1 • Formalités

Passeport

Passeport en cours de validité, valable 6 mois après la date de retour prévue, pour les ressortissants français, belges et suisses. Pour les autres nationalités se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel.
A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents. Les mineurs voyageant dans ces conditions devront présenter : carte d'identité ou passeport (selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire sera accessible sur le site www.Service-Public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.
Attention ! Aux frontières chiliennes, la police, pour laisser sortir hors du pays un enfant non accompagné par ses parents (ou accompagné par un seul de ses parents), exige que soit présenté un acte notarié (ou une autorisation délivrée par un consulat du Chili en France) attestant que l’enfant est explicitement autorisé à voyager par le (ou les) parent (s) absent (s). Cela quels que soient la nationalité ou le type de passeport de l’enfant, qu’il s’agisse d’un touriste ou d’un résident.

Si votre voyage implique que vous transitiez par les Etats-Unis :

DOCUMENTS. Pour entrer sans visa, tout voyageur français, belge ou suisse (cela concerne aussi les enfants quel que soit leur âge) se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique ne dépassant pas 90 jours, doit être en possession d´un passeport individuel portant sur la couverture le symbole « puce électronique ». A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents.

ESTA. Tous les voyageurs français, belges ou suisses se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique, devront être en possession, avant d’embarquer, d´une autorisation électronique d´ESTA (Système électronique d´autorisation de voyage). Le formulaire ESTA devra être imprimé, avec la mention « autorisation accordée » et présenté à l’enregistrement. Ce document, simple autorisation d’embarquement, n´est pas une garantie d´admission sur le territoire des USA. Une fois accordée, cette autorisation est valable pour une ou plusieurs entrées et ce pendant deux ans (ou jusqu’à expiration de la validité du passeport du demandeur).
Les formulaires en ligne sont accessibles sur le site : https://esta.cbp.dhs.gov/ (la demande doit être faite au plus tard 72 heures avant le départ). L’autorisation d’ESTA est payante : 14 dollars US (tarif janvier 2017), à régler par carte bancaire au moment de la demande.

RESTRICTIONS A L'EXEMPTION DE VISA. Il est à noter que les voyageurs ayant effectué un séjour en Iran (mais aussi en Irak, en Syrie, en Libye, en Somalie, au Yémen ou au Soudan) depuis le 1er mars 2011 devront, s'ils souhaitent se rendre aux Etats-Unis ou y transiter, faire en personne une demande de visa auprès du consulat américain, et ce même s'ils sont citoyens d'un pays relevant du Programme d'exemption de visa. Cette mesure s'applique également aux binationaux dont l'une des nationalités est iranienne, irakienne, syrienne, libyenne, somalienne, yéménite ou soudanaise.

APPAREILS ELECTRONIQUES. De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Les ressortissants français, belges et suisses n'ont pas besoin de visa pour des séjours de moins de 90 jours. Pour les autres nationalités se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Attention ! Le Servicio Agricola y Granadero (SAG) interdit toute importation de plantes, graines ou produits frais (fruits, légumes, viandes…) sur le territoire du Chili. Cette interdiction est appliquée avec rigueur : les produits sont saisis et les amendes peuvent être élevées.

2 • Santé

Vaccins obligatoires

Il n´y en a pas, actuellement, à l'arrivée, mais, la fièvre jaune étant en expansion dans plusieurs pays voisins, la vaccination pourrait être exigée pour les voyageurs ayant récemment séjourné dans ces régions. Le vaccin doit être fait au moins 10 jours avant le départ.

L’insistance actuelle avec laquelle nous recommandons, aux voyageurs en Amérique centrale, Amérique du sud (sauf Uruguay et Chili) et Caraïbes, la vaccination contre la fièvre jaune, même si elle n’est pas obligatoire à l’entrée pour ceux qui arrivent directement d’Europe ou des Etats-Unis, est moins liée au risque de contracter la maladie qu’à la variabilité du risque administratif en cas de voyage itinérant d’un pays de la région à un autre. D’autre part, la possibilité de modification de la Réglementation sanitaire internationale (recommandation devenant obligation) entre l’inscription à un voyage et le départ effectif, mais aussi la récente (juillet 2016) prolongation à vie de la validité de la vaccination, nous conforte dans nos incitations. Elles seront (ou non) confirmées par le médecin du Centre de vaccinations internationales, en fonction du risque et de la législation.

