. Il est conseillé d’utiliser les cartes téléphoniques, moins chers et plus rentables car les appels locaux et internationaux coûtent chers (il faut compter environ 0.20 $ le prix pour 10 minutes de communication locale, 0.20 $ pour 45 secondes appel inter villes et 0.20 $ pour 15 secondes appel international). Les cartes téléphoniques peuvent s’acheter dans les pharmacies, les bureau de poste ou les kiosques à journaux ; les prix varient en fonction du crédit de communication ainsi on trouve des cartes à 3$, 5$, 10$, 10$, 20$ et 50$.

Internet

On trouve des cybercafés dans les plus grandes localités notamment à Suva, Lautoka et Nadi pour ne citer que celles là. De nombreux hôtels offrent également un accès Internet. Le réseau Internet avec wifi existe aussi aux Fidji dans certaines localités.

Couverture GSM

« Vodafone » est l’unique opérateur de téléphonie mobile aux Fidji (www.vodafone.com.fj). Le réseau est présent dans les principales villes. Le numéro de téléphone portable commence par un 9 + le numéro du correspondant. Les communications par le portable sont chers (environ 0.80 $ la minute). Il est donc conseillé de vous renseigner auprès de votre opérateur local avant de voyager.

Devise

FJD

Taux

Cours d'achat estimé : 1 FJD = 0.408055 Euros au 18/09/2021 - Source : www.xe.com

7 • Adresse utiles

Ambassade

BRUXELLES
Adr. : 66, avenue de Cortenberg - B.P.7 - 1000 Bruxelles
Tél : 00.32.2.736.90.50
Fax : 00.32.2.736.14.58

Sur place, Ambassade de France
Dominion House, Scott Street, 7e étage, à Suva (île de Veti Levu).
Tél. (679) 331 22 33
Fax : (679) 330 18 94

Office de tourisme

Les Iles Fidji n’ont pas d’office de tourisme en France. On consultera le site du Official Fiji Islands Travel Guide :
http://www.bulafiji.com/home.asp

On pourra également consulter le bureau européen situé en Allemagne :
Fiji Visitors Bureau
Petersburger Strasse 94, 10247
Berlin - Deuschtland
Tel: (0049) 30 4225 6026
Fax: (0049) 30 4225 6286
Web: www.BulaFiji.de

Sur place, un bureau de l'office du Tourisme est disponible à l'aéroport de Nadi, pour accueillir les voyageurs des vols internationaux. Tél.: (679) 6722 433 ; Fax: (679) 6720141et Email:fvbnadi@is.com.fj.

8 • Environnement

Situation Environnementale

Quel que soit l’environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou plus naturel, il est de sa responsabilité de respecter l’endroit qu’il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques aux îles Fidji.
- Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d’infrastructure d’élimination des déchets. Par exemple : les piles et batteries, les médicaments périmés, les sacs plastiques.
- La rareté de l’eau est aujourd’hui un problème mondial. Même si le pays visité n’est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets.
- Dans la plupart des hôtels vous disposerez d’une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n’êtes pas présents dans la chambre. La climatisation n’est d’ailleurs pas forcément absolument nécessaire sous tous les climats.
- En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : cueillir des fleurs rares, ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc.

Les îles Fidji sont intéressées aux programmes de conservation des océans et sont impliquées dans plusieurs projets du secteur des sciences naturelles de l’Unesco (Hydrology for the Environment, Life and Policy ; Pacific Islands Global Ocean Observing System…). Le Forum des îles du Pacifique a installé à Fidji un Centre du Pacifique pour les semences et les arbres, qui a pour vocation la préservation de la biodiversité des îles de la zone. Cela dans une perspective à la fois patrimoniale et économique.