recherche cartographique

Recherche cartographique Nomade Aventure



Départ garanti :

 

Accueil > En transports locaux > Nos spécialistes en transports locaux Retour en transports locaux

NOS SPÉCIALISTES en transports locaux

    • Cynthia
    • Ici, cela n’étonne plus personne : Cynthia produirait, selon les derniers relevés, plus d’énergie qu’une demi-douzaine d’éoliennes. Ce qui la place en deuxième position des sources mondiales d’énergie, juste derrière le nucléaire. Edifiant.

      Il aura fallu attendre seize longues années avant qu’apparaissent chez la toute jeune Cynthia, les premiers symptômes de la bougeotte. Seize ans, l’âge où elle foula pour la première fois les terres mexicaines à l’occasion d’un échange étudiant avec une famille de Guanajuato, l’un des berceaux de l’Indépendance du pays.
      Dés lors sa vie ne serait que tacos et sombreros. Et, au Mexique, elle retournera plus d’une demi-douzaine de fois.

      Après des études en langues étrangères et un séjour de six mois en Irlande du Nord, elle jongle entre une licence d’espagnol et un emploi de standardiste intérimaire chez Radio Latina.
      Licence en poche elle remet le couvert dans le tourisme d’affaire cette fois. A la clé, de nombreuse excursions, en Russie notamment, Moscou, Saint-Petersbourg, Volga, Neva, vodka. Bref, la vie dans les grands froids…

      Les événements en cours à l’époque, la pousse à quitter le navire, destination… le Canada, et plus précisément Vancouver. Là-bas, où son accent frenchy fait des ravages, elle excelle pendant cinq mois dans la vente de produits de beauté, et découvre pendant son temps libre, Whistler et la Colombie britannique.

      De retour en France, Cynthia revient à sa formation de base : le tourisme d’affaire. Mais, l’appel de la cucaracha est trop fort ! Elle rempile pour près d’un an en Amérique du Sud. Le Brésil, Rio, Fortaleza, Iguaçu, le Nord-Ouest argentin, la Bolivie au service pédiatrique de l’hôpital de Sucre, et puis le Pérou. Une année coup de cœur, véritable renaissance pour elle.

      Plus aucun doute : chez Nomade Aventure, elle intègre le secteur Amérique du Sud. Sa vie, son œuvre…

      Sa raison d’être…

    • Frédéric
    • Fred est un homme de terrain. Une expression qui veut tout et rien dire à la fois. Sauf que concernant Fred, c’est un fait : sa connaissance du monde, c’est aussi et surtout à ses (très) nombreuses incursions outre frontières qu’il la doit.

      Originaire du Périgord, rien ne le prédestinait à choper le syndrome du voyage et pourtant, à peine le bac en poche, il s’en va à la conquête du Brésil pendant plusieurs année. Une épopée pleine de rebondissements dont il ne ressortira pas indemne.

      Ayant contracté le virus, c’est finalement vers les langues orientales qu’il se tourne à son retour dans l’hexagone, avant, de repartir dans la foulée, pour six longues années en Asie du Sud-Est comme guide de montagne. Dés lors, la région devient son terrain de jeu, sa terre d’aventure à lui !

      Il sonde cette région du globe, en long en large et en travers, et s’en approprie la moindre parcelle.

      Désormais, incollable sur le sujet, et fort de son passif pas vraiment commun, Fred débarque chez Nomade Aventure peu après le nouveau millénaire. Il occupe aujourd’hui le poste de directeur de destination sur ce secteur, et apparaît, ici, comme le spécialiste de l'Asie du Sud-Est.

    • Issa
    • Les rumeurs vont bon train au sujet d’Issa. Les infos qui suivent sont à prendre au conditionnel, car du bonhomme, on sait finalement assez peu de chose.

      Issa voit le jour au beau milieu de l’été à Ouled-Djellal en Algérie, quelques années après l’indépendance. Il effectue toute sa scolarité dans la province de Biskra, aux portes du grand désert algérien au milieu des palmiers et des figuiers.

      C’est en France, à l’Université Lumière de Lyon 2, qu’il poursuit son parcours. En grand communiquant, ce sont les sciences du langage qui obtiennent ses faveurs.

