1 • Formalités

Passeport

Passeport valide (dont la durée de validité couvre au moins la durée du séjour), pour les ressortissants français, belges et suisses. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel.
A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents. Les mineurs voyageant dans ces conditions devront présenter : carte d'identité ou passeport (selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire sera accessible sur le site www.Service-Public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.

Si votre voyage implique que vous transitiez par les Etats-Unis :

DOCUMENTS. Pour entrer sans visa, tout voyageur français, belge ou suisse (cela concerne aussi les enfants quel que soit leur âge) se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique ne dépassant pas 90 jours, doit être en possession d´un passeport individuel portant sur la couverture le symbole « puce électronique ». A partir du 15 janvier 2017, l'autorisation de sortie du territoire est rétablie pour les mineurs français voyageant sans au moins l'un de leurs parents.

ESTA. Tous les voyageurs français, belges ou suisses se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique, devront être en possession, avant d’embarquer, d´une autorisation électronique d´ESTA (Système électronique d´autorisation de voyage). Le formulaire ESTA devra être imprimé, avec la mention « autorisation accordée » et présenté à l’enregistrement. Ce document, simple autorisation d’embarquement, n´est pas une garantie d´admission sur le territoire des USA. Une fois accordée, cette autorisation est valable pour une ou plusieurs entrées et ce pendant deux ans (ou jusqu’à expiration de la validité du passeport du demandeur).
Les formulaires en ligne sont accessibles sur le site : https://esta.cbp.dhs.gov/ (la demande doit être faite au plus tard 72 heures avant le départ). L’autorisation d’ESTA est payante : 14 dollars US (tarif janvier 2017), à régler par carte bancaire au moment de la demande.

RESTRICTIONS A L'EXEMPTION DE VISA. Il est à noter que les voyageurs ayant effectué un séjour en Iran (mais aussi en Irak, en Syrie, en Libye, en Somalie, au Yémen ou au Soudan) depuis le 1er mars 2011 devront, s'ils souhaitent se rendre aux Etats-Unis ou y transiter, faire en personne une demande de visa auprès du consulat américain, et ce même s'ils sont citoyens d'un pays relevant du Programme d'exemption de visa. Cette mesure s'applique également aux binationaux dont l'une des nationalités est iranienne, irakienne, syrienne, libyenne, somalienne, yéménite ou soudanaise.

APPAREILS ELECTRONIQUES. De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.

Visa

Les ressortissants français, belges ou suisses n'ont pas besoin de visa pour un séjour de moins de 3 mois. Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

2 • Santé

Vaccins obligatoires

La vaccination contre la fièvre jaune n'est pas obligatoire pour les voyageurs arrivant directement d'Europe ou des Etats-Unis. Bien que les cas de fièvre jaune ne soient localisés que dans la région voisine des chutes d'Iguaçu, le pays est considéré, « administrativement », comme un pays d'endémie amarile.
Même si le risque (modéré) n'existe que pour ceux (à qui on doit recommander la vaccination) qui se rendent dans cette région, ceux qui projettent de prolonger leur voyage dans d'autres pays d'Amérique du Sud, d'Amérique centrale ou dans les Caraïbes, se verront réclamer, au risque de ne pouvoir embarquer, un certificat de vaccination, même s'ils n'ont pas été à Iguaçu !
La mention de validité « à vie » du vaccin doit être notifiée sur le carnet jaune par un Centre de vaccinations internationales, y compris pour les vaccins faits avant que ne soit prolongée la durée de validité.

L’insistance actuelle avec laquelle nous recommandons, aux voyageurs en Amérique centrale, Amérique du sud (sauf Uruguay et Chili) et Caraïbes, la vaccination contre la fièvre jaune, même si elle n’est pas obligatoire à l’entrée pour ceux qui arrivent directement d’Europe ou des Etats-Unis, est moins liée au risque de contracter la maladie qu’à la variabilité du risque administratif en cas de voyage itinérant d’un pays de la région à un autre. D’autre part, la possibilité de modification de la Réglementation sanitaire internationale (recommandation devenant obligation) entre l’inscription à un voyage et le départ effectif, mais aussi la récente (juillet 2016) prolongation à vie de la validité de la vaccination, nous conforte dans nos incitations. Elles seront (ou non) confirmées par le médecin du Centre de vaccinations internationales, en fonction du risque et de la législation.

