recherche cartographique

Recherche cartographique Nomade Aventure



Départ garanti :

 

NICARAGUA

Accueil > Nicaragua > Hommes et culture Retour au fil des peuples

Hommes et culture Nicaragua

Population

5 359 759 habitants.

Langue Officielle

La langue officielle est l’espagnol.

Langue parlée

L’anglais est parlé quelquefois dans les hôtels. Quelques dialectes indigènes sont également parlés sur la côte caraïbe.

Peuple

Les métis (principalement d'origine hispanique) constituent la majorité de la population avec 69 %, devant les blancs (17 %), les noirs (9 %) et les amérindiens (5 %).

Religion

Les catholiques représentent 85 % de la population. Une communauté protestante est également présente.

Calendrier des Fêtes

15 septembre 1821, date de son indépendance vis-à-vis de l'Espagne.

Histoire

Même si on est presque sûr que le Nicaragua est peuplé depuis quelque 10 000 ans, son histoire moderne débute en 1522, alors que les premiers conquistadores menés par Davila foulent le territoire appartenant au puissant Nicarao, qui nomme Nicaragua un modeste territoire entre un lac et l’océan Pacifique.
La colonisation se fait difficilement, principalement du fait d’une jungle luxuriante et d’une population hostile aux espagnols toujours en quête de trésors à piller. Cette région n’intéresse d’ailleurs pas beaucoup la couronne qui n’y voit pas le filon d’or ou d’argent qu’elle a pu s’approprier au Pérou par exemple.
Jusqu’au 19ème siècle, le contexte sociopolitique est surtout marqué par la rivalité grandissante entre Leon, la capitale libérale, et sa voisine Granada, plus conservatrice et cible privilégiée des pirates en quête de trésors regagnant l’Europe. En 1821, suivant l’exemple des pays voisins, le Nicaragua proclame son indépendance et intègre l’empire mexicain. La guerre civile ne tarde pas à se déclarer tant les divergences entre clans politiques et villes sont importantes. La pacification se fait depuis le Guatemala voisin où l’Etat fédéral est réfugié, mais la stabilité ne dure qu’un temps et le pays voit par la suite un grand nombre de présidents se succéder à sa tête.
Alors que la côte ouest des Etats-Unis intéresse de plus en plus les puissances coloniales, l’intérêt géostratégique du Nicaragua s’affirme un peu plus et les Etats-Unis s’inquiètent d’une présence trop importante des britanniques dans une région qu’ils considèrent déjà comme leur chasse gardée. Les deux nations anglo-saxonnes signeront d’ailleurs le traité de Clayton-Buwler en 1850, leur garantissant une future forte influence sur cette Amérique Latine encore balbutiante.
Quelques années plus tard, un mercenaire américain nommé William Walker, soutenu par les libéraux locaux, envahit le pays avec l'aide d'une poignée d'hommes dans le but affiché de créer une république esclavagiste en Amérique centrale. Il ne parvient à contrôler le pays que quelques temps avant d'être chassé lors d'une guerre nationale de libération. Il sera exécuté en 1860 lors d'une autre tentative.
Le 20ème siècle voit l'influence économique, politique et même militaire américaine se faire de plus en plus pressante tandis que des luttes nationalistes incessantes empêchent le pays de prendre véritablement son envol et de se trouver une unité nationale, du moins jusqu'en 1933, date à laquelle l'occupation yankee prend fin.
Les quatre décennies suivantes correspondent à la dictature de la famille Somoza qui pillent le pays de toutes ses richesses avec l'accord tacite des Etats-Unis. Fraudes électorales, vols, actes de torture, assassinats sont alors le lot quotidien d'une population désabusée. La véritable rupture se produit en 1972, alors que les fonds d'aide internationaux destinés aux victimes d'un terrible tremblement de terre sont détournés par la famille au pouvoir. Le Front sandiniste de libération nationale, fondé en 1961, commence alors à séduire les masses et lorsque le directeur d'un journal d'opposition est assassiné en 1978, la révolution n'est plus qu'une question de temps. Après une guérilla incessante, la garde nationale dépose les armes le 19 juillet 1979, alors que Somoza s'est enfuit depuis peu. Les années 80 voient un lent et difficile cheminement vers la paix civile, tandis que l'oncle Sam cherche à maintenir son influence à travers l'action des "contras" (financés par les ventes d'armes à l'Iran, alors en guerre contre l'Irak), dans un contexte de guerre froide. Des négociations entre "contras" et sandinistes finissent par aboutir et une nouvelle constitution voit le jour en 1987. La situation reste néanmoins fragile, et malgré des progrès évidents, le pays continue de payer aujourd'hui près d'un demi-siècle de dictature, de violence et de corruption.