Vaccins conseillés

Comme lors de tout voyage, il faudra être immunisé contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, les hépatites A et B, la coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage), la rougeole pour les enfants.

Autres risques

Vous y échapperez en observant les conseils prodigués dans nos recommandations générales, sur les risques environnementaux et comportementaux. Sans les exagérer, mais sans non plus les occulter, il faut signaler, dans le nord essentiellement, les risques, rares mais redoutables, de morsures de serpents (crotales et cobras). Les treks de haute montagne exposent aux problèmes de l' « andinisme », version locale de l'alpinisme, avec les mêmes risques, donc les mêmes précautions détaillées dans nos recommandations. L'insécurité dans les grandes villes et sur les sites touristiques doit demeurer à l'esprit du voyageur. La présence de mines près des frontières boliviennes et péruviennes doit inciter à se renseigner sur les risques qu’elles représentent auprès des autorités compétentes. Rappelons enfin que, le Chili étant en zone d'activité sismique, il faudra penser, en cas de tremblement de terre, à rassurer ses proches, soit directement, soit par l'intermédiaire de l'ambassade de France.

3 • Géographie

Capitale

Santiago du Chili.

PIB

10 700 dollars US par habitant (France, 36 614 dollars US par habitant).

Point culminant

Ojos del Salado, 6 934 mètres (sud-Atacama).

Climat

La forme du pays (étroit et allongé sur 4 000 km) explique de grandes différences climatiques du nord au sud ! Le nord, désertique, se visite toute l´année. Le centre connait un climat tempéré ; printemps et automne y sont particulièrement agréables. L´été austral est la meilleure saison pour sillonner la Patagonie. Au cœur des cinquantièmes hurlants, cette région est le domaine du vent et son climat est très variable, grand soleil ou flocons. Les températures, pendant l’été austral, oscillent entre 2 et 22° (une dizaine de degrés de moyenne). Dans tous les cas, l’amplitude thermique jour-nuit augmente avec l’altitude. L´île de Pâques a une saison chaude et ensoleillée de novembre à mai.

Géographie

La Cordillère des Andes est plus large au nord qu'au sud. La région septentrionale est constituée de larges plateaux où se dressent des montagnes, dont les altitudes passent 6 100 m. C'est là que se trouve le point culminant du Chili.
Au nord du pays, on trouve le désert d'Atacama (200 000 km2, l’un des plus absolus du monde), qui renferme de vastes champs de nitrate et de riches gisements miniers (fer, cuivre, manganèse).
Au centre, le plateau s'ouvre sur une vallée, la Vallée centrale, longue d'environ 965 km et large de 40 à 80 km. C'est la région la plus densément peuplée. La région des Lacs : elle étend, au sud de Santiago, sa marquèterie de lacs, de forêts et de prairies.
Au sud, la Patagonie est une zone sauvage, à laquelle appartient la Terre de Feu (moitié chilienne, moitié argentine) ; on considère généralement qu’elle s’étend du Rio Negro au Cap Horn. La Cordillère des Andes la partage entre le Chili et l’Argentine. Sur le versant ouest, très arrosé, pousse la dense forêt australe, qui croît jusqu’aux abords des fjords de la côte pacifique. A l’est, c’est une steppe semi-aride. Secousses telluriques et périodes glaciaires ont donné aux Andes de Patagonie ce relief si particulier de pics et d'aiguilles rocheuses, dont les sommets peuvent dépasser 3 000 m. Deux gigantesques glaciers continentaux, le Campo de hielo norte (4500 km²) et le Campo de hielo sur (13500 km²), déroulent leurs tentacules gelés sur le versant occidental de la cordillère et versent dans le Pacifique ou dans les lacs de piémont.