Vaccins conseillés

Comme toujours et partout, il est important d'être immunisé contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite, les hépatites A et B et, selon les conditions de voyage la typhoïde et la rage.

Paludisme

Il est présent sous une forme bénigne dans le nord de l'Argentine, au dessous de 1 800 mètres. La protection contre les piqûres de moustiques (répulsifs corps et vêtements, moustiquaires) préviendra aussi le risque de transmission d’autres maladies (dengue, fièvre jaune, virus Zika). Pour les séjours de plus de 8 jours en zone impaludée (régions rurales du nord), il faudra adjoindre à ces mesures la prise de Chloroquine (Nivaquine) sur prescription médicale.

Autres risques

Vous y échapperez en observant les conseils prodigués dans nos recommandations générales sur les risques environnementaux et comportementaux. Sans les majorer (mais sans non plus les occulter) il faut signaler, dans le nord essentiellement, les risques, rares mais redoutables, de morsures de serpents (crotales et cobras). Les treks andins et, a fortiori, l´ascension de sommets (l´Aconcagua culmine à 6 960 mètres) exposent aux risques de l' « andinisme », version locale de l'alpinisme, mêmes précautions donc que celles détaillées dans « Santé des voyageurs ».

3 • Géographie

Capitale

Buenos Aires.

PIB

8 082 dollars US par habitant en 2008 (France, 36 614 dollar US par habitant).

Point culminant

L’Aconcagua, 6 960 mètres. C’est le point culminant de la cordillère des Andes et de l'Amérique.

Climat

Rappelez-vous que, dans l´hémisphère sud, les saisons sont inversées par rapport à celles de l´hémisphère nord.
L´été (d´octobre à février-mars), avec des températures douces et des jours longs, est la saison la plus indiquée pour la Patagonie et les Andes méridionales (le sud de cette zone, au cœur des cinquantièmes hurlants, est toutefois le domaine du vent et marqué par une grande variabilité : soleil ou flocons et températures en montagnes russes entre 2° et 22°).
L´hiver (de juin à août) est recommandé pour voyager dans le nord et le nord-ouest, car les pluies sont alors moins fréquentes et les températures tropicales descendent de quelques degrés.
Le printemps et l´automne sont magnifiques à Buenos Aires.

Géographie

Six grandes régions, très différentes les unes des autres, font de l´Argentine un pays aux contrastes saisissants.

Le Noroeste (composé des trois provinces de Salta, Tucuman et Jujuy). Les quebradas, gorges encaissées et fertiles, offrent des paysages grandioses. Ce sont des centres agricoles actifs : canne à sucre, coton, tabac. Les vallées sont également riches en gisements de fer, plomb et argent. Entre le Noroeste et la Mésopotamie, s’étend le Chaco, vaste plaine broussailleuse.

La Mésopotamie (Litoral) : les couleurs dominantes de cette région, à la frontière du Brésil, sont le rouge du sol et le vert de la végétation. Elle est composée de trois provinces, l´Entre Rios, Misiones et Corrientes. Misiones est un centre touristique important grâce aux très célèbres chutes d´Iguaçu.

Les Sierras andines : ensembles montagneux qui forment la colonne vertébrale de l´Argentine. Paysages et climats y sont extrêmement variés.

La Pampa : cette immense plaine, d´une fertilité exceptionnelle, est la plus sûre richesse du pays. Elle s’étend sur un rayon de 970 kilomètres et se divise en « pampa sèche » à l’ouest et « pampa humide », province de Buenos Aires. Elle possède une âme dure, rebelle et amicale, qui est devenue celle des gauchos.

