recherche cartographique

Recherche cartographique Nomade Aventure



Départ garanti :

 

île de la Réunion

Accueil > Île de la réunion > Géographie Retour île de la réunion

Géographie Île de la réunion

Capitale

Saint-Denis (préfecture).

PIB

En 2008, environ 12 000 euro par habitant (France métropolitaine, 30 500 euro par habitant environ).

Point culminant

Le piton des Neiges, 3 070,50 mètres (au centre de l´île).

Climat

Climat de type tropical humide. Pendant la saison « sèche », de mai à novembre, la côte est (« au vent ») est tout de même assez arrosée ; la côte ouest (« sous le vent »), quand à elle, connait peu ou pas de précipitations. Les alizées entretiennent une atmosphère agréable et douce, sans chaleur excessive. Dans l’intérieur, la température fraîchit en fonction de l’altitude. La fin de la saison sèche est la période des floraisons. Pendant la saison des pluies, de novembre à avril, la côte est bat des records d’humidité. L’atmosphère est alors étouffante du fait de la moiteur de l’air. Période cyclonique de mi-janvier à début mars.

Géographie

La Réunion se trouve à 700 km à l’est de Madagascar, dans l’archipel des Mascareignes (océan Indien). Elle présente un relief très accidenté, qu’organisent deux massifs volcaniques importants : le piton des Neiges au nord-ouest et le piton de la Fournaise (toujours en activité) au sud-est. Ces deux ensembles sont séparés par les plaines des Palmistes et des Cafres, qui assurent un passage entre le nord et le sud de l’île. L’érosion a formé trois grands cirques naturels dans le massif occidental : Salazie, Mafate et Cilaos. Sur la côte ouest, un récif corallien discontinu protège des lagons (entre Saint-Gilles et Saint-Pierre).

Economie

Pendant la dernière décennie, La Réunion a eu un taux de croissance supérieur à celui de la métropole. C’est un point positif. Le taux de chômage est de l’ordre de 25%. C’est un point négatif. Ainsi va l’économie réunionnaise, entre dynamisme et problèmes structurels. Le tourisme est la première ressource de l’île. Vient ensuite la canne à sucre, qui occupe près de 50% des terres cultivées ; la baisse des subventions menace toutefois ce pilier traditionnel de l’économie. Aussi, les vastes zones de pêche des TAAF (Terres australes et antarctiques françaises) apparaissent-elles désormais comme un nouveau domaine à exploiter… Le café (Bourbon pointu) ou la vanille (vanille Bourbon) sont des productions de qualité, qui n’ont pas encore leur plein rendement économique.

Faune et flore

Le Tamarin des Hauts, l’Ananas marron, le Bois de savon (Badula barthesia), le Gros Bois d’oiseau (une euphorbe), le Bois d’éponge (Gastonia cutispongia), le Palmiste poison, le Vacoa des montagnes sont parmi les espèces végétales endémiques, dont La Réunion est encore riche. La canne à sucre, le cocotier, le géranium, la vanille ou de nombreux arbres fruitiers (papayer, litchi, jujubier…) ont été introduits pour les raisons économiques. A la fin de la saison sèche, les fleurs, dont des centaines d’espèces d’orchidées, éclosent partout.
Les espèces animales endémiques ont beaucoup souffert de la colonisation de l’île. Il en reste cependant comme le tuit-tuit (l’Echenilleur de la Réunion), le Busard de la Réunion, le Bulbul de Bourbon, le Pétrel de Bourbon, l’Oiseau de la Vierge (le Tchitrec des Mascareignes), le tec-tec (le Tarier de la Réunion), parmi les oiseaux ; le Phasme du palmiste ou le Rhinocéros de Bourbon (un coléoptère), parmi les insectes… Le tangue (Tenrec ecaudatus), le lièvre ou le Cerf de Java sont des mammifères introduits. Dans les lagunes ou les coraux, on peut voir l’Idole des Maures (Zanclus cornutus), le Cordon mauresque (Synapta maculata, une holothurie), le Chirurgien bagnard, le Poisson trompette, la Demoiselle à bandes noires, le Mérou gâteau de cire (macabit)…