1 • Formalités

Passeport

Pour les ressortissants français arrivant directement de France (ou via la Réunion) et jusqu'au 15 mars 2018 inclus, carte nationale d'identité ou passeport, valides pour la durée du séjour (la date de validité apparaissant effectivement sur le passeport ou la carte d'identité, pas de « validité prolongée »). A cela, ajouter billet de retour et attestation d'hébergement. Pour les Belges et les Suisses, passeport et documents aux conditions ci-dessus. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel.
A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents. Les mineurs voyageant dans ces conditions devront présenter : carte d'identité ou passeport (selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire sera accessible sur le site www.Service-Public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Pour les ressortissants français, belges et suisses : une autorisation de séjour (Landing Permit) est délivrée à l´arrivée, sur présentation des documents mentionnés à la rubrique « Passeport ». Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l´ambassade.

2 • Santé

Vaccins obligatoires

Aucun vaccin n´est exigé à l´arrivée, sauf contre la fièvre jaune pour les voyageurs ayant récemment séjourné dans un pays où la maladie est présente sans que la vaccination y soit obligatoire (ce qui est le cas de la Tanzanie ou du Kenya, par exemple, concernant les voyageurs y ayant fait un safari avant leur séjour balnéaire).

Vaccins conseillés

Diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, hépatites A et B, rougeole (pour les enfants).

Paludisme

S'il n'est pas totalement absent de l'île Maurice, on peut considérer qu'il l'est des zones touristiques, a fortiori depuis l'intense « démoustication » qui a suivi l'épidémie de chikungunya de 2005-2006. Il pourrait réapparaître ponctuellement, en particulier en période post-cyclonique, et nécessiter la prise de Nivaquine. Dans tous les cas, l'utilisation de répulsifs actifs est nécessaire (dengue très présente et risque de réactivation du chikungunya, virus Zika).

Autres risques

Ce sont les risques infectieux, comportementaux et environnementaux qui ont été décrits dans nos recommandations générales. En particulier, ceux liés à l'alimentation, aux bains en mer, à la plongée et au soleil.

3 • Géographie

Capitale

Port-Louis.

PIB

En 2008, 5 200 dollars US par habitant (France, 36 614 dollars US par habitant).

Point culminant

Piton de la Petite Rivière Noire, 828 mètres.

Climat

Le climat de l’île est celui des régions tropicales de l’hémisphère sud, avec deux saisons inversées par rapport à l’hémisphère nord. De novembre à avril, l’été austral est humide et chaud (22° la nuit, 30° et plus le jour, avec de fortes précipitations et un taux d’humidité de 80%). L’hiver (de mai à octobre), moins chaud (17° la nuit et 24° le jour) et moins arrosé, est une saison beaucoup appréciée des Mauriciens. L’île étant soumise au régime des alizés, la chaleur y est rarement étouffante. Période cyclonique de janvier à mars, toutefois la probabilité que le territoire soit touché directement par un cyclone est faible.

Géographie

L’île Maurice est située à 220 km à l’est de La Réunion, dans l’archipel des Mascareignes. L’Etat mauricien comprend, outre Maurice, l’île de Rodrigues et les archipels de Cargados Carajos (Saint-Brandon) et d’Agaléga. Maurice mesure 65 km dans sa plus grande longueur, 48 dans sa plus grande largeur et dispose de 330 km de côtes (dont 100 km de plages). Comme l’ensemble de l’archipel, elle est d’origine volcanique. C’est pour l’essentiel un plateau, d’une altitude moyenne de 500 m environ, au bord duquel s’élèvent des chaînes montagneuses modestes et discontinues, aux formes parfois insolites : Moka, autour de Port-Louis, la chaîne de la Rivière Noire, au sud-ouest, et la montagne Bambous au-dessus de Vieux-Grand-Port. Ces formations surplombent de minces plaines côtières. L’île est entourée par une barrière de corail, qui protège de riches lagons.