Economie

Si l’action du régime militaire dans le domaine économique a conduit à des résultats (macroéconomiques) positifs, ceux-ci ont été payés à un prix social élevé. L’accès aux richesses demeure très inégal encore aujourd’hui. Le Chili post-Pinochet a néanmoins bénéficié de ces acquis et d’une bonne conjoncture internationale : cours élevé du cuivre et achats chinois. L’option libérale et libre-échangiste a été confirmée ; de nombreux accords ont été signés, qui favorisent échanges et investissements. Malgré un coup de frein en 2006, la croissance est soutenue depuis 2004 ; le chômage se situant autour de 7% (2007) de la population active.
Les points de faiblesse de l’économie chilienne sont l’approvisionnement énergétique (encore très dépendant d’importations onéreuses) et la palette étroite des exportations (même si le secteur agroalimentaire diversifie ses productions de façon intéressante).

Faune et flore

Au nord, l’Atacama « abrite » quelques arbres (faux-poivrier, chanar) et des cactus. Sur l’Altiplano, la flore, un peu plus riche, nourrit alpagas, guanacos, lamas, vigognes, mais aussi des chinchillas. Les flamants colonisent certains lacs. Le condor des Andes plane sur toute la cordillère. Les forêts de feuillus du centre (tempéré) sont très dégradées par les activités humaines. On y trouve néanmoins pumas, ragondins, loups de Magellan ; ibis, grives, perroquets… Puis vient la forêt valdivienne. Suivie, plus au sud par la forêt australe (cyprès…) et les steppes de Patagonie. Le poudou, le colocolo, le kodkod (chat des pampas), le huemul (cerf du sud andin), le guanaco, le nandou, le cygne à cou noir s’y trouvent encore. L’extrême-sud n’autorise plus que des arbres épars (dont le roble à feuilles pérennes), des mousses et des lichens. La faune marine vient sur les bords.

4 • Hommes et cultures

Population

16 284 741 habitants (2008).

Langue Officielle

Espagnol ou castellano (« castillan »).

Langue parlée

Les Chiliens parlent l’espagnol avec un accent assez différent de celui d’Espagne.
Seuls 2% des indiens parlent leur propre langue, en Patagonie et dans le Chaco.
L'anglais n'est pas très pratiqué

Peuple

Les métis (issus d’unions entre européens et indiens) sont l’essentiel de la population (90%). Restent 5% d’indiens et 5% d’européens.

Religion

70% de catholiques.

Calendrier des Fêtes

1er janvier : Jour de l’an.
20 janvier : fête de San Sebastian.
1ère semaine de février : fête religieuse sur l´île de Pâques.
3e semaine de février : festival folklorique mapuche à Villarrica.
1ère semaine d´avril : Semaine Sainte, Fiesta de Cuasimodo.
1er mai : fête du Travail.
21 mai : commémoration du combat naval d’Iquique.
30 mai : Fête-Dieu.
29 mai : fête de San Pedro, patron des pêcheurs.
15 août : Assomption.
11 septembre : commémoration du coup d'Etat de 1973.
18 septembre : fête de l'Indépendance.
19 septembre : fête de l'Armée (Dia del Ejército).
12 octobre : Dia de la Raza, anniversaire de la découverte de l'Amérique.
1er novembre : Toussaint.
8 décembre : fête de l’Immaculée Conception.
25 décembre : Noël.

