recherche cartographique

Recherche cartographique Nomade Aventure



Départ garanti :

 

NAMIBIE

Accueil > Namibie > Hommes et culture Retour rando aux mille visages !

Hommes et culture Namibie

Population

2 055 080 habitants (2007).

Langue Officielle

L'anglais.

Langue parlée

Outre l’anglais officiel, l´afrikans et l´allemand se parlent, ainsi que de nombreuses langues indigènes (dont les fameuses langues à clics des San).

Peuple

La population namibienne est composée de 88% de noirs, 6% de blancs et 6% de métis. Les premiers habitants de la région furent les San (Bochimans), dont certains groupes mènent encore une existence (difficile) de chasseurs-cueilleurs. On citera ensuite les peuples bantous, Ovambo (majoritaires), Herero, Himba, Kavango, Damara…

Religion

80% des Namibiens sont chrétiens et 20% animistes. Les luthériens sont les plus nombreux, mais la communauté catholique, d’origine portugaise, est vigoureuse.

Calendrier des Fêtes

21 mars : fête de l'Indépendance.

Histoire

A l’arrivée des premiers Européens, San et peuples bantous se partageaient la région. Lorsqu’Anglais et Allemands vinrent tâter le coin (1830-1880), les colons Oorlams afrikaners s’étaient installés. Pourtant, en 1884, un commerçant de Brême commandite la fondation de Lüderitz ; dans la foulée, le territoire compris entre les fleuves Cunene et Orange devient le Protectorat (allemand) du sud-ouest africain (Deutsch-Südwestafrika). L’armée du Kaiser, commandée par Curt von François, établira Windhuk (Windhoek) en 1890 et Swakopmund deux ans plus tard. La bande de Caprivi, qui doit assurer la liaison avec les colonies d’Afrique de l’est, est adjointe à l’ensemble. A l’égard des peuples autochtones : politique du mauser et de la menue monnaie. Ceux-ci apprécient peu et le font savoir violement. En 1904, le soulèvement des Herero est réprimé sans état d’âme, mais avec méthode, par le général Lothar von Trotta, qui reprend une idée anglaise : le camp de concentration. La Première Guerre mondiale permet à l’Union sud-africaine de prendre le contrôle de la colonie allemande.
En 1920, la SDN donne mandat aux Sud-Africains pour l’administration du territoire. La mise en place de l’apartheid (1959) est rapidement suivie par la création, à New York, de la SWAPO (Southwest African People Organisation), syndicat ovambo, qui se dote d’un bras armé. Le mandat sud-africain est, dès lors, de plus en plus contesté par les organisations internationales (et révoqué en 1968). Sur le papier, le Sud-Ouest africain devient la Namibie. L’ONU, sous la pression des soviétiques et des pays du tiers-monde, reconnait le leadership de la SWAPO. Mais celle-ci, violente, marxiste-léniniste, inquiète les Occidentaux, qui lui préfèrent les groupes politiques participant à la conférence constitutionnelle de Turnhalle. En 1979, l’apartheid est aboli. Il faudra attendre la fin des années quatre-vingt pour que la SWAPO (cantonnée à la périphérie du pays), rejetant le léninisme, accepte de rejoindre les autres formations politiques namibiennes. L’évolution sud-africaine profite à la Namibie, qui accède au rang d’Etat indépendant en 1990.

Politique

La Namibie est une république (composée de 13 régions administratives). Le président, chef de l’Etat, est élu pour cinq ans au suffrage universel (mandat renouvelable une fois). Il nomme le premier ministre et les membres du gouvernement. Le parlement est à deux chambres : l’Assemblée nationale (78 élus, pour un mandat de cinq ans) et le Conseil national (26 élus, pour 6 ans). L’Assemblée est le corps législatif principal, le rôle du Conseil étant surtout consultatif. La Cour suprême est la plus haute juridiction du pays.

Célébrités

Sam Nujoma (né en 1929) : leader historique de la SWAPO et premier président de la Namibie. Le chef révolutionnaire sut faire preuve de réalisme et s’adapter aux changements des années quatre-vingt dix.

Frankie Fredericks (né en 1967) : le sprinter, médaillé d’argent des JO de Barcelone et d’Atlanta, champion du monde du 200 m en 1993, est né dans la banlieue de Windhoek.

N!xau (1944-2003) : fermier et acteur bochiman, il fut le héros du film Les dieux sont tombés sur la tête. Retourné à la terre après ses succès, il est mort de tuberculose.

Savoir-vivre

Au restaurant, le service n´est, en général, pas compris. Un pourboire de 10% du montant de l’addition est d´usage mais dépend, bien sûr, de la qualité de la prestation.
De même, un pourboire est d’ordinaire laissé aux chauffeurs de taxi (autour de 10% du montant de la course).
Quant aux bagagistes, on leur donnera l’équivalent de 1 euro par bagage. 1 euro également aux voituriers.

Achat

Dans le large éventail d’articles que propose la Namibie, nous citerons :
– les pierres précieuses : diamant, améthyste, topaze, tourmaline...
– la maroquinerie, qui utilise des peaux d'animaux d'élevage, mais aussi sauvages (koudou, otarie...)
– le bois : exploité dans le nord (région de l'Okavango).
– les articles de chasse (arc, flèches, carquois...), produits de l'artisanat bochiman.

Cuisine

On ne s’étonnera pas de voir la table témoigner de l’histoire. On pourrait donc prendre, pour commencer, des larves de Mopane (Mopane Worms) et poursuivre par des viandes grillées (bœuf, koudou, oryx, springbok…), ou bien sacrifier au potjiekos (ragoût viande-légumes), pour terminer par un apfelstrudel. Ce serait faire peu de place aux produits de la mer, et rater quelque chose…

Boisson

Il est recommandé de boire de l'eau en bouteille (capsulée). En revanche, les Allemands ont une qualité qui les distingue : ils sont brasseurs. Les Namibiens célèbrent donc le houblon dans d’excellentes conditions (l’Oktoberfest de Windhoek, c’est un peu comme la java de Broadway). Le vin vient d’Afrique du Sud.