recherche cartographique

Recherche cartographique Nomade Aventure



Départ garanti :

 

MADAGASCAR

Accueil > Madagascar > Hommes et culture Retour trekking à bekopaka

Hommes et culture Madagascar

Population

16 979 744 habitants.

Langue Officielle

La langue nationale est le Malagasy (malgache), avec des variantes selon les régions, mais à la différence de beaucoup de pays d’Afrique, tout le monde se comprend.

Langue parlée

Dans presque toute l’île, le français est compris et parlé (enseigné à l'école primaire), ce qui facilite le contact.
Il existe également de nombreux dialectes ethniques.

Peuple

Les malgaches se divisent en 18 ethnies.
Nous pouvons notamment citer les tribus suivantes :
- Antaifasy : centrés sur Farafangana, sur la côte est.
- Antaimoro : ils occupent la côte est, près de Manakara.
- Antambahoaka : ils peuplent une région du sud-est près de Mananjary.
- Antandroy : semi-nomades qui habitent les forêts d'épineux.
- Bara : le nom de cette tribu serait en partie d'origine bantoue. Il s'agit d'un peuple d'éleveurs.

Religion

Plus de la moitié de la population malgache est chrétienne : catholiques et protestants sont en grand nombre, monothéistes et en outre animistes pour la plupart. Les musulmans sont en minorité et ne représentent guère plus de 10 % de la population de Madagascar.

Calendrier des Fêtes

26 juin : Fête de l’indépendance.

Histoire

Jusqu'au 16ème siècle Madagascar a été l'objet de vagues d'immigrations successives.
Autrefois un royaume indépendant, Madagascar devient une colonie française en 1886 pour redevenir indépendant en 1960.
Se succèdent alors 3 Républiques.

1960-1972 : Première République au cours de laquelle de nouvelles institutions sont mises en place. Philibert TSIRANANA est élu premier Président de Madagascar en 1960, puis lui succèdera le Général Gabriel Ramanantsoa.

1972-1992 : Deuxième République. Le Général Gabriel Ramanantsoa démissionne en février 1973 et donne le pouvoir au Colonel Richard Ratsimandrava qui sera assassiné seulement une semaine après. En décembre 1975, Didier Ratsiraka devient Président et installe un régime révolutionnaire après avoir soumis au référendum la charte de la révolution socialiste. Une Nouvelle Constitution est adoptée.

1992-aujourd'hui : Le 10 février 1993, le Professeur Albert ZAFY est élu nouveau Président de la Troisième République mais n’aura pas terminé son mandat. En 1996, Didier Ratsiraka revient au pouvoir, qu'il conservera jusqu'en 2002. Il est alors remplacé par Marc Ravalomanana. Des mouvements populaires provoquent la chute de ce dernier en mars 2009. Il remet ses pouvoirs à un directoire militaire, qui investit Andry Rajoelina.

Politique

Madagascar est divisé administrativement en six provinces autonomes depuis 1998. Il s'agit d'Antananarivo, Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina et Toliara.

Savoir-vivre

Les Malgaches vouent un profond respect à Dieu et pratiquent le culte des ancêtres. Viennent ensuite les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants.
Au restaurant, pour appeler le serveur, un simple « s’il vous plaît » (ou, dit en malgache, « azafady ») suffit largement. Le pourboire est une tradition bien ancrée dans les activités de service (10% du montant de l'addition au restaurant).
Dans les hôtels, le personnel s’efforcera toujours de vous satisfaire et attend de votre part un petit geste. Pour les chauffeurs et les guides, de 5 à 8 euros par jour et par personne sont dans la norme.
Essayer d’avoir toujours dans ses poches des petites coupures de 1 000 ariary, ainsi que de la monnaie pour les divers services que peuvent vous rendre les enfants et les porteurs dans les hôtels (compter l'équivalent de 1 euro par bagage).
Ne donnez pas à tort et à travers mais seulement en échange d’un service ou d’une relation amicale instaurée au préalable, afin de ne pas favoriser un comportement de mendicité et d’assistanat déjà bien présent.