Histoire

Avant l’arrivée des Espagnols, différentes cultures indiennes étaient apparues sur le territoire de l’actuel Chili (Aymaras, Mapuches…). Le Pérou inca conquis, on pousse des explorations au sud. Diego de Almagro est peut-être arrivé au Chili vers 1535, mais les premières colonies permanentes sont installées par Pedro de Valvidia ; dont Santiago del Nuevo Extremo (désormais Santiago du Chili) le 12 février 1541. Les indiens mapuches réagissent vivement à ces empiètements et mèneront la vie dure aux européens pendant un bon siècle. Mais, inexorablement, dans la dépendance de la vice-royauté du Pérou, la colonie se met en place. En 1810, l’aristocratie créole est prospère et l’Espagne affaiblie par l’invasion napoléonienne. Une junte nationale est formée (18 septembre). L’insurrection, après des débuts difficiles, joint ses forces à celles des partisans de Buenos Aires. Le système espagnol est défait et l’indépendance acquise en 1818. La constitution de 1833, donne une organisation au nouvel Etat. Le XIXe siècle est marqué par l’expansion territoriale et économique (au prix de nombreux horions échangés avec les voisins). L’île de Pâques est annexée en 1888. Le siècle suivant entrelace, après une période initiale de prospérité, difficultés économiques et sociales et instabilité politique. Les tentatives de réforme dotent pourtant le pays d’une législation sociale avancée ; le cuivre remplace le nitrate dans l’économie. Neutre pendant la Première Guerre mondiale, le Chili entre dans la seconde sous la pression américaine. Celle-ci s’accentuera d’ailleurs après guerre, pour culminer dans le renversement de Salvador Allende (1973). Suit, jusqu’en 1990, la dictature d’Augusto Pinochet, qui noie dans le sang l’opposition de gauche. Pendant cette période la situation est contrastée : un redémarrage économique réel masque l’atomisation et la démoralisation de la société. Le dictateur négocie pourtant une sortie « en douceur ». Et les civils reprennent la main.

Politique

Le Chili est une république parlementaire. Le président est élu pour 4 ans et ne peut exercer deux mandats successifs. Il nomme le gouvernement. Le pouvoir législatif est exercé par deux chambres : la Chambre des députés (élus pour 4 ans) et le Sénat (sénateurs élus pour 8 ans). Un tribunal constitutionnel statue sur la compatibilité des lois avec la constitution de 1980. La Cour suprême est la plus haute instance du pouvoir judiciaire.

Célébrités

Pablo Neruda (1904-1973), né Neftalí Ricardo Reyes Basoalto, poète et homme politique. Son œuvre monumentale a été récompensée par le prix Nobel de littérature en 1971. Il fut une grande figure de la gauche chilienne et mourut peu après la prise du pouvoir d’Augusto Pinochet. Son livre le plus célèbre est sans doute le Chant général (1950).

Gabriela Mistral (1889-1957) : poète et lauréate du premier prix Nobel de littérature sud-américain - 1945.

Salvador Allende Gossens (1908-1973), fondateur du Parti socialiste du Chili, a été président de la République de 1970 à 1973. Sa mort tragique lors du coup d’Etat fomenté par l’armée et la CIA en fit un symbole.

Augusto Pinochet (1915-2006) : général de l’armée de terre, nommé commandant en chef par Salvador Allende, il participe au coup d’Etat qui renverse le président, puis prend la direction de la dictature (chef de la junte, président). En 1990, il passe la main avec une immunité à vie, qui sera pourtant levée dans le cadre de l’enquête sur le plan Condor.

Condorito (né en 1949) est une célébrité chilienne due à la plume de René Rios Boettiger (Pepo). Le petit condor, repris par de nombreux dessinateurs sud-américains, s’est acquis une audience continentale.

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l´assurance qu´il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d´usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l´on a été satisfait du service.
Pour les chauffeurs, le pourboire standard est de 2 à 3 dollars US par jour et par personne (5 dollars US pour le transfert aéroport). Pour les guides, on peut compter 8 dollars US par jour de visite et par personne.
En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs…), les usages sont très variables. Le mieux étant d’aligner son pourboire sur l´économie du lieu : le prix d´une bière ou d´un thé, d´un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d’en estimer le montant. Mettons 1 ou 2 dollars US par bagage au porteur de l’hôtel (selon standing) ; pour le room service, 10% environ du montant total de la facture… Au restaurant, il est de coutume de laisser au service 10% du montant de l’addition. Vous pouvez noter également que, pour une journée de travail à Atacama ou en Patagonie, un chauffeur touche dans les 60 dollars US (35 à Santiago) et un guide autour de 120 dollars US (50 à Santiago).