Politique

Il s'agit d'une république parlementaire. Le président élu au suffrage universel pour une durée de 5 ans est également le chef du gouvernement. Le parlement n'est constitué que d'une seule chambre de 92 sièges dont les représentants sont élus à la proportionnelle selon une liste par parti politique, également pour une durée de 5 ans. Petite curiosité locale, le président sortant ainsi que les candidats aux élections présidentielles suivantes disposent automatiquement d'un siège au sein de cette assemblée.
La constitution en vigueur date du 9 Janvier 1987, avec des réformes en 1995 et 2000. La majorité électorale est fixée à 16 ans.

Célébrités

Parmi les personnalités nicaraguayennes, on peut notamment évoquer :
- Riben Dario (1867 - 1916), brillant poète qui fut l'un des pères du modernisme, en opposition au romantisme, il est la véritable incarnation culturelle du Nicaragua et son village natal porte désormais son nom. Il publia notamment "Azul", en 1888 et plus particulièrement "Cantos de vida y esperanza" en 1905 qui fut son ouvrage le plus lu. Il est enterré dans la cathédrale de Leon.
- Rodrigo Penalba (1908 - 1979), peintre pécurseur qui introduisit l'impresssionisme au Nicaragua par des paysages locaux empreints d'une lumière toute particulière.

Savoir-vivre

Le pourboire est soumis à votre libre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l’assurance qu’il ne se substituera jamais au salaire. Néanmoins, il est d’usage dans la quasi-totalité des pays au monde de donner un pourboire lorsque l’on a été satisfait du service.
Pour les chauffeurs nous vous conseillons au minimum l’équivalent de 1.5 € ou 2 $ par jour et par personne. Nous vous conseillons le double pour les guides.
En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs, etc) les usages sont très variables. Nous vous conseillons de caler votre pourboire en fonction de l’économie locale : le prix d’une bière ou d’un thé, d’un paquet de cigarettes locales, etc vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront comme vous le faites naturellement chez vous de caler le montant de votre pourboire si celui-ci vous parait justifié.

Si le cas se présente, on évitera en revanche d'encourager la mendicité, notamment celle des enfants, en faisant des distributions « sauvages » dans la rue. Si l'on souhaite apporter son aide en fournissant du matériel scolaire, des vêtements ou des médicaments, il est préférable de les remettre au directeur de l’école, au chef du village ou au dispensaire le plus proche, qui sauront en faire bénéficier les plus démunis.

Achat

Le Nicaragua possède un artisanat très riche et varié : la poterie, l’orfèvrerie, les broderies, des articles en peau, l'ébénisterie, les peintures naïves, les chapeaux et les hamacs.

Cuisine

Parmi les plats typiques du Nicaragua, on trouve le "mondogo", une soupe, le "gallapinto", composé d'oeufs, d'haricots et de riz frit, ainsi que du maïs frit, vendu le plus souvent dans la rue. On le retrouve d'ailleurs sous forme de tortillas, tenant alors lieu de pain pour accompagner soupes et légumes. Les fruits de mer sont également présents et très savoureux.

Boisson

Il existe 2 grandes marques de bière au Nicaragua, Toña et Victoria, ainsi qu'un rhum assez réputé, le Flor de Caña. Mais dans un tel pays, il serait dommage de ne pas profiter de la profusion de fruits exotiques, généralement bien meilleurs et plus variés que les boissons en bouteille.
D'une manière générale, il est fortement déconseillé de boire l'eau du robinet, privilégiez donc l'eau en bouteille dont vous ôtez vous-même le bouchon.