La Patagonie : elle se subdivise en Patagonie andine et Patagonie atlantique. C´est l’immense « pied » du continent américain, en équilibre sur les glaces de l´Antarctique. La Patagonie est un terrain de jeu pour les vents. Mais la grande richesse de cette région demeure le tourisme, avec le Lago Argentino, Ushuaia, Bariloche, Puerto Madryn et la péninsule de Valdès.

Economie

Stabilisée dans les années 90, après une rude période d’hyperinflation, l’économie argentine a connu, de 1998 à 2002, une crise grave, qu’ont suivie cependant plusieurs années de croissance continue. Les exportations ont été relancées (d’origine agricole pour 60%). Les investissements étrangers restent prudents. Depuis 2006, le programme nucléaire est réactivé, en coopération avec le Brésil.
L’agriculture demeure le secteur clé, avec une surface cultivée à peu près équivalente à celle du territoire allemand. La production est largement diversifiée : céréales (maïs, blé, sorgho, riz…), oléagineux (tournesol, lin, soja), fruits et légumes, plantes industrielles (canne à sucre, coton, tabac, thé…). L’élevage, bénéficiant de grandes étendues herbeuses, est de premier rang et fournit viande, cuirs, laine, produits laitiers. Le bœuf vient en tête ; les Argentins en sont parmi les premiers consommateurs (60 kg par habitant et par an, contre 26 kg en France, par exemple).
Dans le domaine des services, on notera le développement du tourisme, qui pointe en 3e position pour les entrées de devises des exportations (7,2% du PIB en 2004).
La dette reste un lourd boulet, qui entrave les politiques gouvernementales et pèse sur la santé économique du pays. Le chômage se situait autour de 9% de la population active en 2007 et 23% de la population vivrait encore sous le seuil de pauvreté.

Faune et flore

Le Noroeste présente trois paysages principaux. La Puna d’abord, hauts plateaux désertiques, à la végétation éparse et rabougrie. On y trouve des vigognes, des chinchillas, des lamas, ainsi que de grandes colonies de flamants. Les Sierras offrent forêts et déserts ; pumas, condors et camélidés y sont assez protégés. La Pampa est (dans son ensemble) la zone où l’activité humaine a le plus bousculé la faune et la flore. Le cerf des pampas y est désormais rare (mais encore nombreux dans la région de Cuyo) ; la tortue d’Argentine, l’anaconda jaune se maintiennent ; les oiseaux abondent.

Le Chaco et la Mésopotamie partagent une faune toujours riche, avec des variations selon le type de couvert végétal. Jaguars, pumas, jaguarondis, ocelots, tapirs, pécaris, fourmiliers, jabirus, tatous, cerfs, guanacos sont communs. Les forêts abritent coatis, agoutis, pacas et une belle avifaune. Ajouter à cela insectes et reptiles à foison.

Une forêt dense de conifères couvre de vastes portions de la Patagonie andine ; on y rencontre pumas, aigles, condors, des cerfs, dont le poudou (l’un des plus petits cerfs du monde), le colocolo et le kodkod (marsupial et félin autochtones). La Patagonie atlantique est ouverte et nourrit chichement (mousses, lichens…) guanacos, maras et pumas, ainsi qu’une foule d’oiseaux : flamants du Chili, cygnes à cou noir, grèbes, caracaras… De la péninsule de Valdès, on observe, d’octobre à mi-décembre, baleines franches et dauphins. Mais aussi pingouins et mammifères marins.

Dans le grand sud, la faune marine est reine : manchots royaux, loups et lions de mer, éléphants et léopards… de mer, phoques…

4 • Hommes et cultures

Population

40 301 927 habitants (2007).

Langue Officielle

Espagnol (castellano).