Si le cas se présente, on évitera en revanche d'encourager la mendicité, notamment celle des enfants, en faisant des distributions « sauvages » dans la rue. Si l'on souhaite apporter son aide en fournissant du matériel scolaire, des vêtements ou des médicaments, il est préférable de les remettre au directeur de l’école, au chef du village ou au dispensaire le plus proche, qui sauront en faire bénéficier les plus démunis.

Courtoisie et bienséance sont de règle dans toute l´Amérique du Sud. Faites l’effort d’apprendre le vocabulaire espagnol de base ; saluez les gens rencontrés, à toute heure du jour ou de la soirée ; demandez l’autorisation de photographier ou de filmer quelqu´un ; sachez être patient en ce qui concerne les horaires (trains et avions) et la rapidité modérée avec laquelle on répond à une demande de service.
Mais, surtout, en toute circonstance, ne vous fâchez pas ! La colère et l´emportement à l´européenne sont inconcevables au Chili. Vous ne feriez qu´aggraver la situation. Dans les moments d’exceptionnelle exaspération, autorisez-vous à laisser percer une légère irritation ! Le message sera parfaitement reçu.
Sinon, faites usage du fond de courtoisie qui habite tout Français et de la présence et de l´aide de vos guides et accompagnateurs.

Achat

Dans ce pays très vaste, l´artisanat est extrêmement riche et varié. Au nord, ce sont des étoffes tissées à la main, pulls et ponchos en laine d'alpaga et de lama, instruments de musique andins, mais aussi des paniers et des malles en osier. A Santiago et dans ses environs, bijoux et objets en lapis-lazuli (cette pierre que l’on ne trouve qu'au Chili et en Afghanistan), cuivre et bronze ; les poteries de Pomaire sont renommées et très utilisées par les cuisinières. Au sud : objets en bois rouge de rauli.

Cuisine

La cuisine chilienne utilise les produits de la mer, le bœuf, les fruits et les légumes, reflétant dans sa composition la variété géographique du pays.

Quelques plats typiques.
La cazuela : souvent servie comme entrée, c'est une espèce de bouillon de bœuf ou de poulet, avec pommes de terre, maïs, légumes, potiron.
Le pastel de choclo : dans un plat de Pomaire, on dépose de la viande hachée de bœuf ou de poulet, préalablement cuite avec des raisins et des oignons. On couvre d'une couche de purée de maïs avant de gratiner au four. À manger l’été.
Les humitas : purée de maïs assaisonnée, emballée dans une feuille de maïs et cuite à la vapeur.
Les porotos granados : soupe épaisse à base de haricots, avec potiron, maïs, ail et oignons.
Lomo a lo pobre : tranche de bœuf surmontée de deux œufs frits.

Boisson

L'eau est potable dans tout le pays. Sinon, on trouve de l'eau minérale en bouteille dans tous les villages.
La chicha : jus de fruits fermenté et alcoolisé, très populaire au Chili.
Le pisco : eau de vie de raisin, on le consomme nature ou en cocktail.
Le leche con platano : le milk-shake de base, lait-banane.
Le mote con huesillo : grains de blé germés, trempés dans une macération de pêches séchées.
Il existe cinq grandes régions viticoles : Bío-Bío, Rapel, Maule, Aconcagua et la vallée du Maipo. Cette dernière, située à proximité de Santiago, est la plus réputée.

5 • Transports

Route

Le réseau routier chilien est bien entretenu et dispose d'une bonne signalisation. Evitez, cependant, de trop quitter les grands axes avec un véhicule de tourisme ordinaire et emportez des réserves de carburant pour les longs trajets.
La Panaméricaine (ou Ruta 5) parcourt le Chili du nord au sud, depuis Arica jusqu'au Puerto Montt. Elle est en excellent état.
Certaines routes secondaires sont goudronnées, d’autres sont des pistes empierrées plus ou moins carrossables.
Au sud de Puerto Montt démarre la Carretera Austral (non goudronnée), où alternent chemins et passages de fjords en transbordeurs ; jusqu'à Puerto Yungay. C'est l’une des routes les plus sauvages du pays.
Attention aux limitations de vitesse ! Contrôles fréquents, même en plein désert… (en ville, vitesse limitée à 50 km/h).