Si le cas se présente, on évitera en revanche d'encourager la mendicité, notamment celle des enfants, en faisant des distributions « sauvages » dans la rue. Si l'on souhaite apporter son aide en fournissant du matériel scolaire, des vêtements ou des médicaments, il est préférable de les remettre au directeur de l’école, au chef du village ou au dispensaire le plus proche, qui sauront en faire bénéficier les plus démunis.

La poignée de main est courante mais, la plupart du temps, un hochement de tête ou un sourire suffisent.
Evitez d’être trop direct car, pour un Malgache, un étranger est un hôte de marque à qui il doit le respect. Cela implique réciprocité. Et sachez adopter la philosophie du « mora mora » durant tout votre séjour.
Il n’est pas rare d’entendre les Malgaches dire qu’ils ne sont pas « africains ». Et, de fait, tous les manuels traitant la destination spécifient à chaque fois « l’Afrique et Madagascar ». Eviter d'entrer dans le détail des petites guéguerres tribales.
Concernant les coutumes, prenez soin de vous renseigner sur les « fady » (interdits) partout où vous passez et rappelez-vous que vous êtes un étranger et que vous devez avoir à cœur de respecter les habitants et leur mode de vie.

Achat

A défaut d’être d’une grande finesse, l’artisanat malgache est riche et varié. Tout ce que l’on peut trouver sur la Grande Ile est rassemblé au marché artisanal à Antananarivo. Le marché du Zoma (vendredi) a été totalement revu et ne s’étale plus comme avant. Cependant le marché d’Analakely a lieu tous les jours et d’autres marchés ont été créés comme le marché aux fleurs au bord du lac Anosy, le marché de la route digue. A déconseiller : le marché du Camp Pochard.
Vanneries, objets en bois sculptés, pierres semi-précieuses, papier Antaimoro, nappes brodées sont autant de souvenirs à rapporter. Plus original l’imagination des enfants qui transforment les boîtes de conserve et les bombes insecticides en d’étonnantes 2CV ou d’autres modèles en miniature. Les pierres ornementales font également l’objet de belles réalisations, boules polies, jeux de solitaire, jeux d’échec. Attention toutefois aux bois précieux, fossiles, papillons ou d’autres dérivés du crocodile ou de la tortue vendus librement sur les marchés et pourtant interdits à l’exportation sans certificat d’autorisation délivré par les organismes officiels. Les certificats délivrés par les marchands ne sont pas valables vis à vis de la douane ni à votre sortie de Madagascar ni à votre entrée en France.

Certains articles ne s’exportent qu’en quantités limitées, voici les plus courants (poids maximum par personne) : bijoux poinçonnés, 1 kg (sur présentation d’une déclaration de change correspondant à la valeur des bijoux) ; vanille préparée, 2 kg ; poivre, 1 kg ; graines sèches (haricots, lentilles, pois du Cap…), 5 kg ; café, 1 kg. Par ailleurs, on obtiendra des autorisations d’exportation pour les bois et les métaux précieux (délivrées respectivement par le ministère de l’environnement et des eaux et forêts et par le ministère de l’énergie et des mines, ou leurs agents à l’aéroport).

Cuisine

La cuisine malgache est à base de riz, de viandes (porc, poulet, zébu) et de brèdes (feuilles vertes d’un légume).
Le plat national est le Romazava, un excellent plat à base de viande de zébu et de brèdes, dont le fameux « brède mafana ». Autre grand classique, le Ravitoto est préparé avec des feuilles de manioc pilées et de morceaux de viande de porc grasse.

Sur les côtes ou les îles, le poisson et les crustacés foisonnent et leur préparation à base de vanille, de poivre vert ou de coco est à ne pas manquer.

Boisson

Il est recommandé de boire de l’eau en bouteille capsulée.
On s’abstiendra également de consommer des glaçons.

Le ranon'ampango : il s'agit de la boisson malgache la plus traditionnelle et la plus économique.

Le betsa-betsa : du jus de canne fermenté

Parmi les jus de fruits, nous pouvons citer : la mangue, la papaye, la grenadine, le corossol (fruit vert en forme de coeur hérissé de pointes tendres avec une pulpe rafraîchissante et des pépins noirs).