Langue parlée

L'espagnol est la langue de communication. On pratique également 17 langues indigènes, dont le quechua, le mapuche, le guarani, le toba et le mataco…

Peuple

Les Argentins d´origine européenne représentent 85% de la population. L´Argentine se distingue des autres pays d´Amérique latine par sa faible proportion de métis (issus d’unions entre Européens et Indiens).

Religion

Le catholicisme domine largement.

Calendrier des Fêtes

1er janvier : Jour de l'an.
1er mai : fête du Travail.
25 mai : fête nationale.
10 juin : célébration des îles Malouines.
20 juin : fête du Drapeau.
9 juillet : jour de l'Indépendance.
17 août : commémoration de la mort du général San Martin.
12 octobre : jour de Christophe Colomb.
8 décembre : Immaculée Conception.
25 décembre : Noël.

Histoire

Les indiens nomades qui couraient l’actuelle Argentine reçurent sans ménagement les conquistadores. Ceux-ci prirent cependant le contrôle des déserts du nord-ouest et fondèrent les garnisons de Salta, Jujuy, Cordoba et Tucuman. En 1580, Juan de Garay installe une colonie permanente à l’embouchure du Rio de la Plata : Santisima Trinidad y Puerto de Nuestra Senora del Buen Ayre, bientôt Buenos Aires (Bons vents). Les indiens la harcèlent un siècle. Ce qui ne l’empêche pas de devenir rapidement une plaque tournante de la traite négrière. Au cours du XVIIIe siècle, les indiens sont refoulés et la pampa fournit la matière des premières fortunes locales. Ainsi consolidés, les Portenos proclament l’indépendance en 1810. Le général de San Martin (1778-1850) s’en va porter la bonne nouvelle dans l’intérieur. En conséquence, le XIXe siècle voit les « partisans de Buenos Aires » affronter les gauchos des « partisans des provinces » les armes à la main. En 1878-79, le général Julio Roca (1843-1914) part, lui, à la « conquête du désert » ; il s’agit d’annexer les pampas et la Patagonie : les indiens font les frais de cette expansion. Et sept ans plus tard, Buenos Aires devient la capitale d’une nation unifiée. Entre temps, une méthode nouvelle de réfrigération a donné au commerce de la viande un essor dont profitèrent les grands latifundiaires. Entre 1864 et 1914, près de six millions d’immigrants vinrent prêter la main à la mise en valeur de la pampa. Les bénéficiaires de ce boum (« oligarchie » terrienne, hommes d’affaires et financiers, politiques…) firent de Buenos Aires une vitrine de leur réussite. Si bien que, dans les années 1920, la ville est tout à la fois un phare culturel et un accumulateur de tensions sociales. Les militaires s’emparent du pouvoir en 1943. L’un d’entre eux, Juan Domingo Peron (1896-1974), est élu à la présidence de la république (1946). Le « justicialisme » qu’il promeut alors trouve en son épouse, Evita, une avocate flamboyante. Retour à la case militaire en 1955. Retour de Peron en 1973. Retour à la case militaire en 1976. Pendant ces chassés-croisés, la santé économique du pays s’altère. La « sale guerre », menée contre l’opposition de gauche, fait 30 000 morts et disparus. Les Britanniques mouchent en 1983 une tentative de rétablir la souveraineté argentine sur les îles Malouines. Les militaires sont alors contraints d’organiser les élections démocratiques : retour des civils.

Politique

L´Argentine est une république fédérale, régie par la Constitution de 1853. Le président, élu au suffrage universel pour quatre ans, est à la fois le chef de l´État et le chef du gouvernement

Célébrités

Jorge Luis Borges (1899-1986). De la poésie au roman policier, en passant par la nouvelle et la critique, Borges était un maître. Argentin jusqu’au bout des ongles ; son œuvre offre cependant un éloquent témoignage des affinités spirituelles qui unissent son pays à l’Europe.

Diego Maradona (né en 1960), El Pibe d'Oro, a élevé le football à la dignité d’allégorie de la nation.