Taxi et location

On trouve des taxis sans difficulté dans les grandes villes.

Location : les grandes agences internationales (Hertz, Avis, Budget, AutoEscape) ont des bureaux dans de nombreuses villes.

Train

A rebours des pays voisins, au Chili, le train est un moyen de transport de moins en moins utilisé. Au profit des liaisons par bus.
Il n’existe que 3 lignes en activité : Calama-Oruro, une fois par semaine ; les lignes du sud, Santiago-Temuco et Santiago-Concepción, sont les plus fréquentées.

En bus : réseau dense et efficace sur l'ensemble du territoire.

Avion

Etant données les distances, les vols intérieurs sont une solution pratique pour visiter l'ensemble du pays.

6 • Infos pratiques

Décalage

Le Chili est à GMT-4, c'est à dire :
- en été, il y a 4 heures de décalage (quand il est 12h00 à Paris, il est 8h00 à Santiago) ;
- en hiver, il y a 6 heures de décalage (quand il est 12h00 à Paris, il est 6h00 à Santiago).

Argent

La monnaie nationale est le peso.

Nous vous conseillons d’emporter des euro, que vous changerez facilement sur place, ou des dollars US en petites coupures (50, 20, 10 et 1 dollar, très pratiques pour les pourboires). Les chèques de voyage en dollars US ou en euro ne sont pas recommandés, car ils sont parfois difficiles à changer.
Nombreux distributeurs en ville, qui acceptent la plupart des cartes bancaires internationales.

Electricité

Le voltage est de 220–230 volts et les prises de courant parfois différentes des prises françaises. Un adaptateur universel peut donc être utile.

Horaire

Les magasins sont généralement ouverts de 10h00 à 18h00, du lundi au vendredi, et de 10h00 à 13h00, le samedi. Certains centres commerciaux restent ouverts jusqu´à 21h00. Quelques grandes surfaces sont ouvertes le dimanche.

Média

La télévision.
Les principales chaînes hertziennes sont : Canal 7 (Television Nacional del Chile) ; Canal 13 (Television) ; Canal 9 (Megavision) et Canal 11(Chilevision).
Il existe aussi de nombreuses chaînes câblées.

Les journaux.
Estrategia : depuis 1978, ce titre couvre l'actualité économique du Chili et de l'Amérique Latine. Résolument libéral, il cible les décideurs économiques.
Web : www.estrategia.cl
La Tercera : lancé en 1950, La Troisième est un journal populaire ; lu par la classe moyenne, qui apprécie notamment ses pages sportives et ses papiers d'information générale.
Web : www.tercera.cl/
America Economia : créé en 1986 (pleine période de récession) par le Chilien Elías Selman et le Suédois Nils Strandberg, ce périodique a été l’une des premières revues économiques d´Amérique Latine. D'obédience libérale, il est très respecté dans les milieux d’affaires.
Web : www.aeconomia.com

La radio.
Le Chili dispose de nombreuses stations de radio dont, par exemple, Radio Cooperativa et Radio Chilena.

Poste

Vous trouverez, dans toutes les grandes villes, des bureaux de poste où vous pourrez acheter des timbres (aussi dans les kiosques de certains aéroports). La durée d´acheminement d´une lettre pour l´Europe est de 7 à 10 jours. Nous vous conseillons de déposer votre courrier dans les postes centrales, plutôt que de les confier à la réception d´un hôtel.

Téléphone

Dans les villes, de nombreuses cabines publiques permettent de faciles liaisons internationales. Si vous le souhaitez, vous pouvez acheter des cartes de téléphone.