      Dans les années 90, en Mauritanie, il part à la recherche de la météorite de Chinguetti chère à Théodore Monod. Une véritable expédition durant laquelle, Issa se lie d’un amour certain pour ce pays fascinant à plus d’un titre.

      Là-bas, il goute aux joies de la Guetna, grande récolte annuelle, véritable « hymne à la datte », sous un climat flirtant avec les 50° et un soleil de plomb.
      Il manque même de ne jamais revenir lorsqu’une fille Imraguen, en quête d’un mari (et d’un gardien pour les chamelles de la tribu), lui demande sa main.

      Il hésite. Puis rentre en France.

      En Asie-Centrale, c’est sur les traces de Gengis Khan qu’il se lance. Il sillonne la région d’un bout à l’autre, des montagnes sacrées au désert de Gobi. Il perfectionne aussi ses connaissances des spécialités locales, allant de l’ayrak Mongol (sorte de lait de jument fermenté…) au soudjouk Arménien (sorte de saucisse sèche…) et à la vodka (que tout le monde connaît…).

      En 2010, il se perd dans les environs de Dushanmbé, Kathmandu et Lhassa puis part à vélo, à la rencontre des tribus du Tibet oriental.
      Il manque même de ne jamais revenir lorsqu’un Golok (au sens commercial évident) lui propose sa femme en échange de son VTT.

      Il hésite. Puis rentre en France. Une fois de plus.

      Depuis, il repart défricher la steppe Ouzbek et sa mer d’Aral ou encore le royaume du Sikkim et le Bhoutan avant de finir perdu dans le désert de Lut en Iran d’où il rentre métamorphosé à tout jamais…

      Chez Nomade Aventure, c’est sur l’Asie Centrale et sur l’Himalaya, qu’il sévit. L’une des nombreuses régions du monde, chères à son cœur !

      Et, bientôt, au votre…

    • Julien
    • Ju a un look, c’est incontestable. Et une personnalité qui le place dans le top 50 des personnes à rencontrer absolument, juste derrière Lady Gaga et le Dalaï-lama.

      Pur produit de la cité phocéenne, il a vibré sur les strapontins du vélodrome et béni Basile Boli.

      Après des études dans le midi, en mode un peu rebelle et cool, et un bac scientifique, le jeune Ju se cherche un peu. En informatique d’abord… mauvaise réponse. Puis en géo… on chauffe. Enfin, dans l’écotourisme et l’aménagement du territoire. Mieux. Beaucoup mieux.

      De ses nombreux diplômes, le bonhomme parle peu. Pas trop le genre à les encadrer. Son truc à lui, c’est incontestablement le vagabondage et le terrain.

      Le terrain sous toutes ses formes. Ça a commencé par le snack-bar du camping du coin. Puis la rue, stylo à la main pour sonder les passants (aves des questions hein…). Après une mémorable expérience d’expert en saisie informatique sur un site atomique, et un court mais formateur épisode déménageur, Ju entame sa vraie carrière. Celle qui donne lieu à des anecdotes hallucinantes, et fait revenir souvent la même question : « Mais qu’est ce que je fiche ici ?… »

      Au début des années 2000, il découvre une ex-Yougoslavie meurtrie par la guerre. Là-bas, il participe à la reconstruction d’un zoo (ca ne s’invente pas). Effrayant, et humainement proche du surnaturel.

      Il traverse ensuite l’Atlantique, direction l’Equateur, et pose trois mois durant, son baluchon dans une hacienda perché à 4000 m d’altitude au pied du Cotopaxi. Une vie de cowboy, à tenter (en vain) de chopper des taureaux au lasso, traire des vaches à l’aube par moins 2°C le tout, sans eau ni électricité. Une sorte de retour aux sources qui marqueront les débuts de sa passion pour le continent sud-américain.

      Après une expérience de plusieurs mois comme piroguier en Guyane, Ju rejoint l’équipe NomadeAventure. C’est logiquement sur son secteur de prédilection qu’il s’illustre. Il en assure désormais le développement, et avec la manière s’il vous plaît…

    • Laetitia
    • De source non-officielle, Laeti serait la petite fille de Freud. Bon, l’homme étant né au milieu du 19ème siècle, même les billes en math auront comprit qu’il ne s’agit ici que d’une simple image. La vérité est que Laetitia aime les gens et fait preuve d’un intérêt bien réel à leur égard.