Ernesto « Che » Guevarra (1928-1967). En 1959, il est fait « citoyen cubain de naissance ». Pourtant, son surnom de « Che » marque son origine argentine de façon péremptoire.

Eva « Evita » Peron (1919-1952) : seconde épouse du président Juan Perón, elle fit d’un maroquin (ministère du travail et de l'aide sociale) une corne d’abondance pour les descamisados. Une icône populaire.

Carlos Gardel (1887 ou 1890 - 1935) : qu’il ait vu le jour à Toulouse ou à Tacuarembo (Uruguay) importe peu ; ce qui compte, c’est, comme il l’a dit, qu’il soit né « à Buenos Aires, à l’âge de deux ans et demi » et soit devenu le plus grand des chanteurs de tango.

Astor Piazzolla (1921-1992), bandonéoniste et compositeur, fit du tango une musique « classique ».

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à votre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l´assurance qu´il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d´usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l´on a été satisfait du service.
Pour les chauffeurs, nous vous conseillons, au minimum, l´équivalent de 3 ou 4 euros par jour et par personne. Nous vous conseillons le double pour les guides.
En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs…) les usages sont très variables. Le mieux est d’aligner votre pourboire sur l´économie du lieu : les prix d´une bière ou d´un thé, d´un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d’en estimer le montant. Vous pouvez noter également, pour avoir quelques repères, qu’en Argentine, pour une journée de travail, un chauffeur est payé dans les 60 dollars US et un guide autour de 100 dollars US.

Si le cas se présente, on évitera en revanche d'encourager la mendicité, notamment celle des enfants, en faisant des distributions « sauvages » dans la rue. Si l'on souhaite apporter son aide en fournissant du matériel scolaire, des vêtements ou des médicaments, il est préférable de les remettre au directeur de l’école, au chef du village ou au dispensaire le plus proche, qui sauront en faire bénéficier les plus démunis.

Achat

Cuirs, lainages, tissus andins, objets sculptés, couteaux… Mais aussi le maté et ses ustensiles (bombillas…), la musique… Vous ne serez pas en peine de souvenirs. En revanche, dans la mesure du possible, il vaut mieux acheter ces objets sur leur lieu de production, où ils sont moins chers que dans les grandes villes.

Cuisine

Plats.
La viande (et, en particulier, le bœuf) est le pilier de la cuisine argentine.
La cuisine des gauchos est la plus répandue. Il s'agit de viande cuite à la braise, la fameuse parrilla.
L’empanada, chausson farci de bœuf, de poulet, de fromage, est un plat très répandu et apprécié. L'asado de tira, ce sont des côtes. Le bife est un bifteck.
Tous ces plats à base de viande de bœuf s'accompagnent d'une sauce forte, le chimichurri.
La cazuela est souvent servie en entrée, c'est un bouillon de bœuf ou de poulet, avec pommes de terre, maïs, légumes, potiron.
Le pastel de choclo : dans un plat de Pomaire, on dépose de la viande de bœuf, ou de poulet, hachée, préalablement cuite avec des raisins et des oignons. On couvre d'une couche de purée de maïs avant de gratiner au four. A manger en été.
Les humitas sont faits de purée de maïs assaisonnée, emballée dans une feuille de maïs et cuite à la vapeur.
Les porotos granados sont une soupe épaisse à base de haricots, avec potiron, maïs, ail et oignon
Simple, mais de bon goût : lomo a lo pobre, tranche de bœuf surmontée de deux œufs frits.

Accompagnements.
La viande, comme la plupart des plats, est généralement servie sans garniture. Il faut donc commander les légumes en supplément. Nous vous conseillons les purées de patate douce et de citrouille.

Desserts.
Au premier rang des sucreries et des desserts, on trouve le dulce de leche, une confiture de lait qui ressemble à un caramel mou.