Pour appeler le Chili depuis la France, il faut composer le 00 + 56 + indicatif de la ville + numéro du correspondant.
Pour appeler la France depuis le Chili, il faut composer le 00 + 33 + numéro de votre correspondant à 9 chiffres (sans le 0 initial).

Tous les hôtels sont raccordés au réseau international, mais, attention ! les communications y sont facturées 2 à 3 fois plus cher, en moyenne, que d’une cabine. En outre, au bout de 4 à 5 sonneries, même si vous n´avez pas joint votre correspondant, une taxe forfaitaire de base vous sera facturée. Prenez-y garde !
Attention encore ! Les communications téléphoniques sont très chères en Patagonie.

Internet

Vous trouverez des cybercafés convenablement équipés, avec des connections haut débit, dans toutes les grandes villes et même dans certains villages.

Couverture GSM

Bonne. Nous vous conseillons toutefois de vous renseigner auprès de votre opérateur sur les conditions d’accès au réseau local.

Devise

CLP

Taux

Cours d'achat estimé : 1 CLP = 0.001328 Euros au 23/11/2017 - Source : www.xe.com

7 • Adresse utiles

Ambassade

Ambassade du Chili en France
2, avenue de la Motte-Picquet - 75007 Paris
Tél. : 01 44 18 59 60
Fax : 01 44 18 59 61
Web : www.amb-chili.fr

Ambassade du Chili en Belgique
40, rue Montoyer - 1000 Bruxelles
Tél. : 02 280 16 20
Fax : 02 736 83 26
Web : www.embachile.be

Ambassade du Chili en Suisse
Eigerplatz 5 - 3007 Berne
Tél. : 031 371 07 45
Fax : 031 372 00 25

Consulat

En France, il y a un consulat du Chili à Paris, Bordeaux, Lyon, Le Havre et Nice.

En Belgique, il y a un consulat du Chili à Bruxelles.

En Suisse, il y a un consulat du Chili à Berne.

Office de tourisme

Il n´y a pas d´office de tourisme chilien en France. On s´adressera au service touristique de l´ambassade.

8 • Environnement

Situation Environnementale

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Un second paragraphe vous présente les problèmes environnementaux spécifiques au Chili.
– Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique.
– La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets.
– Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats.
– En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc.

Aujourd’hui, Santiago du Chili est l’une des villes les plus polluées d’Amérique Latine. La forêt primaire, quant à elle, perd petit à petit du terrain, remplacée par une sylviculture industrielle à haut rendement (eucalyptus ou pin de Monterey). Le Chili est également le plus gros exportateur de fruits et légumes frais du continent latino-américain : l’utilisation intensive de pesticides liée à ces productions est une préoccupation pour les autorités et les écologistes.

L’archipel de Juan Fernandez (îles Robinson Crusoe, Alejandro Selkirk et Santa Clara) dépend administrativement de la région de Valparaiso. Cet ensemble, diversement menacé (érosion des sols, disparitions d’espèces animales et végétales endémiques), bénéficie du statut de réserve de biosphère de l’Unesco. Les deux tiers des espèces végétales de Robinson Crusoe, par exemple, sont endémiques (l’une des plus fortes concentrations au monde) ; ce patrimoine unique est menacé de disparition, ravagé par les espèces invasives, rats et lapins, introduites par l’homme.
Pour l’île de Pâques, possession du Chili depuis 1988, elle est inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Elle souffre cependant d’une dégradation massive de son environnement, due à la déforestation. Plusieurs siècles d’exploitation du bois ont fait complètement disparaitre l’important couvert forestier originel.

Le Chili est un des premiers pays d’Amérique Latine à avoir investi dans les énergies renouvelables. En 2006, elles représentaient près de 12 000 Mwh (assurés à 43,1% par de mini centrales hydrauliques ; 51,7% par l’énergie solaire ; 4% par la géothermie ; le reste l’étant par la biomasse ou l’énergie éolienne). Ces ressources énergétiques nouvelles sont destinées, en priorité, à l’usage domestique et aux télécommunications.