      Née non loin de l’Alsace durant l’été 82, la petite Laeti coule une enfance heureuse au pays des kougelhofs, bretzels et autres flammkueches.
      Tous les dimanches matin par temps de pluie, son père lui transmet sa passion pour les animaux et la nature ! Elle ne rêve alors que de s’en aller découvrir en vrai, cette faune et ces paysages époustouflants… !

      A l’université, si les études occupent une bonne partie de son temps (histoire, géographie, mythologie grecque et psychologie de la communication), c’est dans le sport que Laetitia s’exprime pleinement (elle passe du badminton au volley, en passant par la natation, le basket, la plongée et même… la boxe ?!?)

      Finalement, consciente que la communication, le sport et sa passion de l’animalier faisaient fort bon ménage avec le voyage, elle se lance dans une licence professionnelle dans le tourisme : le lancement de sa période voyage, et de sa passion pour l’Afrique.

      En 2005, elle expérimente quelques TO d’aventures avant de rejoindre la team Nomade en 2007 sur ce secteur qu’elle chérit tant.

      Et après une tournée générale, de Zanzibar au Burkina Faso, en passant par le Botswana, le Rwanda, l’Ouganda, la Namibie, le Malawi, la Zambie ou le Kenya…, soyez certain que ce monde là n’a plus le moindre secret pour elle.

      Il suffit de la lancer sur le sujet pour s’en persuader…

    • Pauline
    • Sandra
    • La petite Sandra est née à Beaumont. Pour les profanes, ça se passe en Auvergne, au sud de Clermont-Ferrand, au rythme des vaches de Salers et des matchs de l’ASM, dont elle ne manque pas une sortie.

      Vingt premières années au milieu des volcans éteints, donc. Et, au final, un caractère bien trempé associé à une joie de vivre de tous les instants.

      Si Sandra affiche une ribambelle de passions (elle danse, fait du théâtre, du snowboard, est très à l’aise sur l’eau, et décroche même son permis bateau !), c’est incontestablement son appétit pour le voyage qui la caractérise le plus.

      Concrètement, elle attaque, très jeune, sa longue session baroudeuse en Europe, de l’Espagne à la Slovénie en passant par l’Italie et la République tchèque. Elle enchaîne ensuite, au rythme de la Cucaracha, avec deux mois d’études au Mexique. Puis, six mois chez l’oncle Sam, en mode Erasmus, pour un remake de "L’Auberge Espagnole". Elle s’aventure aussi en Asie, avec des excursions en Malaisie et aux Maldives, et en Amérique latine, du côté du Pérou et de l’Argentine notamment.

      Ce trait de caractère couplé à son bagout, la voilà donc promise à une folle carrière dans le tourisme. C’est plutôt logiquement, qu’elle plonge dans des études de communication, doublées d’une licence Anglais & Espagnol et d’un MBA au nom imprononçable, à l’Ecole Supérieure de Commerce d’Administration des Entreprises du Tourisme (ESCAET), à Aix en Provence.

      Là-bas, elle décroche également ses deux premiers jobs au sein de deux agences locales (comme "spécialiste Amérique latine", et "chargée de développement durable").

      Puis, en 2011, elle monte à la capitale. Là, elle s’essaye (avec succès) au métier de "conseillère voyages spécialiste Afrique" chez l’un de nos concurrents. Enfin, elle atterrit chez Nomade Aventure, au cœur de l’équipe "Libre & Nomade", secteur en pleine explosion. Elle approfondira considérablement sa découverte du monde en général, et de l’Amérique latine en particulier.

      Sandra, c’est donc, l’Afrique, l’Europe, l’Amérique, l’Asie et… l’Auvergne à la fois. Volcanique, zen, communicante et généreuse. Vous ne pourrez pas la louper, lorsque vous passerez nous claquer la bise, dans notre agence parisienne. Sandra Pardon… y a vraiment pas de quoi (évidement !)