Boisson

L'eau est potable dans tout le pays. On trouve également de l'eau minérale dans tous les villages.
L'Argentine, quatrième producteur viticole du monde, élabore de très bons vins ; parmi les cépages utilisés, on trouve le cabernet, le merlot, le malbec, le sauvignon, le chardonnay…
Quilmes est la marque de bière locale la plus consommée, mais les Argentins boivent volontiers des bières d'importation, telle la mexicaine Corona.
Le maté, une infusion d'Ilex paraguariensis (et parfois de coca), est la boisson fétiche des Argentins.
La chicha : jus de fruits fermenté et alcoolisé très populaire au Chili.
Le pisco : eau de vie à base de raisin, on le consomme nature ou en cocktail.
Le leche con platano : c’est le milk-shake le plus courant, lait-banane.
Le mote con huesillo : grains de blé germés trempés dans une macération de pêches séchées.

5 • Transports

Route

Les routes argentines sont généralement asphaltées. Le réseau principal est en bon état ; les routes secondaires laissent à désirer. Dans le nord-ouest andin, ce sont souvent des pistes difficilement praticables.

Taxi et location

Dans les grandes villes, on trouve des taxis sans difficulté.

Train

Plusieurs lignes au départ de Buenos Aires, notamment en direction de la côte. L'Argentine est le pays qui dispose du réseau le plus dense d'Amérique Latine.
Une curiosité : le dernier train à vapeur du continent sud-américain, l'Old Patagonia Express. Quant au « Train des nuages », au départ de Salta vers les Andes, il est l’une des attractions touristiques du pays.

Des bus doublent et complètent le réseau ferré. Les compagnies disposent de cars très modernes et confortables ; elles assurent de nombreuses liaisons interurbaines et desservent les grandes villes des pays limitrophes.

Avion

Les vols intérieurs sont la solution pratique pour visiter l'ensemble du pays. La libéralisation du trafic a d’ailleurs provoqué des baisses de prix.
Il existe peu de liaisons directes entre les villes de province, il est donc souvent nécessaire de transiter par Buenos Aires.

Taxe d’aéroport à payer sur place :
TRELEW - ARS 32 (PESOS ARGENTINOS)
EL CALAFATE - ARS 76 (PESOS ARGENTINOS)
USHUAIA - ARS 28 (PESOS ARGENTINOS)

6 • Infos pratiques

Décalage

L´Argentine est à GMT-4, c´est à dire (en tenant compte des changements d’heure) :
- en été, lorsqu'il est 12h00 à Toulouse, il est 7h00 à Buenos Aires ;
- en hiver, lorsqu'il est 12h00 à Toulouse, il est 8h00 à Buenos Aires.

Argent

La monnaie nationale est le peso argentin.

Nous vous conseillons de payer en liquide et en pesos. Vous pouvez régler vos achats en euro, ou en dollars US, mais le taux de change qu’appliqueront les commerçants ne vous sera pas favorable.
De nombreux distributeurs de billets vous permettront d’obtenir des pesos avec votre carte bancaire (un retrait à l’arrivée, à l’aéroport, peut être utile ; en ville, attention au sous-approvisionnement pendant le week-end ; le montant des retraits est limité). Les cartes de crédit sont assez largement acceptées par les commerçants (attention cependant aux commissions bancaires).

On changera ses chèques de voyage en ville plutôt qu’à l’aéroport (commission moins élevée). En revanche, même si le taux est un peu moins bon, on fera bien de changer des espèces à l’aéroport, cela évite de courir les banques du centre-ville.

Les banques et bureaux de change sont ouverts du lundi au vendredi, entre 10h00 et 15h00. Les bureaux commerciaux sont généralement ouverts de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 19h00.

Attention ! L'entrée dans les parcs nationaux ne se règle qu'en pesos, pas en dollars, ni en euros et pas par carte bancaire.

Electricité

220 volts. Les prises sont parfois de type européen standard, parfois pas. Emportez un adaptateur « universel ».

Horaire

La plupart des boutiques, dans les grandes villes, sont ouvertes de 9h00 à 20h00 ; à l´intérieur du pays, les magasins sont souvent fermés à l'heure du déjeuner.

