recherche cartographique

Recherche cartographique Nomade Aventure



Départ garanti :

 

Nouvelle-Calédonie

Accueil > Nouvelle-calédonie > Hommes et culture Retour comme un kanak dans son hamac

Hommes et culture Nouvelle-calédonie

Population

230000 habitants.

Langue Officielle

Le français est la langue officielle et parlée de tous.

Langue parlée

Il existe plusieurs langues et dialectes kanaks attachés aux différentes tribus. Le français, l’anglais et le japonais sont en général parlés dans la majorité des hôtels.

Peuple

200 000 personnes peuplent le territoire dont 100 000 résidents à Nouméa. La Nouvelle-Calédonie, du fait de son histoire est riche d’une population multiculturelle.
Plusieurs nationalités se mêlent et cherchent à faire perdurer leurs modes de vie : européens, kanaks, indonésiens, wallisiens, vietnamiens, chinois, arabes, …
Il en résulte une richesse de cultures que l’on retrouve dans les cultes, la gastronomie, les modes de vie et les langues.

Religion

La réligion joue un rôle important dans la société calédonienne. Près des deux tiers des habitants sont catholiques, dont principalement des descendants d'Européens, des Kanaks et des Polynésiens. On dénombre aussi des musulmans, généralement d'origine indonosésienne ou kabyle, des mormons, des bouddhistes, des bahaïs, des adventistes du septième jour et des témoins de Jéhovah.

Calendrier des Fêtes

On parle de la fête nationale de la Nouvelle-Calédonie comme du "24 septembre". Jusque très récemment, cette date commémorait le jour de l'annexion par la France en 1853. Depuis l'accord de Nouméa, cette date célèbre également la culture kanak.

Histoire

La Nouvelle-Calédonie fut découverte en 1774 par James Cook qui la baptisa ainsi en souvenir de son Ecosse natale.
En 1853, sous le règne de Napoléon III, l’île devient française par l’entremise de l’amiral Fébvrier-Despointes.
D’abord terre pénitentiaire, la Nouvelle-Calédonie bénéficie rapidement de son sol riche en cuivre, cobalt, et nickel. La fin du XIXème siècle marque l’arrivée des Indiens malabars, coolies vietnamiens, tonkinois, et javanais venus pour l’exploitation des premières mines. Parallèlement, les européens s’installent en Nouvelle-Calédonie pour développer l’élevage et la culture du café notamment. Cette période explique la grande diversité ethnique du peuplement actuel du territoire. Les années 80 ont connu des tensions politiques mais les récents Accords de Nouméa font qu'aujourd’hui les différentes cultures apprennent à vivre ensemble en plus grande autonomie.

Politique

Les accords de Nouméa entérinent le nouveau statut de la Nouvelle-Calédonie. Le TOM a donc fait place au POM (Pays d'Outre-Mer). Le transfert des compétences de l'Etat français vers ces institutions débute en l'an 2000. Le statut des Kanaks et le régime des terres coutumières, les règles relatives au droit du travail et la formation professionnelle, le travail des étrangers, autant de domaines qui relèvent désormais de la compétence de l'archpel.
L'Etat français conservera à terme les pouvoirs régaliens notamment la justice, la défense, l'ordre public et la monnaie. A partir de 2014, les électeurs néo-calédoniens (résidant depuis au moins vingt ans sur l'archipel) devront se prononcer sur l'indépendance ou le maintien du territoire dans la République Française.
L'Etat est représenté sur l'archipel par le Haut-Commissariat de la République. Les trois provinces de Nouvelle-Calédonie (Sud, Nord et Iles Loyauté) se divisent de leur côté en 33 communes, administrées librement par des assemblées élues au suffrage universel. Le gouvernement calédonien (pouvoir exécutif, composé de 11 membres), le congrès (assemblée délibérante, composée de 54 élus dont 32 sont issus de la province Sud, 15 de la province Nord et 7 des Iles Loyauté), les provinces, le Sénat coutumier (composé de 16 membres à raison de 2 membres élus par aire coutumière), le Conseil économiqe et social ainsi que les conseils coutumiers dessinent les contours de l'architecture institutionelle de ce POM.