Economie

Les trois secteurs traditionnels de l’économie mauricienne connaissent des fortunes diverses. Le tourisme se développe avec dynamisme ; l’industrie sucrière (630 000 tonnes annuelles) est en cours de restructuration (baisse récente des prix garantis par l’UE) ; le textile souffre, confronté à de nouvelles concurrences et à l’augmentation de ses coûts de production. Face à cette situation contrastée et à la montée du chômage, le gouvernement entend favoriser le développement des technologies liées à l’information (cyber-cité d’Ebène), ou la production pharmaceutique, ou encore le traitement des ressources marines. Tout cela en étant, pour le moment, au stade des investissements. Pour accompagner le tourisme, la suppression progressive des droits de douane cherche à faire de l’île un « paradis du shopping ». Structure du PIB (2007) : agriculture, 5,5% ; industrie, 25,2% ; services, 69,2%.

Faune et flore

Des arbres et de grandes plantes : casuarinas et filaos (Casuarina equisetifolia) sont caractéristiques, tout comme le sont les banyans et les arbres du voyageur (Ravenala madagascariensis). On peut ajouter le badamier, le cocotier, le takamaka ou le vacoa.
Des fleurs : jacarandas, allamandas, frangipaniers, bougainvilliers, hibiscus, flamboyants…
Des fruits : noix de coco, goyaves et papayes, mangues, corossol, litchis, caramboles…

Les oiseaux endémiques ont été éliminés, ou presque ; parmi les rescapés, citons le Pigeon rose, le Merle cuisinier (ou Echenilleur de Maurice) ou le Foudi de Maurice. Le cardinal de Madagascar ou le zozo manioc (Zosterops borbonicus) ont été introduits. Les oiseaux marins, eux, abondent : albatros (hurleur, fuligineux…), fous (masqué, à pieds rouges…), Frégate ariel, phaétons (à bec jaune, à brins rouges), puffins (à pieds pâles, d’Audubon, fouquet), sternes (naine, pierregarin, voyageuse…), etc. Un seul mammifère endémique, mais il a des ailes : la Roussette noire. Mangoustes, lièvres, cochons ont débarqué avec les marins. Des reptiles (non venimeux), beaucoup d’insectes et de papillons. Dans le lagon, poissons-perroquets, poissons-trompettes, poissons-empereurs… Un enchantement multicolore. Très nombreux coquillages.

Le Dodo ou Dronte de Maurice (Raphus cucullatus) est l’emblème de Maurice, mais aussi un symbole de la désinvolture des hommes à l’égard de la nature. Cet oiseau coureur pataud a été exterminé en quelques décennies par une poignée de colons, leurs chiens, leurs cochons et leurs rats. Pour une viande qui, en plus, ne valait rien…

4 • Hommes et cultures

Population

1 274 189 habitants (2008).

Langue Officielle

Anglais (de facto).

Langue parlée

Le multilinguisme est une donnée de base. Si on estime que 53% des Mauriciens ont le créole franco-mauricien pour langue maternelle, on sait également que 70% des habitants sont capables de parler morisyen. Les langues indiennes sont également très présentes : bhojpouri (31,4%), tamoul (3,5%), hindi (2,8%), ourdou (2,7%)… Les langues chinoises ont environ 3% de locuteurs. Les chevauchements sont multiples. Le français (langue maternelle de 3% des Mauriciens) et l’anglais sont appris à l’école. Pour résumer, les langues les plus largement pratiquées sont, dans l’ordre, le créole, le français et l’anglais.

Peuple

68% des habitants sont d’origine indienne : Bhojpouris, Tamouls, Hindis, Ourdous, Télougous… 27% sont créoles, franco-mauriciens ou rodriguais. Ajoutons à ça 3% de Chinois et 2% d’Européens.

Religion

L’hindouisme est la première religion à Maurice : 52%. Parmi les descendants d’immigrants indiens de religion hindoue, les Mauriciens distinguent ceux qui sont originaires d’Inde du nord, les « Hindous », de ceux qui viennent du sud, les « Tamouls ». C’est un abus de langage, car les Tamouls mauriciens sont, eux aussi, hindouistes et ne sont pas tous originaires des régions tamoules de l’Inde. Les chrétiens sont environ 28% (26% de catholiques + 2% de protestants). 16,6% des habitants sont musulmans (sunnites).

Calendrier des Fêtes

Les fêtes sont, pour la plupart, religieuses et reflètent la diversité de la population des îles.