Au restaurant, le déjeuner est en général servi à partir de 12h30 et le dîner à partir de 20h30.

Média

Télévision.
La télévision est câblée et satellitaire. Il y a cinq chaînes nationales (plus de nombreux programmes sur le câble).

Presse écrite.
Clarín (www.clarin.com) : c'est le titre le plus lu en Argentine. Actualité nationale et internationale. L’un des rares quotidiens diffusés dans plusieurs pays d'Amérique Latine.
Pagina 12 (www.pagina12.com.ar/) est aujourd'hui le quotidien indépendant de gauche le plus important de Buenos Aires. Impliqué dans la défense des droits de l’homme.
La Nación (www.lanacion.com.ar/). Ce quotidien est une véritable institution. Une rubrique internationale de qualité contribue à sa réputation.
Buenos Aires Herald (www.buenosairesherald.com) est l'unique quotidien argentin en anglais.

Radio.
Le pays dispose de nombreuses stations de radio, dont Continental, FM Del Mar, FM Espacio…

Poste

Le Correo Argentino est présent dans quasiment toutes les villes, mais les tarifs sont très élevés.
Les bureaux de poste sont généralement ouverts de 8h00 à 20h00, du lundi au vendredi, et jusqu'à 14h00 le samedi.

Téléphone

Pour appeler un fixe en Argentine depuis la France, composer 00 + 54 + l’indicatif de la ville (sans le 0) + le numéro de votre correspondant.
Pour appeler un portable en Argentine depuis la France, composer 00 + 54 + 9 + l’indicatif de la ville (sans le 0) + le numéro de votre correspondant sans le 15.
Pour appeler de portable à portable à Buenos Aires, composer le numéro de votre correspondant tel quel.
Pour appeler un portable à Buenos Aires depuis la province argentine, composer 11 + le numéro de votre correspondant.

Pour appeler la France depuis l'Argentine, composer 00 + 33 + le numéro de votre correspondant (sans le 0 initial).

Internet

Vous trouverez des cybercafés convenablement équipés, avec des connections haut débit, dans toutes les grandes villes et même dans certains villages.

Couverture GSM

Bonne. Toutefois, nous vous conseillons de vous renseigner auprès de votre opérateur sur les conditions d’accès au réseau local.

Devise

ARS

Taux

Cours d'achat estimé : 1 ARS = 0.049235 Euros au 10/12/2017 - Source : www.xe.com

7 • Adresse utiles

Ambassade

Ambassade d'Argentine en France
6, rue Cimarosa - 75116 Paris
Tél. : 01 44 05 27 00
Fax : 01 45 53 46 33
Email : efranpol@noos.fr
Web : www.ambassadeargentine.net

Ambassade d'Argentine en Belgique
Avenue Louise 225, 6e étage, boîte 3 - 1050 Bruxelles
Tél. : 02 647 78 12
Fax : 02 647 93 19

Ambassade d'Argentine en Suisse
Jungfraustrasse 1 - 3005 Berne
Tél. : 031 356 43 43
Fax : 031 356 43 40

Consulat

En France, en Belgique et en Suisse, les fonctions consulaires sont assurées par l’ambassade.

Office de tourisme

Office de tourisme d’Argentine - Service culturel
6, rue Cimarosa - 75016 Paris
Tél. : 01 44 05 27 38
Fax : 01 47 04 61 51
Web : www.sectur.gov.ar