Célébrités

James Cook : Aventurier des mers, il démontra l'inexistence du continent austral et découvrit de nombreux territoires, dont la Nouvelle-Calédonie. Il fut tué par des indigènes en 1779, au cours de son troisième voyage dans le Pacifique, aux îles Hawaï.
Jean Marie Tjibaou: Le 26 avril 1988, quelques temps après le drame d’Ouvéa, il participe à Paris à des négociations aboutissant à la signature des accords de Matignon avec le Premier Ministre français de l’époque, Michel Rocard et Jacques Lafleur, président du RPCR, principal parti loyaliste en Nouvelle-Calédonie. Sa détermination dans la lutte pour l’indépendance n’ayant d’égale que sa volonté d’empêcher la montée des haines raciales, il accepte ces accords qui prévoient une décolonisation graduelle sur une période de dix ans. Cet acte lui coûtera la vie. Un an plus tard, le 4 mai 1989, Jean-Marie Tjibaou est assassiné avec Yeiwene Yeiwene par un indépendantiste opposant.

Savoir-vivre

Le pourboire est laissé à libre appréciation. Pour toutes les personnes intervenant dans le cadre des prestations achetées par notre intermédiaire, vous avez l’assurance qu’il ne se substituera jamais au salaire. En Nouvelle-Calédonie, la culture pourboire n'est pas très forte (d'autant moins que les excursions privées sont peu fréquentes).
En règle générale, le mieux est d'aligner votre pourboire sur l’économie locale : les prix d’une bière ou d’un thé, d’un paquet de cigarettes, vous donneront un aperçu du niveau de vie et vous permettront, comme vous le faites naturellement chez vous, d'en caler le montant. A l'hôtel, il est habituel de donner la pièce au porteur. Au restaurant, on laisse dans les 10% du montant de l'addition, mais ce n'est pas systématique : il faut que l'on soit vraiment content.

La coutume prescrit toute une série de règles à respecter et adopter en société. Ces conventions de bienséance sont essentielles et rythment la vie quotidienne des Kanaks. Si vous êtes invité chez le chef d'un clan, d'une tribu ou tout simplement dans une famille, pensez à respecter la coutume. "Faire la coutume" c'est demander clairement à être accueilli et souhaiter voir un dialoque s'engager. Offrez quelque paquets de cigarettes ou du tabac, un paquet de riz, un souvenir tel qu'une médaille, une coupelle, un paréo... Il est parfois bien vue d'ajouter un billet de 500 CFP ou de 1000 CFP enveloppé dans un tissu, le "manou" ou paréo. Toutefois, le geste coutumier exclut l'alcool.

Achat

Des articles tressés, les objets lapidaires, les produits du lagon (corail noir, oursins, coquillages…), le bois sculpté, la pierre de savon, les tee-shirts aux motifs tribaux… que vous pouvez trouver dans de nombreux magasins d'artisanat à Nouméa.
Bon à savoir : Lorsque vous achetez de l'artisanat local, sahez et cette situation est bien dommage, que nombre de souvenirs vendus à Nouméa sont des copies de produits locaux fabriqués en Asie.

Cuisine

Rien de vraiment particulier à part le plat national nommé bougna. Les légumes, le poisson ou la viande, et l’igname sont cuits dans du lait de coco. Le tout est entouré de feuilles de bananier et déposé sur les braises recouvertes de terre.
En revanche, dans la brousse, vous pourrez vous essayer à la roussette (chauve souris), au ver de Bancoul, au crabe de cocotier (un délice !), au crabe et aux huîtres de palétuvier, au cochon sauvage, au cerf…

Boisson

Le kava, boisson traditionnelle faite à partir de la racine de Kava, est vendu en grande surface dans des petites bouteilles pour touristes.
L'eau est potable partout, sauf à Ouvéa. Vous trouverez plusieurs marques d'eaux minérales, ainsi qu'une marque locale. Sur les ILes Loyauté et lîle des Pins, veillez à ne pas épuiser les réserves d'eau potable limitées.