1er et 2 janvier : Jour de l’an.
Janvier-février : Cavadee, Thimiti (fêtes tamoules) ; Nouvel An chinois ou fête du Printemps : entre le 21 janvier et le 21 février.
Février-mars : Maha Shivaratree (fête hindoue).
12 mars : fête nationale.
Mars-avril : Ougadi (fête hindoue). Pâques.
1er mai : Fête du travail.
Août-septembre : Ganesh Chaturthi (fête hindoue, naissance de Ganesh). Pèlerinage du père Laval, à Sainte-Croix.
Octobre-novembre : Divali (fête hindoue).
1er novembre : Toussaint.
2 novembre : commémoration de l’arrivée des premiers immigrants indiens à Maurice.
Novembre : Aïd el-Fitr, fin du Ramadan.
25 décembre : Noël.

Histoire

Après les marins arabes (dès le Ve siècle), les Portugais voient l’île au XVIe siècle, mais ce sont les Hollandais qui, en 1598, y prennent pied et la nomment Mauritius en l’honneur de Maurice de Nassau (1567-1625). Ils trouvent là un point d’appui pour leurs liaisons avec les Indes. Ils trouvent également des bois précieux et de la viande, que leur fournissent les dodos en particulier. En 1638, un gouverneur et une vingtaine de familles sont installés. L’Afrique, les Indes et l’Indonésie leur envoient rapidement des esclaves. Ces braves gens mettent à peine plus d’un demi-siècle pour détruire les richesses natives de l’île. Le bois coupé et les dodos dévorés, ils se replient sur la colonie du Cap (1710). Au cours du XVIIe siècle, quelques colons français s’étaient établis à Maurice. Au départ des Hollandais, ils étaient restés. Si bien qu’en 1715, la France prend aisément possession de Mauritius. Qui devient l’île de France. La Compagnie française des Indes orientales (il s’agit toujours d’assurer ces routes-là) administre et repeuple. A partir de 1735, le comte de La Bourdonnais amorce l’essor économique de l’île et la fortifie ; des navires de guerre y ont leur port d’attache. Mais la guerre de Sept Ans (1756-1764) sonne le glas des comptoirs français d’outre-mer. Les Anglais entrent dans la danse et leurs vaisseaux contestent la suprématie des lys dans l’océan Indien. L’île de France est ébranlée. Toutefois, le repli français sur les Mascareignes donne à Port-Louis une importance militaire et économique accrue, mais précaire. En 1787, Bernardin de Saint-Pierre écrit Paul et Virginie, où l’île parait un paradis. La France arme des bateaux corsaires, qui harcèlent les marchands anglais. Ceux-ci en appellent à leur fleet et le blocus est mis sur l’archipel. En 1810 les Anglais débarquent à Rodrigues, puis s’emparent de l’île de France (qui redevient Mauritius). Les Français sont autorisés à demeurer, sous administration de sa gracieuse majesté. Celle-ci généralise la culture de la canne à sucre. L’abolition de l’esclavage, en 1833, provoque l’ « importation » de travailleurs indiens. Le père Laval trouvera auprès des esclaves libérés l’occasion de son apostolat. La population croît rapidement. Le commerce portuaire est prospère (exportation de sucre vers l’Europe, l’Inde, l’Australie ; importation de riz…). La vapeur et le canal de Suez sont au bénéfice de Port-Louis. Les conflits opposant planteurs et travailleurs pauvres sont en partie surmontés par des éléments de législation sociale. Mais Maurice est loin de Londres et, insensiblement, Madagascar prend la main dans la région. La situation sanitaire reste fragile. Le déclin est amorcé à l’aube du XXe siècle.

Toutefois, la fin de la Première Guerre mondiale permet aux affaires de redémarrer ; les choses vont bon train jusqu’à la veille de la Seconde. Le Parti travailliste mauricien défend les intérêts des ouvriers indiens avec un certain succès. En 1942, alors que l’île Maurice est coupée du monde, les Britanniques y installent une base aérienne militaire. Après guerre, le Colonial Office entreprend des travaux d’assainissement et d’infrastructure dans la perspective de l’indépendance. Le processus aboutit le 12 mars 1968. Le nouveau régime tangue un peu, mais, sous la direction de Seewoosagur Ramgoolam, premier ministre issu du Parti travailliste, les institutions tiennent. Jusqu’en 1995, prévaut une politique d’inspiration socialiste. Depuis, la libéralisation est en marche. Le 1er mars 1992, l’Etat mauricien est devenu une république.