8 • Environnement

Situation Environnementale

Quel que soit l´environnement dans lequel le voyageur se déplace, urbain ou naturel, il est de sa responsabilité de respecter l´endroit qu´il traverse. Voici quelques principes de base, applicables partout dans le monde. Le second paragraphe présente les problèmes environnementaux spécifiques à l’Argentine.
– Eviter de laisser certains déchets sur place et les rapporter avec soi si le pays ne dispose pas d´infrastructure d´élimination de ces déchets. Par exemple : piles et batteries, médicaments périmés, sacs plastique.
– La rareté de l´eau est aujourd´hui un problème mondial. Même si le pays visité n´est pas a priori concerné par le manque, quelques réflexes doivent désormais faire partie du quotidien : préférer les douches aux bains, éviter le gaspillage, signaler les fuites éventuelles des robinets.
– Dans la plupart des hôtels vous disposerez d´une climatisation individuelle. Il est vivement recommandé, pour éviter la surconsommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre afférentes, de la couper systématiquement lorsque vous n´êtes pas présent dans la chambre. La climatisation n´est d´ailleurs pas absolument nécessaire sous tous les climats.
– En balade, dans certains écosystèmes fragiles, ne pas sortir des sentiers ou conduire hors-piste, limiter le piétinement et ne pas rapporter de « souvenir » : renoncer à cueillir des fleurs rares, à ramasser des fossiles ou des pétrifications, etc.

L´environnement a longtemps été une préoccupation secondaire pour les acteurs économiques et politiques argentins. Mais, depuis le début des années 90, on constate des évolutions importantes dans ce domaine, avec notamment la création du Secrétariat à l´Environnement et au Développement Durable.
En 1994, la protection de l´environnement est devenue un principe constitutionnel. L´article 41 de la Constitution pose le principe du « développement soutenable » et du droit à bénéficier d´un environnement sain et équilibré. Cependant, l´organisation administrative de la protection de l´environnement reste globalement assez inefficace, notamment en raison de la structure fédérale du pays. En effet, au manque de coordination des organismes environnementaux s´ajoute une superposition de juridictions compétentes, qui se traduit par un contexte juridique extrêmement confus et parfois même contradictoire.

Afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées au transport, principale source de pollution atmosphérique, l´Argentine s´est inspirée des initiatives prises par les autres pays : amélioration technique des véhicules et utilisation de carburants propres (plus du tiers des véhicules équipés au gaz naturel circulant dans le monde sont argentins), développement des transports en commun, etc.
Quant aux sources fixes, elles affichent des manques flagrants de conformité aux normes, résultat le plus souvent d´une absence d´investissements dans ce domaine. Les équipements représentent un coût élevé, difficile à supporter pour les PME-PMI. En revanche, pour des raisons de compétitivité sur les marchés internationaux, les grands groupes argentins se sont intéressés plus tôt aux questions environnementales, limitant, dans une certaine mesure, la détérioration de la qualité de l´air. Le contrôle des émissions de gaz industriels demeure cependant insuffisant et erratique. L’Argentine reste toutefois très active sur les différents points du protocole de Kyoto, ce qui est encourageant pour l’avenir tant au point de vue public que privé.

Les parcs nationaux et les monuments argentins sont répartis aujourd´hui sur 3 603 068 ha. Ce sont 33 zones protégées, où près de quatre cent espèces animales autochtones sont préservées. Ces parcs ont pour but de préserver le patrimoine écologique et culturel du pays. Présents sur tout le territoire argentin, depuis la Puna dans la province de Jujuy jusqu´aux confins de la Terre de Feu, ils offrent une grande variété de paysages : des déserts, des jungles, des forêts, des montagnes, des plaines, des rivières, des lacs et des plages. Les écosystèmes natifs occupent de vastes espaces et abritent une faune et une flore abondantes, diversifiées et en excellent état de conservation. De nombreuses espèces menacées peuvent être observées dans ces zones privilégiées. Le voyageur est convié à découvrir, apprendre et profiter de la nature dans toute son authenticité. Les parcs et les réserves naturelles mettent à sa disposition des guides spécialisés, des bureaux d´information et des infrastructures adaptées : sentiers, miradors, signalétique ad hoc, bibliographie et centres d´interprétation dans les endroits les plus visités par le public. La qualité des sites et le confort offert au voyageur font des parcs nationaux argentins des « salles de classe » idéales pour initier enfants et adultes au souci environnemental.