Politique

Régime parlementaire. Le président a une fonction essentiellement protocolaire. Il est élu pour cinq ans par le parlement. Celui-ci est monocaméral ; il est à 70 membres (62 élus + 8 représentants des minorités) et dispose du pouvoir législatif. L’exécutif est assumé par le premier ministre (majorité parlementaire) et son gouvernement.

Célébrités

J.M.G. Le Clézio (né en 1940) est issu d’une famille bretonne établie à l’île Maurice au XVIIIe siècle. Il se considère lui-même comme un écrivain mauricien d’expression française. Ses livres, marqués par les recherches formelles, les voyages et l’attention portée aux cultures traditionnelles, lui ont valu le prix Nobel de littérature en 2008.

Jacques-Désiré Laval (1803-1864), missionnaire spiritain, « apôtre des noirs ». « Que l’exemple du père Laval encourage tous ceux qui, sur le continent africain et ailleurs, s’efforcent de bâtir un monde fraternel, exempt de préjugés raciaux. » Jean-Paul II, béatification du père Laval (29 avril 1979).

Jean Alphonse Ravaton, dit « Ti Frère » (1900-1992). Chanteur et roi du séga (genre musical typique des îles de l’océan Indien), auquel il faisait faire la chronique des bons et des mauvais jours. Il est mort pauvre et titulaire du MBE (Member of the British Empire).

Malcolm de Chazal (1902-1981) était ingénieur agronome (spécialité : la canne à sucre). Il a donc publié des ouvrages d’économie politique, mais aussi des recueils de pensées et des poésies, qu’ont admirées les surréalistes. Il fut également un peintre naïf renommé.

Seewoosagur Ramgoolam (1900-1985), le « père » de l’indépendance mauricienne, premier ministre de 1961 à 1982. Etudiant en médecine à Londres (à partir de 1921), il y rencontre Gandhi, Nehru et Tagore, qui auront sur lui une profonde influence.

Bertrand François Mahé de La Bourdonnais (1699-1753). Gouverneur de l’isle de France à partir de 1735. On lui doit la première mise en valeur de Maurice, tant du point de vue économique que militaire. Victime de ses succès, cet administrateur éclairé passe par la case Bastille avant de mourir.

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l´assurance qu´il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d´usage dans la quasi-totalité des pays du monde de donner un pourboire lorsque l´on a été satisfait du service.
Le mieux est d’aligner votre pourboire sur l´économie locale : les prix d´une bière ou d´un thé, d´un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d’estimer son montant. Toutefois, entre 3 et 4 euros pour un bagagiste ou une femme de chambre dans un hôtel 4 étoiles (dans les 5 euros pour un hôtel 5 étoiles) sont dans la norme. Certains hôtels disposent d’une boîte (à la réception) dans laquelle on peut déposer quelque chose pour le personnel, le montant de ces pourboires étant partagé entre les employés à la fin de l’année. Au restaurant, compter selon satisfaction un pourboire de 5 à 10% du montant de l’addition. On pourra gratifier d’un bonus d’une dizaine d’euros un chauffeur de taxi gardé à la journée.

Achat

Les modèles réduits de bateau sont très beaux, mais parfois encombrants (attention aux taxes à l’export). La bijouterie est de tradition, les Indiens y excellent. Les grands noms de la bijouterie mauricienne sont Poncini, Shiv Jewels, Adamas (diamants), Gold Finger et Matikola. Plus simples, vêtements (on peut se faire faire des tenues sur mesure, en soie ou en lin, à des tarifs très intéressants), tissus imprimés, épices, pâtes de fruits, vanille, rhum, thé Bois Chéri (Grand Bassin) font des souvenirs évocateurs et de belle qualité.

Les boutiques hors taxes, réservées aux touristes munis d’un passeport et d’un billet d’avion, se sont multipliées ces dernières années (Port-Louis, Floréal, Quatre-Bornes) ; les prix qui y sont pratiqués sont particulièrement modiques.

Cuisine

L’histoire a fait que les cuisines indiennes, européennes, chinoises et africaines se rencontrent à Maurice. Les produits locaux (légumes, fruits, épices) ont fait le reste. Une grande variété, donc, avec une note générale assez relevée. Le riz est l’aliment de base, les condiments les plus communs sont l’ail, l’oignon, le piment et le gingembre. Parmi les classiques de l’île, la rougaille est une sauce épicée, à la tomate, qui peut faire penser à certaines préparations provençales. Elle accompagne les viandes, les poissons, les saucisses… Ces plats se servent chauds. Le vindaye est fait d’huile, de moutarde, de gingembre, d’ail, d’oignons, de piment vert et d’un peu de vinaigre, on le sert avec le poisson ou le poulpe (zourite), souvent froid. Le cari agrémente, comme en Inde, le poulet, le mouton ou le bœuf, mais aussi, particularité mauricienne, le poulpe, le porc, le cerf, le sanglier, les crevettes et même le singe !

Boisson

Eau potable dans les hôtels, en principe… On achètera plutôt de l’eau minérale en bouteille (capsulée). Les Mauriciens font du rhum de bonne qualité, mais préfèrent le whisky au punch coco ! Les bières locales sont des blondes légères : Phoenix, Blue Marlin, Stella… Des raisins sud-africains sont vinifiés sur l’île, le résultat est une curiosité que l’on trouve sur la carte de certains restaurants. Le café est plutôt bon et le thé fort et vanillé.

5 • Transports

Route

1 600 km de routes asphaltées. Bonnes routes nationales ; réseau secondaire moins sûr. Attention ! conduite à gauche ! Vitesse limitée à 40 km/h en ville et 80 km/h sur route. Défaut assez général de signalisation.
Maurice dispose d’un service de bus efficace. Les véhicules sont pétaradants et pittoresques, mais parviennent à destination. Horaires de service : de 5h30 à 20h00 en ville et de 6h30 à 18h30 ailleurs.

Taxi et location

Location de véhicule : il vaut mieux s’adresser à une société habilitée (les grands loueurs sont présents sur l’île). Le permis national français suffit aux touristes.
Louer un taxi à la journée est une bonne solution. Les professionnels sont nombreux et leurs tarifs officiellement encadrés. Comme cela, pas de mauvaise surprise.

Avion

Maurice est à environ 11 heures et demie de vol de Paris. Sans escale. L’aéroport international se trouve à Plaisance, dans le sud de l’île. Une liaison intérieure régulière pour Rodrigues.

6 • Infos pratiques

Décalage

Maurice est à GMT+4, c'est à dire :
- en hiver, il y a 2 heures de décalage (lorsqu'il est 12h00 à Paris, il est 14h00 à Port-Louis) ;
- en été, il y a 3 heures de décalage (lorsqu'il est 12h00 à Paris, il est 15h00 à Port-Louis).

Argent

La monnaie nationale est la roupie mauricienne, divisée en 100 sous. Pièces de 5, 10, 20 et 50 sous ; 1, 2, 5 et 10 roupies. Billets de 10, 50, 100, 200, 500, 1 000 et 2 000 roupies. Grandes villes et sites touristiques sont équipés de distributeurs CB. Les cartes bancaires internationales sont acceptées dans la plupart des magasins, hôtels, restaurants. Les banques mauriciennes comptent souvent des frais de transaction importants sur les règlements par carte bancaire.
Les banques sont ouvertes du lundi au jeudi, de 9h00 à 15h00, et le vendredi, de 9h00 à 15h30 (parfois 17h00).

Electricité

220 volts ; prises de type européen standard.

Horaire

Les bureaux sont ouverts du lundi au vendredi, de 9h00 à 16h00, dans le secteur public, et de 8h30 à 16h15, dans le privé.
Pour les commerces, les horaires d’ouverture varient. A Port-Louis, les boutiques ouvrent du lundi au vendredi, de 9h30 à 17h00, le samedi (et éventuellement le dimanche), de 10h00 à midi. Sur les hauts plateaux, elles ouvrent de 10h00 à midi, le jeudi et le dimanche, et de 10h00 à 17h30, les autres jours. Les magasins tenus par des musulmans ferment entre midi et 14h00 le vendredi.

Média

Mis à part deux quotidiens chinois, la presse mauricienne est en français, avec des tournures et du vocabulaire empruntés à l'anglais. L'Express, Le Mauricien et La Tribune sont les quotidiens les plus lus. La radio diffuse surtout de la musique et des reprises d’émissions françaises ou anglaises. La télévision nationale, MBC (Mauritius Broadcasting Corporation), a trois chaînes et propose un melting-pot de programmes en français, anglais, hindi et chinois.

Poste

En principe, les bureaux de poste ouvrent de 8h15 à 16h00, du lundi au vendredi, et de 8h15 à midi, le samedi. Le prix des cartes postales varie selon le format.

Téléphone

Pour appeler Maurice depuis la France, composer 00 + 230 + le numéro de votre correspondant.
Pour appeler la France depuis Maurice, composer 020 + 33 + le numéro à 9 chiffres de votre correspondant (sans le 0 initial).

Les cartes téléphoniques sont très pratiques pour les appels locaux et pratiquement indispensables pour les appels internationaux.

Internet

Nombreux cybercafé en ville. Les hôtels de standing et quelques pensions offrent des accès Internet. Certains bureaux de poste également.

Couverture GSM

Très bonne couverture. Nous vous conseillons de vous renseigner auprès de votre opérateur sur les conditions d’accès au réseau local. L’achat sur place d’une carte SIM prépayée (Emtel, Cellplus), que vous insérez dans votre mobile est sans doute la solution la plus économique.

Devise

MUR

Taux

Cours d'achat estimé : 1 MUR = 0.025029 Euros au 15/12/2017 - Source : www.xe.com

7 • Adresse utiles

Ambassade

Ambassade de Maurice en France
127, rue de Tocqueville - 75017 Paris
Tél. : 01 42 27 30 19
Fax : 01 40 53 02 91
Email : paris@amb-maurice.mu

Ambassade de Maurice en Belgique
68, rue des Bollandistes - Etterbeek - 1040 Bruxelles
Tél. : 02 733 99 88
Fax : 02 734 40 21
Email : ambmaur@skynet.fr

La Suisse dépend de l’ambassade de Maurice en France.

Consulat

En France, les services consulaires sont assurés par l’ambassade (tél. 01 42 27 99 50 ; fax 01 47 66 50 34) ; ouvert du lundi au vendredi, de 10h00 à 12h30.

Office de tourisme

Consulter le site officiel de l’office de tourisme mauricien : www.tourisme-ilemaurice.mu

8 • Environnement

Situation Environnementale

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques à Maurice.
– Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique.
– La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets.
– Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats.
– En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc.

L’île Maurice fait partie des zones géographiques dont la conservation est jugée prioritaire en raison de leurs écosystèmes exceptionnels. Eloignés de toute concurrence lors de leur évolution, les milieux naturels des îles tropicales sont extrêmement vulnérables. Incendies, défrichement, prélèvement d’espèces, aménagements ont un impact direct et négatif.
La richesse de la vie récifale dépend d’équilibres complexes, que le prélèvement d’espèces (coraux, coquillages, crustacés, poissons) perturbe durablement. Afin de préserver les coraux, dont la croissance est très lente, nous vous remercions de ne pas les piétiner ni casser.
80% des plantes endémiques de Maurice (300 espèces) sont menacées de disparition. L’île est au troisième rang mondial pour le taux de plantes menacées. L’importation de plantes et d’animaux exogènes a également fait des dégâts. La vallée d’Osterlog, par exemple, est colonisée par des espèces animales et végétales introduites.
Aujourd’hui, ce sont toutes les ressources naturelles du pays qui sont gravement menacées par la pollution, provoquée à la fois par l’industrialisation et l’indifférence des Mauriciens. Le gouvernement à donc pris une série de mesures pour protéger la biodiversité : parcs naturels, stations de traitement des eaux usées, sensibilisation de la population.